Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Coqueluche

(Toux coquelucheuse)

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Dernière révision totale févr. 2020| Dernière modification du contenu févr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La coqueluche est une maladie infectieuse très contagieuse provoquée par la bactérie Gram négativeBordetella pertussis qui se manifeste par des quintes de toux persistantes se terminant par une reprise inspiratoire bruyante, prolongée et aiguë (bruit comparable au chant du coq).

  • La coqueluche touche habituellement les enfants et les adolescents.

  • Des symptômes de rhume léger sont suivis par des quintes de toux sévères, puis une guérison progressive.

  • Le diagnostic repose sur le bruit caractéristique de la toux (chant du coq) et l’examen du mucus à l’intérieur du nez et de la gorge.

  • La plupart des enfants souffrant de coqueluche guérissent lentement mais pleinement.

  • La vaccination contribue à prévenir cette infection.

  • Les enfants très malades sont souvent hospitalisés pour recevoir des antibiotiques destinés à éradiquer l’infection.

La coqueluche, autrefois très fréquente aux États-Unis, est aujourd’hui rare même si l’infection n’est pas éradiquée. En 2018, plus de 13 000 cas de coqueluche ont été dénombrés aux États-Unis. Des épidémies localisées parmi des personnes non immunisées surviennent tous les 3 à 5 ans.

La coqueluche reste un problème important dans de nombreuses régions du monde.

Elle est de plus en plus fréquente alors qu’elle peut être prévenue par un vaccin. Cette augmentation peut être due à :

  • Épuisement de l’immunité chez les personnes qui ont été vaccinées

  • Refus de certains parents de laisser leurs enfants se faire vacciner

Avant que les vaccins ne soient largement utilisés, la coqueluche était une maladie des jeunes enfants. De nos jours, on peut développer une coqueluche à tout âge. Plus de la moitié des cas affectent des adolescents et des adultes. Toutefois, la coqueluche est la plus grave chez les enfants de moins de 2 ans ; presque tous les décès dus à la coqueluche surviennent chez des enfants de moins de 1 an. La plupart des décès sont dus à une pneumonie et à des complications touchant le cerveau. La coqueluche est également grave chez les personnes âgées.

Un épisode de coqueluche n’immunise pas toujours à vie ; les récidives sont donc possibles mais elles sont alors en général d’importance modérée, si bien qu’elle n’est pas toujours reconnue comme telle. D’ailleurs, certains adultes chez qui l’on soupçonne une « pneumopathie atypique » souffrent en fait de coqueluche.

La diffusion de la coqueluche se fait par projection dans l’air par la toux de petites gouttelettes contenant la bactérie. Quiconque se trouvant aux alentours est susceptible d’inhaler ces particules et d’être contaminé. La coqueluche n’est généralement pas contagieuse après la troisième semaine de la maladie.

Symptômes

La maladie se manifeste environ 1 à 2 semaines après l’exposition. Si aucune complication ne se développe, elle dure 6 à 10 semaines, évoluant en trois stades :

  • Symptômes légers comparables à ceux d’un rhume

  • Quintes de toux sévères

  • Récupération progressive

Les symptômes initiaux de type rhume comprennent des éternuements, un écoulement nasal, une perte d’appétit, une léthargie, une toux sèche la nuit et une sensation de malaise général. Les personnes atteintes peuvent être enrouées, mais sont rarement fiévreuses.

Les quintes de toux surviennent après 10 à 14 jours. Les quintes comprennent en général au moins 5 efforts de toux rapidement consécutifs, souvent suivis d’un cri (sifflement prolongé, aigu et inspiratoire). Seule la moitié des personnes environ présentent un cri caractéristique. Les enfants vaccinés peuvent être moins à même de présenter un cri. Après une quinte, la respiration est normale mais une autre quinte survient peu après.

La toux produit souvent de grandes quantités de mucus épais (en général avalé par les nourrissons et les enfants ou visible sous forme de bulles volumineuses pendant du nez).

Chez des enfants plus jeunes, une quinte de toux prolongée est souvent suivie de vomissements. Chez les nourrissons, des épisodes d’étouffement et des pauses respiratoires (apnées) peuvent alterner et être plus fréquents que le cri de coq caractéristique, et provoquer un teint bleuâtre de la peau (cyanose).

Environ un quart des enfants atteints développent une pneumonie associée à des difficultés respiratoires. Des otites (otite moyenne) sont également fréquentes. Dans de rares cas, le cerveau est touché chez les nourrissons souffrant de coqueluche. Des saignements, un œdème et/ou une inflammation du cerveau peuvent alors entraîner des crises convulsives, une confusion, des lésions cérébrales ou un déficit intellectuel. Les crises convulsives sont fréquentes chez les nourrissons, mais rares chez les enfants plus âgés.

Après environ 4 semaines, les quintes de toux diminuent progressivement mais l’enfant peut continuer à avoir des quintes de toux pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

La plupart des enfants souffrant de coqueluche guérissent lentement, mais pleinement. Toutefois, quelques enfants âgés de moins de 1 an meurent.

Diagnostic

  • Culture d’un échantillon de mucus

  • Parfois, d’autres tests sont effectués sur un échantillon de mucus

Une coqueluche est soupçonnée devant des quintes de toux typiques associées à un sifflement inspiratoire ou d’autres symptômes. Le diagnostic est confirmé par la mise en culture d’un échantillon de mucus prélevé au fond du nez ou dans la gorge. Les résultats de culture d’échantillons de personnes atteintes de la coqueluche sont généralement positifs pendant les deux premiers stades de la maladie, en revanche ils sont souvent négatifs après plusieurs semaines de maladie. Les résultats de la mise en culture peuvent prendre jusqu’à 7 jours.

Le test de détection par réaction en chaîne par polymérase (PCR), réalisé sur des échantillons prélevés dans le nez ou la gorge, est le test le plus utile. Il amplifie la quantité d’ADN bactérien afin de pouvoir détecter les bactéries plus rapidement et de les identifier plus facilement.

Prévention

La vaccination anti-coqueluche est systématique chez les enfants. Le vaccin contre la coqueluche est généralement associé aux vaccins contre la diphtérie et le tétanos sous la forme du vaccin dcaT pour les enfants de moins de 7 ans et du dcaT pour les adolescents et les adultes ( Vaccinations de routine chez les nourrissons et les enfants). L’immunité produite par le vaccin tend à diminuer 5 à 10 ans après l’administration de la dernière dose.

Les experts recommandent une dose de rappel unique de dcaT pour les adolescents âgés de 11 à 12 ans et pour les adultes qui n’ont jamais reçu de dcaT. Un rappel est également conseillé pour chaque grossesse.

Après l’exposition à la coqueluche

Des antibiotiques sont administrés à certains groupes de personnes après qu’elles ont été exposées à une personne atteinte de coqueluche, qu’elles aient été vaccinées ou non. Après que la personne atteinte de coqueluche a développé une toux, ces antibiotiques (appelés antibiotiques post-exposition) sont administrés dans les 21 jours suivants aux personnes suivantes :

  • Contacts familiaux (personnes vivant dans le même foyer) d’une personne souffrant de coqueluche

Des antibiotiques post-exposition sont également administrés à certaines autres personnes à risque élevé dans les 21 jours suivant l’exposition à une personne souffrant de coqueluche :

  • Nourrissons de moins de 12 mois

  • Femmes dans le 3e trimestre de grossesse

  • Toutes les personnes présentant des affections pouvant être aggravées par la coqueluche (comme un asthme modéré à sévère, une maladie pulmonaire chronique ou des affections affaiblissant le système immunitaire)

  • Personnes en contact étroit avec des nourrissons de moins de 12 mois, des femmes enceintes ou des personnes présentant des affections pouvant entraîner une maladie sévère ou des complications si elles ont été infectées

  • Toutes les personnes dans des contextes qui incluent des nourrissons de moins de 12 mois ou des femmes dans leur 3e trimestre de grossesse (comme c’est le cas dans les crèches, les maternités et les unités de soins intensifs néonataux)

Une antibiothérapie par érythromycine (ou parfois par clarithromycine ou azithromycine) est administrée en prévention. Pour les nourrissons de moins de 1 mois, l’azithromycine est privilégiée.

Lorsqu’un enfant de moins de 7 ans a reçu moins de quatre doses de vaccin et qu’il a été en contact direct avec une personne atteinte de la coqueluche, il doit aussi être vacciné.

Traitement

  • Pour les nourrissons gravement malades, hospitalisation et isolement

  • Antibiotiques

Dans les cas les plus graves, les nourrissons sont généralement hospitalisés parce que la gêne respiratoire peut s’aggraver et nécessiter une ventilation mécanique au moyen d’un tube introduit dans la trachée. Il est parfois nécessaire d’aspirer le mucus qui se trouve dans la gorge. D’autres enfants peuvent bénéficier d’un apport supplémentaire en oxygène et en liquides par voie intraveineuse. Les nourrissons très malades sont en général isolés (pour éviter la contamination d’autres personnes par les gouttelettes contaminées dans l’air, la procédure s’appelle isolement respiratoire) pendant 5 jours au cours desquels ils sont traités par antibiothérapie. Comme toute perturbation peut déclencher une quinte de toux, ces nourrissons sont installés dans une pièce sombre et calme où ils sont perturbés le moins possible.

Quant aux enfants plus âgés et sans signe de gravité, ils peuvent être traités à domicile. Les enfants traités à la maison doivent être isolés pendant au moins 4 semaines après le début des symptômes et jusqu’à leur disparition.

L’utilisation d’antitussifs est discutable et ils ne sont généralement pas employés.

En général, une antibiothérapie par érythromycine ou azithromycine par voie orale est mise en place pour éradiquer la bactérie de la coqueluche.

Des antibiotiques peuvent aussi être employés pour traiter les infections associées à la coqueluche, comme une pneumonie ou des otites.

Informations supplémentaires

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment se laver les mains
Vidéo
Comment se laver les mains
Modèles 3D
Tout afficher
Bouton de fièvre
Modèle 3D
Bouton de fièvre

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE