Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des cancers pédiatriques

Par David N. Korones, MD, Associate Professor of Pediatrics, Oncology, and Neurology, University of Rochester Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Globalement, les cancers sont relativement rares durant l’enfance, avec moins de 13 500 cas et environ 1500 décès par an parmi les enfants âgés de 0 à 14 ans. En comparaison, on recense 1,4 million de cas et 575 000 décès par an chez l'adulte. Cependant, le cancer est la 2e cause de décès chez l’enfant, après les accidents.

De nombreux cancers pédiatriques existent également chez l'adulte. Les leucémies sont de loin les cancers les plus fréquents, représentant environ 33% des cancers pédiatriques, les tumeurs cérébrales représentent environ 25%, les lymphomes environ 8%, et certains cancers des os (ostéosarcome et sarcome d'Ewing, voir Tumeurs osseuses malignes primitives) environ 4%.

Les cancers qui touchent exclusivement les enfants comprennent

À l'heure actuelle, on estime que 350 000 sujets adultes ont survécu à un cancer infantile aux États-Unis. Les enfants qui survivent à un cancer ont plus d'années que les adultes pour développer à long terme les séquelles de la chimiothérapie et de la radiothérapie, qui comprennent

  • Infertilité

  • Trouble de la croissance

  • Lésions cardiaques

  • Développement d'un 2e cancer (chez 3 à 12% des survivants)

Les lignes directrices de consensus sur le dépistage et la gestion des conséquences à long terme sont disponibles sur le site du Children's Oncology Group.

En raison des conséquences graves et de la complexité du traitement, les enfants atteints de cancer sont mieux traités dans les centres ayant une expertise dans les cancers pédiatriques.

L'impact de l'annonce du cancer et de l'intensité du traitement est accablant pour l'enfant et la famille. Le maintien d'un sentiment de normalité pour l'enfant est difficile, en particulier du fait de la nécessité de fréquentes hospitalisations, de consultations externes et de procédures potentiellement douloureuses. Le stress est typiquement écrasant pour les parents qui luttent pour continuer à travailler, être attentifs aux frères et sœurs et encore assister aux nombreux besoins de l’enfant atteint de cancer. La situation est encore plus difficile lorsque l'enfant est traité dans un centre spécialisé loin du domicile.

Plus d'information