Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des infections à arbovirus, à arénavirus et à filovirus

Par

Thomas M. Yuill

, PhD, University of Wisconsin-Madison

Dernière révision totale juil. 2018| Dernière modification du contenu juil. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les arbovirus, arénavirus et filovirus sont des virus qui se transmettent de l’animal à l’homme. L’animal affecté dépend du type de virus.

Nombre de ces infections ne provoquent aucun symptôme. Les symptômes de la plupart de ces infections, quand ils apparaissent, sont généralement légers et vagues et ressemblent à des symptômes grippaux. À mesure que l’infection progresse, les personnes peuvent présenter un gonflement des ganglions lymphatiques, des éruptions cutanées et des douleurs articulaires. Certains de ces virus peuvent infecter les tissus qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière (méningite) ou le cerveau lui-même (encéphalite). Certains provoquent une fièvre avec une tendance aux saignements (fièvre hémorragique), qui peut être mortelle.

Arbovirus

Arbovirus est l’abréviation de « arthropod-borne virus » (virus transmis par des arthropodes). Le nom arbovirus s’applique à n’importe quel virus qui est transmis à des personnes (ou animaux) par certains arthropodes qui se nourrissent de sang, principalement les insectes (mouches et moustiques) et les tiques.

Les arbovirus sont transmis lorsqu’un insecte ou une tique pique/mord un animal ou une personne infecté(e), puis pique/mord une autre personne ou un autre animal. La plupart des infections à arbovirus ne se transmettent pas d’une personne à l’autre. Les exceptions incluent la dengue, la fièvre jaune, l’infection par le virus Zika et la maladie du Chikungunya, qui peuvent être transmises d’une personne à l’autre par des moustiques. De plus, le virus Zika peut être transmis par voie sexuelle. Dans de rares cas, les virus de la dengue, du Chikungunya et Zika ont été transmis par transfusion sanguine ou don d’organe, ou d’une mère à son nouveau-né à la naissance.

Il existe plus de 250 arbovirus, présents partout dans le monde entier. Au moins 80 provoquent une maladie chez l’homme.

Nombre d’arbovirus qui n’étaient autrefois présents que dans certaines régions du monde se propagent aujourd’hui. Ces virus comprennent le virus du Chikungunya, le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, le virus de l’encéphalite japonaise, le virus de la fièvre de la vallée du Rift, le virus du Nil occidental, le virus de la rivière Ross et le virus Zika. Ces virus se propagent en partie parce que le changement climatique permet aux moustiques qui transmettent ces virus de vivre dans de nouvelles régions. Par ailleurs, les voyageurs peuvent être infectés dans des régions où le virus est courant, puis retourner chez eux et être piqués par un moustique, qui transmet ensuite le virus à d’autres personnes.

Le virus du Chikungunya est transmis par une espèce particulière de moustiques appelée moustique Aedes. Ce virus a d’abord été identifié en Afrique, mais il s’est récemment propagé jusqu’aux Caraïbes et en Amérique centrale, du Sud et du Nord. L’infection par le virus du Chikungunya provoque généralement une fièvre et de sévères douleurs articulaires, souvent dans les mains et les pieds. Les personnes infectées peuvent aussi avoir des céphalées, des douleurs musculaires, un gonflement des articulations, ou une éruption cutanée. La plupart des personnes se sentent mieux en une semaine.

Arénavirus

Les arénavirus sont transmis par des rongeurs. Les infections causées par ces virus comprennent la chorioméningite lymphocytaire, la fièvre de Lassa et la fièvre hémorragique d’Argentine (causée par le virus Junin). La fièvre de Lassa peut également se transmettre d’une personne à l’autre. Les infections à arénavirus sont relativement fréquentes chez l’homme dans certaines régions du monde et peuvent provoquer des maladies graves.

Filovirus

Les filovirus peuvent provoquer une fièvre hémorragique sévère chez l’homme et d’autres primates (comme les petits et grands singes). Jusque-là, seuls deux membres de ce groupe de virus ont été identifiés :

On ne sait pas comment ces virus ont été transmis à l’homme pour la première fois. Les experts pensent, toutefois, que la première personne touchée a contracté l’infection en manipulant ou en mangeant un animal infecté, comme une chauve-souris frugivore ou un primate. Ces virus se transmettent facilement d’une personne à l’autre.

Diagnostic

  • Analyses de sang

  • Mise en culture de sang ou de tissu infecté

Pour diagnostiquer ces infections, les médecins peuvent réaliser des analyses de sang et des cultures. On peut rechercher dans le sang les anticorps dirigés contre un virus ou ses antigènes. (Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire pour participer à la défense de l’organisme contre une attaque particulière. Les antigènes sont des protéines présentes sur ou dans les virus, qui déclenchent les défenses de l’organisme.) La mise en culture implique le développement de micro-organismes en laboratoire à partir d’échantillons de sang, de liquide biologique ou de tout autre matériel prélevé dans une zone infectée, jusqu’à ce qu’il soit suffisant pour permettre l’identification.

Les techniques de PCR (réaction en chaîne par polymérase) peuvent être utilisées pour fabriquer un grand nombre de copies du matériel génétique du virus. Cette technique permet aux médecins d’identifier rapidement et précisément le virus.

Des tests sont parfois faits rapidement, par exemple, quand l’infection est une menace grave pour la santé publique ou quand les symptômes sont sévères.

On examine parfois un échantillon sanguin ou d’un autre tissu au microscope électronique, qui fournit un énorme grossissement avec une haute résolution.

Prévention

Comme il existe de nombreux arbovirus différents, il est souvent plus facile et moins onéreux de contrôler les infections à arbovirus en contrôlant les arthropodes qui se propagent et de prévenir l’exposition au virus (y compris de prévenir les piqûres de moustiques et de tiques) que de développer des vaccins spécifiques ou des traitements médicamenteux.

Il est difficile de contrôler les moustiques, mais de nouvelles approches sont en cours de développement et d’évaluation.

Prévenir l’exposition à un virus

Les infections transmises par les moustiques ou les tiques peuvent souvent être prévenues par les mesures suivantes :

  • Porter des vêtements qui couvrent autant le corps que possible

  • Utiliser des répulsifs pour les insectes, comme le DEET (diéthyltoluamide)

  • Éviter autant que possible l’exposition aux moustiques ou aux tiques

Par exemple, pour éviter les piqûres de moustiques, les personnes peuvent limiter le temps passé dehors dans des zones humides.

Pour les tiques, les mesures suivantes peuvent être utiles :

  • Rester sur les chemins et sentiers

  • Rentrer son pantalon dans les bottes ou les chaussettes

  • Porter des chemises à manches longues (voir l’encadré Prévention des morsures de tiques)

Les infections transmises par des souris ou d’autres rongeurs sont généralement dues à l’exposition à leurs urines, leurs déjections ou tout autre liquide biologique contenant le virus. Les mesures suivantes peuvent permettre de prévenir cette exposition :

  • Avant le nettoyage, aérer les espaces clos où il y a eu des souris.

  • Avant le balayage ou le nettoyage, humidifier les surfaces avec une solution d’eau de Javel.

  • Éviter de remuer la poussière.

  • Obturer les ouvertures par lesquelles les rongeurs peuvent pénétrer dans les habitations.

  • Mettre les aliments dans des récipients ne pouvant être rongés par les rongeurs.

  • Éliminer les sites de nidation potentiels autour des habitations.

La prévention de l’exposition au virus de Marburg ou Ebola requiert une mise en quarantaine stricte des personnes infectées et l’utilisation de mesures d’isolement, car ces virus se transmettent facilement d’une personne à l’autre.

Vaccination

Actuellement, des vaccins efficaces ne sont largement disponibles que pour le virus de la fièvre jaune et le virus de l’encéphalite japonaise. Des vaccins pour l’encéphalite transmise par les tiques sont disponibles en Europe, en Russie et en Chine. Un vaccin contre la dengue est disponible dans plusieurs pays en dehors des États-Unis, mais il n’est que partiellement efficace. Un vaccin expérimental contre le virus Ebola est actuellement testé dans le cadre de l’épidémie au Congo (printemps 2018). Il a été utilisé avec succès à une échelle limitée à la fin de l’épidémie d’Ebola survenue en 2016 en Afrique de l’Ouest.

Traitement

  • Soins d’accompagnement

  • Parfois, ribavirine

Le traitement de la plupart de ces infections est axé sur le soulagement des symptômes et le maintien des fonctions vitales. Par exemple, des transfusions peuvent être administrées en cas de saignements sévères.

L’antiviral ribavirine peut être utilisé pour traiter la fièvre hémorragique, comme dans le cas de la fièvre de Lassa.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du COVID-19
Vidéo
Présentation du COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
Rhume
Modèle 3D
Rhume

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE