Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Œdème des paupières

Par Kathryn Colby, MD, PhD, Louis Block Professor and Chair, Department of Ophthalmology & Visual Science, University of Chicago School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Un œdème des paupières peut être unilatéral ou bilatéral. Il peut être asymptomatique ou accompagné par un prurit ou une douleur.

Étiologie

Un œdème des paupières peut avoir de nombreuses causes (voir Quelques causes d'œdème palpébral). Il est habituellement le résultat d'une atteinte palpébrale mais il peut résulter de maladies situées dans et autour de l'orbite ou de troubles systémiques qui induisent un œdème généralisé.

Les causes les plus fréquentes sont allergiques, dont

Un œdème localisé d’une paupière est le plus souvent cause parun chalazion.

Les causes les plus immédiatement dangereuses sont la cellulite orbitaire et la thrombose du sinus caverneux (rares).

En plus des troubles énumérés dans le Quelques causes d'œdème palpébral, un œdème des paupières peut résulter des causes suivantes:

  • Les troubles qui peuvent impliquer la paupière mais ne provoquent pas d'œdème, sauf à un stade très évolué (p. ex., tumeurs palpébrales, dont les carcinomes malpighiens et le mélanome)

  • Les troubles qui provoquent un œdème qui débute et atteint habituellement des structures proches des paupières (p. ex., dacryocystite, canaliculite) mais qui n'en fait pas partie

  • Les troubles au cours desquels un œdème survient, mais qui n'est pas le symptôme initial (p. ex., fracture de la base du crâne, brûlures, traumatisme, en post-opératoire)

Quelques causes d'œdème palpébral

Cause

Signes évocateurs

Procédure diagnostique

Lésions des paupières

Prurit, aucune douleur

L'une des paupières ou les deux, avec ou sans la conjonctive sont boursouflées et pâles

Parfois, antécédents de récidive et/ou d'exposition à un allergène

Unilatéral ou bilatéral

Bilan clinique

Atteinte des cils avec croûtes habituellement visibles macroscopiquement ou avec un système grossissant (p. ex., avec une lampe à fente)

Prurit, brûlures, rougeur, ulcération ou association de ces signes

Parfois, dermite séborrhéïque concomitante

Unilatérale ou bilatérale

Bilan clinique

Rougeur localisée et douleur n'impliquant qu'une seule paupière

Finalement, développement d'un gonflement localisé, non douloureux à distance du bord de la paupière

Bilan clinique

Conjonctivite, infectieuse

Rougeur conjonctivale, écoulement

Parfois, ganglion prétragien et/ou chémosis

Unilatérale ou bilatérale

Bilan clinique, habituellement test à la fluorescéine pour éliminer une kératoconjonctivite herpétique

Blépharite de l'herpes simplex (primitive)

Agglomérats de vésicules sur une base érythémateuse, ulcération, douleur sévère

Unilatérale

Bilan clinique

Herpes zoster (zona)

Agglomérats de vésicules sur une base érythémateuse, ulcération, douleur sévère

Unilatérale, localisation dans le territoire de la racine du V1

Bilan clinique

Rougeur localisée et douleur n'impliquant qu'une seule paupière

Finalement, développement d'une tuméfaction localisée au bord de la paupière, parfois avec une pustule

Bilan clinique

Morsure d'insecte

Prurit, rougeur, parfois une papule

Bilan clinique

Maladies de et autour de l'orbite

Thrombose du sinus caverneux (rare)

Céphalées, exophtalmie, ophtalmoplégie, ptosis, diminution de l'acuité visuelle, fièvre

Initialement habituellement unilatéraux, puis bilatéraux

Manifestations de sinusite ou d'autres infections de la face

TDM ou IRM en urgence

Exophtalmie, rougeur, fièvre, douleur

Mouvements oculaires altérés ou douloureux

Parfois, une diminution de l'acuité visuelle

Habituellement unilatérale

Parfois, précédée par les signes de la source d'infection (typiquement une sinusite)

TDM ou IRM

Cellulite préseptale (cellulite périorbitaire)

Gonflement palpébral (mais pas d'exophtalmie), rougeur, parfois douleurs, fièvre

Habituellement unilatéral

Vision et motricité oculaire normales

Parfois, précédé par les signes de la source infectieuse (classiquement une infection cutanée locale)

TDM ou IRM si nécessaire pour éliminer une cellulite orbitaire

Maladies générales*

Réaction allergique, systémique (p. ex., œdème de Quincke, rhinite)

Prurit

Parfois, manifestations extraoculaires allergiques (p. ex., urticaire, wheezing, rhinorrhée)

Parfois, antécédents de récidive, d'exposition à des allergènes, atopie ou association de plusieurs antécédents

Habituellement bilatérale

Bilan clinique

Œdème généralisé

Œdème asymptomatique bilatéral des paupières et parfois de la face; habituellement également œdème des parties basses du corps (p. ex., des pieds, de la région présacrée)

Habituellement, manifestations d'une maladie sous jacente (p. ex., maladie rénale chronique, insuffisance cardiaque, insuffisance hépatique, pré-éclampsie)

Parfois, utilisation d'un inhibiteur de l'ECA

Examens cardiaques, hépatiques ou rénaux selon les données de la clinique

Hyperthyroïdie (avec ophtalmopathie de Graves-Basedow)

Fixité du regard, asynergie oculo-palpébrale, exophtalmie, anomalies des mouvements oculaires

Pas de douleur sauf si la cornée est irritée par manque de larmes

Tachycardie, anxiété, perte de poids

Tests des fonctions thyroïdiennes (TSH, T4)

Boursouflures indolores, diffuses bilatérales du visage

Peau sèche et squameuse; cheveux rêches

Intolérance au froid

Tests des fonctions thyroïdiennes (TSH, T4)

*L'œdème dû à des maladies systémiques est bilatéral et sans rougeur.

T4= thyroxine; TSH = thyroid-stimulating hormone; V1= branche ophtalmique du nerf trijumeau.

Bilan

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit établir depuis combien de temps l'œdème a été présent, s'il est uni ou bilatéral, et s'il a été précédé par un traumatisme quelconque (y compris des morsures d'insecte). Les symptômes importants à identifier sont le prurit, la douleur, les céphalées, les modifications de la vision, la fièvre et les sécrétions palpébrales.

La revue des systèmes doit rechercher des symptômes des causes possibles, y compris un nez qui coule, un prurit, une éruption cutanée et un wheezing (réaction allergique systémique); des céphalées, une congestion nasale et un écoulement nasal purulent (sinusite); un mal de dents (infection dentaire); des troubles respiratoires, orthopnée et dyspnée paroxystique nocturne (insuffisance cardiaque); une intolérance au froid et des modifications de texture cutanée (hypothyroïdie); et une intolérance à la chaleur, de l’anxiété et une perte de poids (hyperthyroïdie).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sue une blessure ou une chirurgie oculaire récente; une maladie cardiaque, hépatique, rénale ou thyroïdienne connue; et des allergies ainsi que sur l'exposition à de possibles allergènes. L'anamnèse médicamenteuse doit spécifiquement comprendre la recherche de prise d'inhibiteurs de l'ECA.

Examen clinique

L'examen des constantes vitales doit comprendre la recherche d'une fièvre et d'une tachycardie.

L'inspection ophtalmologique doit évaluer la localisation et la couleur de l'œdème (érythémateux ou pâle), et s'il est présent sur l'une des paupières ou les deux, ou les deux yeux et s'il est douloureux et/ou chaud. L'examinateur doit observer s'il s'agit d'un œdème des paupières et/ou d'une protrusion du globe (exophtalmie). L'examen oculaire doit particulièrement noter l'acuité visuelle et l'amplitude des mouvements oculaires (complète ou limitée). Cet examen peut être difficile lorsque l’œdème est marqué mais il est important car ces déficits suggèrent une affection orbitaire ou rétro-orbitaire plutôt qu’une affection palpébrale; un aide peut être nécessaire pour maintenir les paupières ouvertes. Les conjonctives sont examinées à la recherche d'une injection et d'un écoulement. Toute lésion des paupières ou du globe est examinée à la lampe à fente.

L'examen général doit rechercher des signes d'intoxication, suggérant une infection grave et les signes d'une maladie causale. La peau du visage est inspectée à la recherche de sécheresse et de squames (qui peuvent suggérer l’hypothyroïdie) et de squames graisseuses ou d’autres signes de la dermite séborrhéique. Les extrémités Inférieures et la zone présacrée sont examinées à la recherche d'œdèmes, ce qui suggère une cause systémique. Si une cause systémique est suspectée, Œdème pour une discussion plus détaillée du bilan.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Fièvre

  • Perte d'acuité visuelle

  • Diminution des mouvements oculaires

  • Exophtalmie

Interprétation des signes

Certains signes aident à établir la différence entre plusieurs catégories de maladies. La première distinction importante est entre une inflammation et une infection ou entre l'allergie et l'excès de liquides. Des douleurs, une rougeur, une chaleur et une sensibilité suggèrent une inflammation ou une infection. L'œdème indolore et pâle suggère un œdème de Quincke. Le prurit suggère une réaction allergique et l'absence de prurit suggère un dysfonctionnement cardiaque ou rénal.

Un œdème localisé à une paupière sans autres symptômes est rarement dû à une maladie grave. Une tuméfaction massive des paupières de l'un ou des deux yeux doivent faire suspecter un problème sérieux. Des signes d'inflammation, une exophtalmie, une perte visuelle et une limitation des mouvements oculaires évoquent une affection orbitaire (p. ex., cellulite orbitaire, thrombose du sinus caverneux) qui peut repousser le globe en avant ou toucher les nerfs ou les muscles. Les autres signes évocateurs et spécifiques sont listés dans le Quelques causes d'œdème palpébral.

Examens complémentaires

Dans la plupart des cas, un diagnostic peut être établi cliniquement et aucun examen complémentaire n'est nécessaire. Si une cellulite orbitaire ou une thrombose du sinus caverneux est suspectée, diagnostic et traitement doivent être effectués le plus rapidement possible. Une imagerie par TDM ou IRM doit être obtenue immédiatement. Si une affection cardiaque, hépatique, rénale ou thyroïdienne est suspectée, la fonction de ces organes est évaluée avec les examens de laboratoire et l'imagerie appropriés.

Traitement

Le traitement est celui du trouble sous-jacent. Il n'y a pas de traitement spécifique de l'œdème.

Points clés

  • Une exophtalmie avec baisse de la vision ou limitation des mouvements oculaires fait évoquer une cellulite orbitaire ou une thrombose du sinus caverneux et diagnostic et traitement doivent être réalisés le plus rapidement possible.

  • Les lésions des paupières doivent être différenciées des causes orbitaires et systémiques d'œdème.

Ressources dans cet article