Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Tétanos

(trismus)

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le tétanos est dû à une toxine produite par une bactérie anaérobie, Clostridium tetani. Sous l’action de la toxine, les muscles se contractent involontairement et se raidissent.

  • Le tétanos se développe généralement après une blessure ou une lésion qui déchire la peau, qui est alors contaminée.

  • Le diagnostic repose sur les symptômes.

  • La vaccination et les soins appropriés des plaies peuvent empêcher le développement du tétanos.

  • Le traitement consiste à administrer des immunoglobulines antitétaniques pour neutraliser la toxine et prendre en charge les symptômes jusqu’à leur disparition.

Clostridium tetani n’a pas besoin d’oxygène pour vivre. Il s’agit d’une bactérie anaérobie.

Le tétanos est rare aux États-Unis mais fréquent dans les pays en voie de développement.

Les spores de Clostridium tetani peuvent vivre pendant des années dans les selles des animaux et dans le sol. La bactérie du tétanos peut pénétrer dans l’organisme par les biais suivants :

  • Plaies contaminées par de la terre ou des excréments (en particulier si la plaie n’est pas suffisamment nettoyée)

  • Piqûres par des aiguilles contaminées (comme celles utilisées pour l’injection de drogues ou pour les tatouages ou le piercing)

Parfois, la blessure est si petite que la personne ne consulte pas un médecin. Les blessures qui impliquent un corps étranger (comme une écharde, de la saleté ou des éclats de balle) et du tissu nécrosé (comme les brûlures, les engelures, la gangrène ou les blessures par écrasement) sont plus susceptibles de causer le tétanos.

Occasionnellement, le tétanos peut provoquer un avortement ou la mort du fœtus in utero s’il existe des lésions au niveau de l’utérus. Dans les pays en voie de développement, la contamination par de la terre du cordon ombilical sectionné peut être responsable de l’apparition de la maladie chez les nouveau-nés.

Les bactéries du tétanos produisent des spores. Les spores sont une forme inactive (dormante) des bactéries. Les spores permettent aux bactéries de survivre lorsque les conditions environnementales sont difficiles. Lorsque les conditions sont favorables, les spores se transforment en bactéries. La bactérie Clostridium tetani produit les toxines du tétanos. Ces toxines circulent dans l’organisme et empêchent certains nerfs d’envoyer des signaux à d’autres nerfs. Par conséquent, les muscles se contractent involontairement, provoquant raideur et spasmes musculaires douloureux.

La vaccination pendant l’enfance et des injections de rappel tous les 10 ans chez l’adulte peuvent empêcher l’apparition du tétanos (prévention). De ce fait, le tétanos se développe principalement chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées ou dont la vaccination n’est pas à jour. Cette situation est plus fréquente dans les pays en voie de développement. Aux États-Unis, le risque de développer le tétanos est élevé pour les personnes suivantes :

  • Les personnes qui s’injectent des drogues

  • Les personnes de plus de 60 ans, car l’immunité diminue au fil du temps

  • Les personnes qui n’ont jamais reçu la première série de vaccins antitétaniques, qui fait partie de la vaccination infantile de routine

Symptômes

Les symptômes du tétanos apparaissent généralement 5 à 10 jours environ après la blessure, mais peuvent se développer jusqu’à 50 jours plus tard environ.

Les spasmes musculaires sont le trait caractéristique du tétanos. Les muscles se contractent involontairement (spasme) et se rigidifient. Les spasmes commencent généralement au niveau de la mâchoire (provoquant un trismus) et de la gorge (entraînant des difficultés pour avaler), puis au niveau du cou, des épaules, du visage et finalement de l’abdomen et des membres. De tels spasmes peuvent agir sur la respiration, parfois de façon tellement importante que les patients deviennent bleus. Le visage peut se trouver figé dans un sourire avec les sourcils relevés. Les muscles du dos se contractent, provoquant une cambrure extrême du dos, de la nuque et des jambes. Les spasmes des muscles des sphincters peuvent provoquer une constipation et des difficultés pour uriner. De petites perturbations (comme un bruit, ou un coup donné dans le lit) peuvent déclencher des spasmes musculaires douloureux sur tout le corps.

Rarement, les spasmes peuvent être limités aux groupes musculaires voisins de la lésion. Cette forme de tétanos localisé peut durer des semaines.

D’autres symptômes surviennent parce que le tétanos affecte le système nerveux, notamment la région qui contrôle les processus physiologiques internes, par exemple, la rapidité des battements du cœur. Les personnes atteintes de tétanos peuvent avoir un rythme cardiaque rapide et de la fièvre. Elles peuvent transpirer abondamment. La tension artérielle peut augmenter et baisser. Les personnes peuvent inhaler (aspirer) le contenu de leur bouche dans les poumons, entraînant une pneumonie.

Les personnes peuvent être agitées et irritables. Toutefois, même quand la maladie est sévère, les personnes restent généralement totalement conscientes.

Chez les nouveau-nés, le tétanos touche l’ensemble du corps et est fréquemment mortel. Les enfants qui survivent peuvent être atteints de surdité.

Le saviez-vous ?

  • Un nettoyage méticuleux et précoce des plaies souillées peut empêcher l’apparition de cette maladie.

Pronostic

Dans le monde entier, environ 50 % des personnes atteintes du tétanos meurent, généralement parce que les spasmes musculaires au niveau de la gorge, du thorax et de l’abdomen interfèrent avec la respiration. Mais aux États-Unis, environ 6 % seulement meurent si l’infection est correctement traitée. Mais si le traitement est retardé et que le tétanos est sévère, jusqu’à 60 % des personnes peuvent mourir. Les formes mortelles ont plus de chance d’être vues chez les utilisateurs de drogues illicites par voie intraveineuse, les très jeunes enfants et les personnes très âgées. Le pronostic est pire si les symptômes se développent rapidement et évoluent rapidement ou si le traitement est retardé.

Grâce au traitement, la plupart des personnes récupèrent.

Diagnostic

  • Examen clinique

Un médecin suspecte un tétanos devant l’apparition d’une rigidité ou de spasmes au niveau de certains muscles (fréquemment, la mâchoire et les muscles du dos), en particulier si le patient a une blessure.

On peut parfois mettre la bactérie en culture à partir d’un échantillon prélevé au niveau de la blessure. Cependant, les résultats de la culture indiquent parfois un tétanos alors que la bactérie n’est pas présente (un résultat faux positif), et le tétanos peut être présent même si aucune bactérie n’est détectée (un résultat faux négatif). Par conséquent, le médecin ne se base pas sur la culture pour diagnostiquer un tétanos.

Prévention

La prévention du tétanos est de loin préférable au traitement de la maladie déclarée.

Vaccination

Le tétanos se développe rarement chez les personnes qui ont reçu la totalité des doses de la primo-vaccination contre le tétanos (trois injections intramusculaires ou plus) et qui ont reçu un rappel tous les 10 ans, comme cela est recommandé. Le vaccin antitétanique stimule la production d’anticorps neutralisant la toxine. Cependant, il faut parfois attendre plusieurs semaines après la vaccination pour que ces anticorps se développent.

Chez les jeunes enfants, le vaccin antitétanique est administré en association avec les vaccins contre la diphtérie et la coqueluche ( Vaccinations de routine chez les nourrissons et les enfants).

Les adultes qui ont eu une primo-vaccination complète doivent faire un rappel tous les 10 ans.

Les femmes enceintes reçoivent le vaccin tétanos–diphtérie-coqueluche acellulaire (TDCoq) lors de chaque grossesse. Cette stratégie prévient le tétanos chez les femmes et les nouveau-nés. Lorsque la femme enceinte est vaccinée, les anticorps dirigés contre le tétanos sont transférés de la mère au fœtus pendant la grossesse, et le nouveau-né a des anticorps dirigés contre le tétanos à la naissance.

Après une blessure

Lorsqu’une personne se blesse, elle doit immédiatement nettoyer minutieusement la plaie pour éviter l’apparition du tétanos.

On peut administrer une dose de vaccin contre le tétanos aux personnes qui se sont blessées afin de prévenir l’apparition de la maladie. Si les personnes n’ont pas été vaccinées, elles reçoivent une seconde dose 1 mois après la première, puis une troisième dose 2 mois après la première. Ensuite, des doses de rappel sont administrées tous les 10 ans.

Comme le vaccin n’est pas efficace avant plusieurs semaines, on fait parfois en plus des injections d’immunoglobuline antitétanique. Cette immunoglobuline est obtenue à partir de donneurs humains qui présentent des taux élevés d’anticorps dirigés contre la toxine tétanique. Ces anticorps neutralisent immédiatement la toxine. (Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire qui participent à la défense de l’organisme contre une attaque particulière, comme celle de la toxine tétanique.)

Tableau
icon

Après une blessure : Qui a besoin d’une vaccination antitétanique ?

Nombre d’injections antérieures

Plaies mineures propres

Plaies profondes ou sales*

Incertain ou moins de 3†

Vaccin antitétanique‡ plus immunoglobuline antitétanique

3 ou plus§

Vaccin antitétanique‡, si dernière dose reçue il y a plus de 10 ans

Vaccin antitétanique‡, si dernière dose reçue il y a plus de 5 ans

* Comprennent les plaies contaminées par de la poussière, des selles, de la terre ou de la salive, ainsi que les piqûres, les blessures avec perte de tissu, les blessures causées par un objet contondant ou par écrasement, les brûlures et les engelures.

† Les personnes qui n’ont pas reçu le nombre recommandé de doses de vaccin contre le tétanos sont invitées à les recevoir (vaccination de rattrapage).

‡ Le type de vaccin contre le tétanos utilisé dépend de l’âge de la personne. Pour les sujets âgés de 7 ans et plus, le vaccin diphtérie-tétanos est utilisé (Td). Le vaccin tétanos-diphtérie-tétanos-coqueluche acellulaire (TDCoq) est préféré au Td pour les adultes qui n’ont jamais reçu le TDCoq. Les enfants âgés de moins de 7 ans sont vaccinés avec le vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche acellulaire (DTCoq). Les enfants qui ne peuvent pas recevoir le vaccin contre la coqueluche (par exemple, ceux qui ont des convulsions ou sont atteints de certaines maladies cérébrales ou neurologiques) reçoivent le vaccin diphtérie-tétanos (DT).

§ Si trois doses seulement de vaccin ont été administrées, il convient d’administrer une quatrième dose.

Traitement

  • Nettoyage de la plaie et élimination des tissus morts et des corps étrangers

  • Antibiotiques

  • Immunoglobulines antitétaniques

  • Traitement des symptômes, parfois en utilisant la ventilation mécanique

Les patients atteints de tétanos sont admis dans une unité de soins intensifs. La chambre est maintenue dans le calme pour éviter toutes perturbations pouvant déclencher des spasmes musculaires. Les blessures sont soigneusement nettoyées et le tissu nécrosé et les corps étrangers sont éliminés.

Des antibiotiques (généralement le métronidazole) sont administrés par voie intraveineuse pour tuer les bactéries et donc stopper la production de toxines. Cependant, les antibiotiques n’ont aucun effet sur les toxines déjà produites. De telles toxines continuent à provoquer des spasmes musculaires. Une dose unique d’immunoglobuline antitétanique est généralement injectée dans un muscle pour neutraliser la toxine déjà produite. Si l’immunoglobuline antitétanique n’est pas possible, les médecins peuvent administrer une immunoglobuline non spécifique, qui contient de nombreux anticorps différents, y compris ceux qui luttent contre le tétanos.

Les personnes ne développent pas d’immunité au tétanos une fois qu’elles ont eu le tétanos. C’est-à-dire qu’elles peuvent à nouveau attraper le tétanos. Par conséquent, après la guérison du tétanos, les personnes sont vaccinées contre le tétanos, sauf si leurs vaccinations sont à jour.

Prise en charge des symptômes

Pour les spasmes musculaires et la rigidité, des sédatifs, comme le diazépam ou le midazolam, peuvent être administrés. Ces médicaments permettent également de soulager l’anxiété.

Si la rigidité musculaire interfère avec la respiration, un tube peut être placé dans la trachée (intubation trachéale), les muscles de la personne atteinte sont alors paralysés à l’aide d’un médicament qui de ce fait arrête les spasmes. Puis, la sonde est raccordée à un respirateur mécanique.

Si la tension artérielle et le rythme cardiaque sont instables, les médecins peuvent administrer de la morphine par voie intraveineuse, du magnésium, un bêtabloquant à courte durée d’action ou d’autres médicaments.

En cas de difficultés de déglutition, l’alimentation et l’hydratation se font par voie intraveineuse ou, plus rarement, par l’intermédiaire d’une tubulure insérée dans l’estomac par voie nasale.

Si une constipation, qui est fréquente, se développe, des émollients fécaux sont administrés, et une sonde peut être insérée dans le rectum pour faciliter la gestion de la production de gaz.

Informations supplémentaires

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
DURAMORPH PF, MS CONTIN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du COVID-19
Vidéo
Présentation du COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
Varicelle
Modèle 3D
Varicelle

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE