Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Immunothérapie anticancéreuse

Par

Robert Peter Gale

, MD, PhD, Imperial College London

Dernière révision totale juil. 2018| Dernière modification du contenu août 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

L’immunothérapie est utilisée pour stimuler le système immunitaire de l’organisme contre le cancer. Ces traitements ciblent des caractéristiques génétiques spécifiques des cellules tumorales. Les caractéristiques génétiques des tumeurs ne dépendent pas de l’organe dans lequel s’est développé le cancer. Ainsi, ces médicaments peuvent être efficaces contre de nombreux types de cancer. (Voir aussi Principes du traitement du cancer.)

Il existe plusieurs types différents de traitement que les médecins utilisent pour stimuler le système immunitaire. Et ce domaine du traitement anticancéreux fait l’objet d’études intenses. Le National Cancer Institute tient à jour une liste des médicaments d’immunothérapie (ainsi que des autres médicaments utilisés pour traiter le cancer). La liste fournit un bref résumé des utilisations de chaque médicament et des liens vers des informations supplémentaires.

Anticorps monoclonaux

Le traitement par anticorps monoclonaux implique l’utilisation d’anticorps produits expérimentalement pour cibler des protéines spécifiques présentes à la surface des cellules cancéreuses. Il existe de nombreux anticorps disponibles, et d’autres sont en cours d’étude. Le trastuzumab est un anticorps monoclonal qui cible le récepteur HER-2/neu présent à la surface des cellules cancéreuses chez 25 % des femmes atteintes d’un cancer du sein. Le trastuzumab accroît l’effet des médicaments chimiothérapeutiques.

Le rituximab est hautement efficace dans le traitement des lymphomes et de la leucémie lymphoïde chronique. Des anticorps liés à un radio-isotope peuvent être utilisés pour délivrer directement des radiations contre les cellules lymphoïdes.

Le gemtuzumab ozogamicine, une association d’anticorps et de médicament, est efficace chez certaines personnes atteintes de leucémie myéloïde aiguë.

Plusieurs anticorps monoclonaux profitent des points de contrôle immunitaire pour stimuler l’immunité anticancéreuse naturelle de l’organisme. Les médicaments appelés inhibiteurs des points de contrôle peuvent bloquer les points de contrôle CTLA-4 (ipilimumab) et PD1 ou PD-L1 (nivolumab, pembrolizumab, durvalumab, atézolizumab, avélumab). Le pembrolizumab peut être utilisé pour n’importe quel cancer à un stade avancé avec un défaut de réparation de l’ADN quel que soit la localisation du cancer dans l’organisme. Ces médicaments sont parfois administrés seuls ou en association avec d’autres médicaments anticancéreux.

Modificateurs de la réponse biologique

Les modificateurs de la réponse biologique stimulent les cellules saines afin qu’elles produisent des messagers chimiques (médiateurs) qui améliorent l’aptitude du système immunitaire à reconnaître et détruire les cellules cancéreuses.

L’interféron (dont il existe plusieurs types) est le modificateur de la réponse biologique le plus connu et utilisé. Presque toutes les cellules humaines produisent l’interféron naturellement, mais il peut aussi être produit en utilisant la biotechnologie. Le mécanisme d’action exact n’est pas totalement clair, mais l’interféron a un rôle important dans le traitement de nombreux cancers, notamment le sarcome de Kaposi et le mélanome malin. L’interleukine 2, qui est produite par certains globules blancs, peut également s’avérer utile dans le carcinome à cellules rénales et le mélanome métastatique.

Les interleukines sont des messagers produits par certaines cellules du système immunitaire (lymphocytes T activés). L’administration d’interleukines peut être utile dans le traitement du mélanome métastatique et peut être bénéfique dans le cancer du rein.

Autres médicaments

Les cellules cancéreuses deviennent rapidement matures (différenciation). Ainsi, un type de médicament favorise la maturation plus rapide des cellules cancéreuses afin de ralentir la croissance de la tumeur. Il se peut que ces agents de différenciation ne soient efficaces que pendant une courte période. Par conséquent, ils sont souvent utilisés dans la chimiothérapie d’association.

Les médicaments anti-angiogenèse empêchent la tumeur de former de nouveaux vaisseaux sanguins. Si la croissance des vaisseaux sanguins est bloquée, le cancer n’aura pas le flux sanguin nécessaire pour se développer et se propager.

D’autres médicaments encore ciblent les voies utilisées par les cellules cancéreuses pour signaler à des cellules supplémentaires de se former ou de croître.

Vaccins

Les vaccins composés de substances issues de cellules cancéreuses peuvent stimuler la production par l’organisme d’anticorps ou de cellules immunitaires pouvant attaquer le cancer. Des extraits de bactéries de la tuberculose à virulence atténuée, connues pour stimuler fortement la réaction immunologique, ont été appliqués localement, avec succès, dans les cancers de la vessie pour éviter toute récidive.

Thérapie génique

Comme les modifications (mutations) des gènes sont à l’origine du cancer, les chercheurs recherchent des manières de manipuler les gènes pour lutter contre le cancer. Une nouvelle forme de thérapie génique avancée implique la modification génétique de lymphocytes T (type de cellule immunitaire). Les médecins prélèvent les lymphocytes T du sang de la personne et les modifient génétiquement afin qu’ils reconnaissent le cancer spécifique de la personne. Lorsque les lymphocytes T modifiés, appelés cellules à récepteur antigénique chimérique ou cellules CAR-T, sont réinjectés dans la circulation sanguine de la personne, ils attaquent le cancer. Récemment, deux traitements par cellules CAR-T ont été mis à disposition. Cette technique est utilisée chez les personnes atteintes de leucémie lymphoblastique aiguë ou de lymphome.

Greffe de cellules souches

Les cellules souches sont des cellules non spécialisées ayant la capacité de devenir de nombreux types différents de cellule. Les cellules souches dans la moelle osseuse constituent la source de toutes les différentes cellules sanguines saines. De fortes doses de médicaments chimiothérapeutiques ou de radiothérapie peuvent tuer les cellules cancéreuses, mais souvent, elles tuent également les cellules souches de la personne, ce qui empêche la moelle osseuse de produire des cellules sanguines saines. La greffe de cellules souches remplace les cellules souches tuées par des cellules souches saines provenant d’un donneur. Le donneur peut être la personne atteinte du cancer (autogreffe) ou une autre personne génétiquement compatible avec ou sans lien de parenté (allogreffe). Les greffes de cellules souches permettent aux médecins d’administrer des doses élevées de chimiothérapie pour traiter les leucémies et certains lymphomes.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
KEYTRUDA
HERCEPTIN
Durvalumab
YERVOY
OPDIVO
RITUXAN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation des cancers
Vidéo
Présentation des cancers
Corticostéroïdes surrénaliens
Vidéo
Corticostéroïdes surrénaliens
Les glandes surrénales font partie du système endocrinien, qui régule les taux d’hormones...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE