Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Outils de prévention

Par

Magda Lenartowicz

, MD, Trinity Hospice, Los Angeles

Dernière révision totale oct. 2020| Dernière modification du contenu oct. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Il y a de nombreux outils de prévention, y compris les outils majeurs suivants :

Le traitement pharmacologique préventif comprend les hypocholestérolémiants, en prévention de l’athérosclérose, l’aspirine pour prévenir les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux, le tamoxifène pour prévenir le cancer du sein chez les femmes exposées à un risque accru et les médicaments antihypertenseurs pour réduire la tension artérielle et prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Le saviez-vous ?

  • Une alimentation saine, une activité physique régulière et arrêter de fumer contribuent à prévenir les trois principales causes de décès aux États-Unis (maladie cardiaque, cancer, accident vasculaire cérébral).

Mode de vie sain

Le mode de vie et la maladie sont clairement liés. Par exemple, la consommation d’une alimentation Régime alimentaire L’athérosclérose est une maladie dans laquelle des dépôts épars de substance graisseuse (athéromes ou plaques athérosclérotiques) se forment dans les parois des artères de moyen et gros calibre... en apprendre davantage Régime alimentaire malsaine (hautement calorique, riche en graisses saturées et en acides gras trans), le manque d’activité physique régulière et le tabagisme augmentent le risque de développer une maladie cardiaque, un cancer et un accident vasculaire cérébral, les trois causes principales de décès aux États-Unis. En changeant les habitudes de vie malsaines, on peut aider à prévenir des troubles particuliers et/ou améliorer la condition physique et la qualité de vie. En discutant avec des médecins et d’autres professionnels de la santé, cela peut aider les personnes à prendre de bonnes décisions et établir des habitudes saines. Cependant, l’adoption et le maintien d’un mode de vie sain ne peuvent être accomplis que par la personne elle-même. Pour de nombreuses personnes, il est difficile de s’alimenter sainement et de faire suffisamment d’exercice, mais les personnes qui y parviennent réduisent leur risque de développer des troubles graves et, souvent, elles se sentent mieux et ont plus d’énergie.

Des habitudes alimentaires saines Régime alimentaire Dans la maladie des artères coronaires, le flux sanguin vers le muscle cardiaque est partiellement ou complètement obstrué. Le muscle cardiaque a besoin d’un apport constant en sang riche en... en apprendre davantage Régime alimentaire peuvent aider à prévenir ou à contrôler des maladies telles que l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques, le diabète, l’ostéoporose et certains cancers. Les recommandations comprennent

L’activité physique et l’exercice Bénéfices de l’exercice physique L’exercice physique régulier renforce le cœur et les poumons ; il permet au système cardiovasculaire d’amener plus d’oxygène à l’organisme à chaque battement cardiaque et au système pulmonaire... en apprendre davantage peuvent aider à prévenir l’obésité, l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, certains types de cancer, la constipation, les chutes et d’autres problèmes de santé. La meilleure habitude comprend la pratique d’une activité physique modérée à raison de 150 minutes par semaine, ou d’une activité énergique en aérobie à raison de 75 minutes par semaine (ou une combinaison des deux). Les périodes d’exercice physique doivent durer au moins 10 minutes et se répartir idéalement sur toute la semaine. Cependant, faire même un peu d’exercice est préférable à ne pas en faire du tout. Par exemple, les personnes qui peuvent consacrer seulement 10 minutes à une activité physique quelques fois par semaine peuvent quand même en tirer des bénéfices importants, en particulier si l’exercice est énergique. La marche est un exercice simple et efficace apprécié par beaucoup de monde. Certains types d’exercice peuvent également cibler des problèmes spécifiques. Par exemple, l’étirement améliore la flexibilité, ce qui peut aider à prévenir les chutes. L’exercice en aérobie peut réduire le risque de crises cardiaques et d’angine de poitrine.

Cesser de fumer Traitement Bien que cela soit souvent très difficile, arrêter de fumer est l’une des choses les plus importantes que les fumeurs peuvent faire pour leur santé. Arrêter de fumer présente des bénéfices immédiats... en apprendre davantage est important pour mener un mode de vie sain. Un médecin peut prodiguer des encouragements et conseiller sur les moyens d’arrêter de fumer avec succès, y compris en fournissant des informations et des recommandations quant à l’utilisation de produits de substitution nicotinique, du bupropion et de la varénicline (médicaments qui aident à réduire les envies irrépressibles), et d’autres outils.

Les pratiques sexuelles sûres Présentation de la contraception La contraception désigne le fait d’empêcher la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde (conception) ou l’adhésion de l’ovule fécondé au revêtement de l’utérus (nidation). La contraception... en apprendre davantage restent importantes. Les pratiques sexuelles sûres consistent essentiellement à éviter d’avoir des partenaires sexuels à risque et à rester mutuellement monogame. Les personnes qui ont plus d’un partenaire sexuel peuvent réduire considérablement leur risque de contracter une maladie sexuellement transmissible en utilisant correctement un préservatif en latex à chaque fois qu’elles ont des rapports sexuels ( Prévention Prévention Les maladies sexuellement transmissibles (vénériennes) sont des infections qui sont typiquement transmises, mais non exclusivement, d’homme à homme, lors d’un contact sexuel. Les maladies sexuellement... en apprendre davantage Prévention ). Les personnes qui sont allergiques au latex peuvent utiliser d’autres sortes de préservatifs.

Il est important de limiter la consommation d’alcool Alcool L’alcool (éthanol) est un dépresseur. La consommation rapide ou régulière de grandes quantités d’alcool peut entraîner des problèmes de santé, notamment des lésions de certains organes, un coma... en apprendre davantage . Bien que de petites quantités d’alcool, notamment de vin rouge, puissent avoir des avantages pour la santé, consommer plus que des quantités modérées d’alcool (par exemple, 1 à 2 verres par jour, peut-être moins pour les femmes) est souvent néfaste. Un verre est équivalent à environ 35 cl de bière, 15 cl de vin, ou 4 cl d’alcools forts, comme le whisky.

La prévention des blessures joue un rôle majeur dans le maintien d’un mode de vie sain. Il est possible de réduire les risques de blessure en prenant certaines précautions, telles que le port d’un équipement de protection approprié.

Dormir suffisamment Présentation du sommeil Le sommeil est nécessaire à la survie et au bon état de santé, mais les raisons de ce besoin et de son bénéfice pour une personne restent incomplètement comprises. L’un des bienfaits du sommeil... en apprendre davantage est également une composante importante d’un mode de vie sain, car le manque de sommeil affecte particulièrement l’humeur et l’état mental et constitue un facteur de risque pour les blessures.

Les bases de la sécurité

Des mesures de sécurité simples, découlant du bon sens peuvent aider à prévenir les blessures. Voici quelques exemples :

Sécurité générale

  • Apprendre les premiers secours.

  • Préparer ou acheter un kit de premiers secours.

  • Apprendre les gestes de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et d’autres méthodes pour soulager l’obstruction des voies respiratoires, comme la manœuvre de Heimlich.

  • Porter un casque en faisant de la bicyclette ou de la moto, et des équipements de protection supplémentaires en fonction du sport, comme des protège-poignets pour les patins à roulettes ou les planches à roulettes.

  • Entreposer les armes à feu de manière sûre.

  • Ne jamais nager seul.

  • Si un mouvement répétitif du poignet (comme la dactylographie) est nécessaire, adopter une position peu susceptible d’augmenter le risque de syndrome du canal carpien.

  • Pratiquer une activité physique régulièrement et en toute sécurité.

  • Éliminer ou limiter la consommation d’alcool.

Sécurité à domicile

Pour prévenir les chutes et les blessures qui y sont associées chez les enfants :

  • Installer des serrures de sécurité aux portes du sous-sol.

  • Fermer et verrouiller les fenêtres lorsque des enfants sont présents.

  • Remplacer ou couvrir les meubles à angles vifs.

  • Ne pas utiliser de trotteurs.

  • Installer des protections de fenêtres, en particulier au-dessus du premier étage.

  • Utiliser des barrières en haut et en bas des escaliers.

Pour prévenir les empoisonnements :

  • Ne jamais mélanger de produits de nettoyage.

  • Garder les nettoyants pour le four et les toilettes, les pesticides, l’alcool et l’antigel hermétiquement fermés et hors de la portée des enfants.

  • Conserver tous les médicaments dans leurs emballages d’origine, et utiliser des flacons à fermeture de sécurité pour les enfants s’il y a de jeunes enfants dans la famille ou de passage.

  • Suivre les instructions sur la manière de se débarrasser en toute sécurité des médicaments périmés et des médicaments qui ne sont plus nécessaires (voir Comment se débarrasser des médicaments inutilisés disponibles sur le site Web de la Food and Drug Administration).

Pour prévenir les incendies :

  • Installer des détecteurs de fumée opérationnels à chaque étage de la maison, y compris au sous-sol, et dans chaque chambre.

  • Vérifier les piles tous les mois et installer de nouvelles piles tous les 6 mois.

  • Prévoir une voie d’évacuation et l’essayer.

  • Garder un extincteur dans ou à proximité de la cuisine.

  • Faire inspecter le circuit électrique par un professionnel.

  • Ne pas laisser de bougies allumées sans surveillance.

  • Ne pas fumer au lit.

Pour prévenir l’empoisonnement au monoxyde de carbone :

  • Assurer une ventilation adéquate pour les sources de combustion intérieures (comme les fours, chaudières, chauffe-eau, poêles à bois ou à charbon et poêles à kérosène).

  • Nettoyer les conduits et les cheminées régulièrement et les inspecter pour détecter toute fuite.

  • Utiliser un détecteur de monoxyde de carbone dans la maison.

Pour prévenir l’exposition au radon :

  • Faire vérifier le niveau de radon dans la maison.

  • Assurer une bonne ventilation, surtout au sous-sol.

Pour prévenir l’intoxication par le plomb :

  • Consulter le département sanitaire local et demander comment détecter des niveaux toxiques de plomb dans l’eau potable de la maison.

  • Chercher à savoir si la peinture dans la maison est à base de plomb (dans les maisons plus anciennes) : en cas de doute, tester des éclats de peinture.

  • Tester les plats en céramique fabriqués en dehors des États-Unis pour vérifier leur teneur en plomb.

  • Tester les taux de plomb chez les enfants si le médecin le juge nécessaire.

Pour prévenir les brûlures :

  • Régler la température maximale du chauffe-eau à 54,44 °C ou moins.

Sécurité des aliments

  • Faire attention aux dates de péremption figurant sur les emballages.

  • Mettre les aliments périssables au réfrigérateur immédiatement.

  • Ne pas acheter de conserves dont la boîte est bosselée ni de produit dont le couvercle est desserré ou bombé.

  • Maintenir la température du réfrigérateur à 4,44 °Cet celle du congélateur à -17,78 °C.

  • Congeler les viandes fraîches (y compris le poisson et la volaille) qui ne seront pas consommées dans les 2 jours.

  • Ne pas laisser les jus de viande crue couler sur d’autres aliments.

  • Se laver les mains avant et après avoir manipulé des aliments.

  • Bien cuire les aliments.

  • Ne pas utiliser les mêmes couverts ou les mêmes plats pour les viandes crues et cuites.

  • Nettoyer tous les comptoirs, planches à découper, et ustensiles dans de l’eau chaude savonneuse après utilisation.

Sécurité routière

  • Respecter les limites de vitesse et conduire prudemment.

  • S’assurer que tous les passagers portent leur ceinture de sécurité.

  • Mettre les enfants dans des sièges d’auto pour enfant ou utiliser d’autres dispositifs de sécurité adaptés à leur taille et leur poids.

  • Ne pas laisser un bébé ou un enfant s’asseoir sur les genoux de quelqu’un dans un véhicule en mouvement.

  • Ne pas boire d’alcool et ne pas utiliser de drogues récréatives ou de médicaments qui causent de la somnolence avant de conduire.

Vaccination

Les vaccins Vaccinations infantiles Les enfants doivent être vaccinés pour être protégés contre les maladies infectieuses. Les vaccins contiennent des fragments non infectieux de bactéries ou de virus, ou des formes entières de... en apprendre davantage ont rencontré un succès remarquable. La fréquence de maladies infectieuses dangereuses et parfois mortelles, comme la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, les oreillons, la rougeole, la rubéole et la poliomyélite, a diminué de plus de 99 % par rapport au pic maximal, grâce à la mise à disposition et à l’utilisation généralisée de vaccins performants et sûrs. De plus, les vaccinations permettent d’économiser environ 16 USD de dépenses sanitaires pour chaque USD dépensé.

De nombreux effets secondaires ont été attribués aux vaccins (voir Préoccupations liées à la vaccination infantile Problèmes liés à la vaccination infantile Malgré les puissants systèmes de sécurité vaccinale en place aux États-Unis, certains parents restent préoccupés par la sécurité des vaccins infantiles et du calendrier de vaccination. Ces préoccupations... en apprendre davantage ). Les effets secondaires qui se produisent effectivement dépendent du vaccin, mais les plus fréquents sont généralement mineurs et comprennent un gonflement, de la douleur et des réactions allergiques au site d’injection, et parfois de la fièvre ou des frissons. Des effets secondaires plus graves peuvent survenir. Ils comprennent notamment des réactions auto-immunes (par exemple, le syndrome de Guillain-Barré qui entraîne une faiblesse ou une paralysie temporaires). Cependant, il est très rare que des effets secondaires graves se produisent si les vaccins sont utilisés de manière appropriée.

Des études de recherche systématiques et approfondies n’ont pas mis en évidence de liens entre les vaccins et d’autres effets secondaires graves, comme l’autisme. Les rapports selon lesquels les vaccins causeraient le SIDA ou la stérilité sont des légendes urbaines et sont dénués de fondement. Lorsqu’on refuse les vaccins pour en éviter les effets secondaires, on augmente le risque de contracter une infection, ce qui constitue un bien plus grand risque pour la santé que les éventuels effets secondaires des vaccins.

Le saviez-vous ?

  • D’autres personnes que celles qui reçoivent le vaccin peuvent aussi tirer avantage des vaccinations.

Les enfants et les adolescents, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont souvent les plus vulnérables face aux infections évitables par la vaccination. Souvent, ces personnes sont aussi les plus vulnérables face aux symptômes graves de ces infections. Par exemple, la coqueluche (pertussis) tend à causer des symptômes sévères chez les nourrissons, tandis qu’elle peut être aussi anodine qu’un rhume chez des personnes d’âge plus avancé qui sont en bonne santé par ailleurs. Bien qu’il soit crucial de vacciner les personnes les plus vulnérables, la vaccination des autres personnes est également importante. Elle prévient la maladie chez les personnes vaccinées et diminue aussi le nombre de personnes dans la communauté susceptibles de développer et donc de transmettre l’infection aux personnes les plus vulnérables. Ainsi, vacciner le plus grand nombre possible de personnes permet de réduire les décès et les complications graves au sein de la communauté. Cet effet est appelé immunité de troupeau.

Le dépistage

Le dépistage consiste à tester les personnes exposées à une maladie donnée, mais ne présentant pas de symptômes (voir également Décisions relatives aux examens médicaux, Tests de dépistage Tests de dépistage Comme de nombreuses maladies différentes peuvent causer les mêmes symptômes, il peut être difficile pour les médecins d’en identifier la cause. Ils recueillent tout d’abord des informations... en apprendre davantage ). Le dépistage peut permettre une détection précoce. Celle-ci peut permettre de commencer un traitement précoce, empêchant parfois une maladie de devenir mortelle. Par exemple, des anomalies du col de l’utérus ou du côlon peuvent être diagnostiquées et guéries avant qu’elles ne deviennent cancéreuses.

Les programmes de dépistage ont considérablement réduit le nombre de décès causés par certains troubles. Par exemple, les décès dus au cancer du col de l’utérus, autrefois la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les femmes américaines, ont diminué de 75 % depuis 1955. Le dépistage peut également permettre de diagnostiquer des maladies qui ne sont pas guérissables, mais qui peuvent être traitées avant qu’elles ne causent trop de dommages (par exemple, l’hypertension artérielle).

Les recommandations en matière de dépistage sont généralement issues d’organismes gouvernementaux ou professionnels et se basent sur les meilleures recherches disponibles. Toutefois, les recommandations de certains organismes sont parfois différentes. Il y a plusieurs raisons à cela. Même les meilleurs résultats de recherche ne sont pas toujours probants. Et les recommandations en matière de dépistage doivent prendre en compte les risques et les dépenses que les personnes sont prêtes à accepter, des facteurs que l’on ne peut pas connaître avec certitude. Ainsi, les soins doivent être personnalisés et il convient d’aborder le dépistage avec son médecin personnel pour l’adapter à chaque situation.

Le saviez-vous ?

  • Certains tests pour diagnostiquer des troubles avant la survenue des symptômes (tests de dépistage) peuvent éventuellement causer plus de mal que de bien.

On peut penser qu’il serait bon d’effectuer tous les tests capables de diagnostiquer un trouble grave. Cependant, ce n’est pas vrai. Bien que le dépistage offre des avantages considérables, il peut aussi créer des problèmes. Par exemple, les résultats des tests de dépistage sont parfois positifs chez des personnes qui n’ont pas la maladie, et un certain nombre de ces personnes effectuent par la suite des examens de suivi complémentaires et/ou reçoivent des traitements qui sont inutiles, souvent coûteux et peut-être douloureux ou dangereux.

En outre, il arrive parfois que les examens de dépistage révèlent des anomalies qui ne peuvent pas ou ne doivent pas être traitées. Par exemple, le cancer de la prostate Cancer de la prostate Le risque de cancer de la prostate augmente avec l’âge. Les symptômes, tels qu’une difficulté pour uriner, un besoin d’uriner fréquent et impérieux et la présence de sang dans l’urine, ne se... en apprendre davantage Cancer de la prostate se développe souvent si lentement que chez les hommes âgés, le cancer est peu susceptible d’affecter leur santé avant qu’ils ne meurent d’une autre cause. Dans de tels cas, le traitement peut être pire que la maladie. Un autre exemple implique le recours à des examens de tomodensitométrie du corps entier chez tout le monde pour dépister un éventuel cancer. Ces examens ne sont pas recommandés car leurs bénéfices (comme sauver des vies) ne dépassent les risques (comme développer des troubles causés par l’exposition aux radiations, y compris le cancer). En outre, lorsque les gens entendent qu’ils pourraient avoir une maladie grave, ils peuvent devenir anxieux, ce qui peut nuire à la santé.

Pour ces raisons, le dépistage est recommandé uniquement lorsque

  • La personne présente un risque réel de développer la maladie.

  • Le test de dépistage est fiable.

  • Le trouble peut être traité plus efficacement lorsqu’elle est diagnostiquée avant que les symptômes ne se développent.

  • Les régimes de couverture du dépistage approprié le rendent relativement rentable.

Certains tests de dépistage (comme les tests pour les cancers du col utérin et du côlon) sont recommandés pour toutes les personnes d’un certain âge ou d’un certain sexe. Pour les personnes à risque accru en raison d’autres facteurs, les examens peuvent être recommandés à un âge plus précoce ou à des intervalles plus fréquents, ou des examens supplémentaires peuvent être conseillés. Par exemple, une personne ayant une prédisposition familiale au cancer colorectal ou atteinte d’une maladie, comme la rectocolite hémorragique, augmentant le risque de ce cancer, doit être incitée à effectuer une coloscopie de contrôle plus souvent qu’une personne présentant un risque moyen. Une femme ayant de forts antécédents familiaux de cancer du sein se verrait probablement conseiller un dépistage du cancer du sein au moyen d’une imagerie par résonance magnétique (IRM) en plus d’une mammographie.

Certaines mesures de dépistage sont recommandées pour les personnes atteintes de certaines maladies. Par exemple, les personnes atteintes de diabète doivent vérifier leurs pieds au moins une fois par jour pour déceler les rougeurs et les ulcères, qui, s’ils sont ignorés, peuvent conduire à une grave infection, voire à l’amputation.

Tableau
icon

Traitement pharmacologique préventif

Le traitement préventif médicamenteux (aussi connu sous le terme de chimioprophylaxie) est l’utilisation de médicaments pour prévenir une maladie. Pour qu’un tel traitement soit recommandé, il faut que la personne soit à risque de la maladie à prévenir et à faible risque d’effets secondaires produits par le médicament envisagé.

Le traitement préventif médicamenteux est clairement utile pour, par exemple, la prévention des infections chez les personnes atteintes de certaines maladies (comme le SIDA), la prévention des céphalées chez les personnes souffrant de migraines, et bien d’autres situations particulières. Bien que ce traitement préventif médicamenteux ne soit efficace que dans des situations spécifiques, certaines de ces situations sont courantes, de sorte que le traitement est utile à de nombreuses personnes. Par exemple, l’aspirine est généralement recommandée aux adultes à risque de maladie des artères coronaires ou d’accident vasculaire cérébral. Les nouveau-nés reçoivent systématiquement un collyre pour prévenir l’infection gonococcique des yeux. Les femmes à risque élevé de cancer du sein peuvent tirer profit d’un traitement préventif médicamenteux (en prenant du tamoxifène, par exemple).

Trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention sont les niveaux primaire, secondaire et tertiaire.

Dans la prévention primaire, on empêche effectivement la maladie de se développer. Les vaccinations, les conseils pour modifier les comportements à haut risque, et parfois la chimioprophylaxie font partie de la prévention primaire.

Dans la prévention secondaire, la maladie est détectée et traitée précocement, souvent avant l’apparition des symptômes, réduisant ainsi les conséquences graves.

La prévention secondaire peut comporter des programmes de dépistage, comme la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, l’absorptiométrie double énergie à rayons X (dual x-ray absorptiometry, DXA) pour détecter l’ostéoporose. Elle peut aussi comporter la recherche des partenaires sexuels d’un sujet porteur d’une maladie sexuellement transmissible (recherche des contacts) pour les soigner, si besoin, et limiter la diffusion de la maladie.

Dans la prévention tertiaire, une maladie existante, généralement chronique, est prise en charge afin de prévenir d’éventuelles complications ou aggravations des lésions. Par exemple, dans le cas du diabète, la prévention tertiaire repose sur une surveillance de la glycémie, une excellente hygiène de la peau, un examen fréquent des pieds et sur la pratique régulière d’une activité physique, pour prévenir les maladies cardiovasculaires. La prévention tertiaire pour une personne qui a eu un accident vasculaire cérébral peut impliquer la prise d’aspirine pour prévenir la survenue d’un deuxième AVC.

La prévention tertiaire peut comporter de la rééducation et un soutien, pour prévenir une détérioration de l’état de santé et pour optimiser la qualité de vie, comme de la rééducation après un traumatisme, un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.

La prévention tertiaire concerne également la prévention des complications chez les personnes invalides, comme les escarres chez les patients grabataires.

Tableau
icon

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
WELLBUTRIN, ZYBAN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Testez vos connaissances

Barrières externes et internes
Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’est pas toujours évident de définir ce qui est interne ou externe à l’organisme en raison du nombre important de surfaces que celui-ci possède. Les nutriments et les fluides ne sont pas réellement absorbés par le corps tant que quel processus n’a pas eu lieu ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE