Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des bactéries anaérobies

Par Joseph R. Lentino, MD, PhD, Loyola University Stritch School of Medicine;Hines VA Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les bactéries peuvent être classées selon leur besoin et leur tolérance à l'O2:

  • Les bactéries aérobies facultatives qui se développent en présence ou en l'absence d'O2

  • Les bactéries microaérophiles qui sont tolérantes aux basses concentrations d'O2 mais se cultivent mieux en milieu anaérobie ou avec > 10% de CO2

  • Les bactéries anaérobies, qui sont intolérantes à l'O2

Les bactéries anaérobies se multiplient sur des sites à faible potentiel d'oxydoréduction (p. ex., tissus nécrotiques dévascularisés). Les bactéries anaérobies ont été classées en fonction de leur tolérance à l'O2: les anaérobies strictes se développent en présence de 0,4% d'O2; les anaérobies modérées se développent dans 0,8 à 2,5% d'O2; et les anaérobies aérotolérantes se développent dans 2,5% d'O2. Les bactéries anaérobies strictes qui causent généralement les infections peuvent tolérer l'O2 atmosphérique pendant au moins 8 h et souvent jusqu'à 72 h.

Les bactéries anaérobies sont des composantes majeures de la microflore normale des muqueuses, en particulier de la bouche, des voies digestives basses et du vagin; ces anaérobies provoquent une maladie quand les barrières muqueuses sont détruites.

Les bactéries anaérobies à Gram négatif et certaines infections qu'elles provoquent comprennent

  • Bacteroides (le plus fréquent): infections intra-abdominales

  • Fusobacterium: abcès, infections cutanées, pulmonaires et intracrâniennes

  • Porphyromonas: pneumopathie d'inhalation et parodontite

  • Prevotella: infections des tissus mous et intra-abdominale

Les bactéries anaérobies à Gram positif et certaines infections qu'elles provoquent comprennent

  • Actinomyces: infections de la tête, du cou, infections abdominales et pelviennes et pneumonie d'inhalation

  • Clostridium: gangrène gazeuse due à C. perfringens, intoxication alimentaire due à C. perfringens type A, botulisme dû à C. botulinum, tétanos dû à C. tetani, et diarrhée liée à C. difficile (colite pseudo-membraneuse)

  • Peptostreptococcus: infections de la bouche, des voies respiratoires, et intra-abdominales

  • Propionibacterium:infections sur corps étranger (p. ex., sur shunt de dérivation du liquide céphalorachidien, sur prothèses articulaires ou sur dispositifs cardiaques)

Les infections à anaérobies sont habituellement suppuratives, entraînant la formation d'abcès et une nécrose tissulaire (souvent due à une thrombophlébite et/ou à la formation de gaz). De nombreux anaérobies produisent des enzymes détruisant les tissus ainsi que des toxines paralysantes parmi les plus puissantes.

Les signes en faveur d'une infection à anaérobies sont

  • Flore polymicrobienne à la coloration de Gram ou en culture

  • Gaz dans le pus ou les tissus infectés

  • Odeur nauséabonde du pus ou des tissus infectés

  • Tissus nécrotiques infectés

  • Site de l'infection à proximité de la muqueuse où la microflore anaérobie réside habituellement

Examens complémentaires

les prélèvements pour la culture anaérobie doivent être obtenus par aspiration ou par biopsie à partir de sites normalement stériles. Le transport au laboratoire doit être rapide et le conditionnement doit procurer une atmosphère sans O2 comportant du dioxyde de carbone, de l'hydrogène et de l'azote. Les écouvillons doivent être transportés dans un milieu semi-solide stérilisé en anaérobiose, tel que le milieu de transport Cary-Blair.