Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Tularémie

(Tularémie ; Fièvre de la mouche du cerf)

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Dernière révision totale févr. 2020| Dernière modification du contenu févr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La tularémie est une infection provoquée par la bactérie Gram négativeFrancisella tularensis, transmise lorsqu’une personne a des contacts directs avec des animaux sauvages infectés, d’ordinaire des lapins, ou si une personne est piquée par une tique, une mouche de cerf, ou une puce.

  • La manipulation de carcasses d’animaux, la morsure d’une tique, l’inhalation de particules pulvérisées contaminées et l’absorption ou l’ingestion de matériel contaminé peuvent être responsables de l’infection.

  • Parmi les symptômes, il peut y avoir fièvre, ulcères et hypertrophie des ganglions lymphatiques.

  • La mise en culture d’échantillons tissulaires ou sanguins peut aider le médecin dans son diagnostic.

  • Les injections d’antibiotiques sont la plupart du temps toujours efficaces.

  • L’utilisation de mesures préventives contre les morsures de tiques, la manipulation des carcasses en prenant des précautions et la désinfection de l’eau peuvent réduire le risque de tularémie.

Mode de transmission

Francisella tularensis est normalement présente chez les animaux, en particulier les rongeurs, les lapins et les lièvres. Les animaux sauvages et les animaux domestiques peuvent être porteurs de la bactérie.

Les personnes peuvent s’infecter de la façon suivante :

  • En manipulant des carcasses d’animaux infectés (par exemple lorsque les chasseurs dépouillent les lapins ou quand les bouchers, les fermiers, les fourreurs et le personnel de laboratoire manipulent des animaux ou des produits animaux)

  • Par piqûre par une tique infectée, une mouche du cerf, une puce ou par d’autres insectes, habituellement en été (surtout chez les enfants)

  • Par ingestion ou absorption d’aliments contaminés (tels que de la viande de lapin insuffisamment cuite) ou de l’eau

  • Par inhalation de particules aériennes contenant la bactérie (par exemple quand le gazon est tondu au-dessus d’un animal mort infecté ou quand les personnes étudient la bactérie dans un laboratoire)

Francisella tularensis est une arme biologique potentielle. Elle peut être répandue dans l’air et être inhalée. La taille des particules aériennes détermine l’endroit où elles vont se loger dans les voies respiratoires. Les petites particules se logent dans les alvéoles pulmonaires et sont responsables d’une pneumonie. Les particules plus grosses se logent dans la gorge. Les particules peuvent également se loger dans les yeux.

La tularémie n’est pas transmise d’homme à homme.

Dissémination par la circulation sanguine

L’infection peut se propager dans la circulation sanguine et infecter :

  • Poumons (causant une pneumonie)

  • Os

  • Membrane qui entoure le cœur (provoquant une péricardite)

  • Membrane qui tapisse l’abdomen (provoquant une péritonite)

  • Valvules cardiaques (causant une endocardite)

  • Tissus recouvrant le cerveau et la moelle épinière (causant une méningite)

Quelquefois, du pus s’amasse dans les poumons, formant un abcès.

Types

Il existe plusieurs formes de tularémie.

Forme ulcéro-glandulaire

Il s’agit de la forme la plus fréquente. Une plaie ouverte douloureuse (ulcère) se développe au niveau de la porte d’entrée cutanée de la bactérie : au niveau d’une écorchure, généralement sur les mains et les doigts, ou au niveau d’une morsure de tique, généralement au niveau de l’aine, des aisselles ou du tronc.

La bactérie se propage jusqu’aux ganglions lymphatiques voisins, qui gonflent et deviennent douloureux. Occasionnellement, la peau entourant les ganglions se rompt, et du pus peut être drainé.

Forme glandulaire

Les ganglions lymphatiques augmentent de volume et sont douloureux mais il n’y a pas d’ulcération.

Forme oculoglandulaire

L’œil est douloureux, gonflé et rouge et il est souvent rempli de pus. Les ganglions lymphatiques voisins augmentent de volume et deviennent douloureux.

Cette forme est probablement transmise par frottement des yeux par des doigts contaminés ou par la projection dans les yeux d’un liquide infecté.

Forme oropharyngée

La gorge (le pharynx) est douloureuse et les ganglions du cou sont enflés. Certains patients ont des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et une diarrhée.

Cette forme est typiquement due à la consommation de viande contaminée pas assez cuite ou à la consommation d’eau contaminée.

Forme typhoïde

Frissons, forte fièvre et douleurs abdominales apparaissent mais il n’y a pas d’ulcérations et les ganglions lymphatiques ne sont pas hypertrophiés.

Cette forme se développe quand la circulation sanguine est infectée. Parfois, la source de l’infection est inconnue.

Pulmonaire

Les poumons sont infectés. Les patients peuvent être atteints d’une toux sèche, être essoufflés et avoir une douleur thoracique. Une éruption cutanée peut se développer.

Cette forme est due à l’inhalation de la bactérie ou à la propagation de la bactérie au niveau des poumons par la circulation sanguine. Cette forme évolue chez 10 à 15 % de patients en tularémie ulcéro-glandulaire et chez 50 % en tularémie typhoïde.

Septicémique

Cette forme rare est la plus grave. Cette infection généralisée se développe lorsque la bactérie se propage dans la circulation sanguine et provoque le dysfonctionnement de nombreux organes.

La tension artérielle est basse, les poumons sont remplis de liquide, et les facteurs de coagulation du sang sont épuisés, entraînant une hémorragie (coagulation intravasculaire disséminée).

Symptômes

Les différentes formes de tularémie touchent différentes parties du corps (par exemple, les yeux, la gorge, ou les poumons) et sont donc responsables de symptômes différents. Les symptômes apparaissent généralement 2 à 4 jours après l’exposition, mais peuvent apparaître jusqu’à 10 jours après.

Les ulcères peuvent se développer près de l’égratignure ou de la piqûre, qui est la porte d’entrée de l’infection. Les ganglions voisins de la zone infectée peuvent augmenter de volume et devenir douloureux. Brusquement, une fièvre pouvant aller jusqu’à 40 °C peut apparaître, accompagnée de céphalées, de frissons, d’importantes sueurs et de douleurs musculaires. Les patients peuvent ressentir un malaise généralisé et se sentir nauséeux. Ils peuvent vomir et perdre du poids. Une éruption cutanée peut apparaître à tout moment.

Pronostic

Avec un traitement adapté, presque toutes les personnes atteintes guérissent. Sans traitement, le taux de mortalité varie de 6 % chez les personnes atteintes de tularémie ulcéro-glandulaire jusqu’à 33 % chez les personnes atteintes des formes typhoïde, pulmonaire, ou septicémique. La mort est en général liée à une infection disséminée, à une pneumonie, à une méningite ou à une péritonite.

Les rechutes sont rares, mais peuvent être observées en cas de traitement inadapté. Les patients qui ont été atteints d’une tularémie sont immunisés contre une réinfection.

Diagnostic

  • Culture et analyse d’échantillons de sang et/ou d’autres liquides infectés

Le diagnostic de tularémie est suspecté en présence d’une fièvre brutale, d’une augmentation de volume des ganglions et d’ulcérations caractéristiques, chez une personne précédemment exposée aux tiques ou aux mouches de cerf, ou qui ont été en contact, même brièvement, avec des lapins, des lièvres ou des rongeurs.

Des échantillons de matériel infecté, comme le sang, le liquide d’un ganglion, le pus au niveau des ulcérations ou les expectorations, sont prélevés. Ces prélèvements sont envoyés à un laboratoire où la bactérie, si elle est présente, pourra être mise en culture et être identifiée. On peut également rechercher dans le sang les anticorps dirigés contre la bactérie.

Les médecins peuvent utiliser la technique PCR (réaction en chaîne par polymérase) pour augmenter la quantité d’ADN des bactéries de façon à pouvoir les détecter plus rapidement.

Prévention

Si des personnes voyagent dans des régions où la tularémie est fréquente, elles doivent prendre les mesures suivantes :

  • Appliquer des insecticides répulsifs contenant 25 à 30 % de diéthyltoluamide (DEET) sur la peau exposée

  • Porter des vêtements traités par un répulsif contenant de la perméthrine

  • Rester sur les chemins et les sentiers quand on marche dans des zones boisées

  • Marcher au milieu des chemins pour éviter de se frotter aux broussailles et aux mauvaises herbes

  • Porter des pantalons longs et les rentrer dans les chaussettes et les bottes

  • Rechercher les tiques méticuleusement dans les vêtements, sur soi-même, sur les membres de la famille et sur les animaux de compagnie

  • Ne pas boire ou se baigner, nager ou travailler dans une eau non traitée, qui peut être contaminée

Rechercher très rapidement les tiques peut contribuer à éviter l’infection car la transmission de l’infection requiert généralement que les tiques restent attachées pendant 4 heures ou plus. Si on trouve une tique, il faut l’enlever immédiatement ( Prévention des morsures de tiques).

Pour manipuler des lapins, des lièvres ou des rongeurs, il faut porter des vêtements protecteurs (tels que des gants et un masque) car la bactérie peut être présente. Les oiseaux sauvages et le gibier doivent être soigneusement cuits avant d’être consommés.

Aucun vaccin n’est disponible actuellement, mais un est en cours d’étude.

Après exposition à la bactérie (par exemple, après un accident de laboratoire), on traite préventivement les personnes par des antibiotiques, comme la doxycycline ou la ciprofloxacine pour éviter l’apparition de l’infection.

Traitement

  • Antibiotiques

Il n’est pas nécessaire d’isoler les patients atteints de tularémie.

Le traitement habituel repose sur des injections intramusculaires de streptomycine pendant 7 à 10 jours. Les autres antibiotiques possibles sont la gentamicine, le chloramphénicol, la ciprofloxacine et la doxycycline.

Rarement, les abcès très importants doivent être drainés chirurgicalement.

L’application de compresses chaudes sur un œil infecté, le port de lunettes noires, et l’utilisation de collyres peuvent être utiles.

Les personnes souffrant de céphalées intenses sont généralement traitées avec des analgésiques.

Informations supplémentaires

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
PERIOSTAT, VIBRAMYCIN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Médicaments antiviraux
Vidéo
Médicaments antiviraux
Les virus sont des agents infectieux qui pénètrent et se répliquent dans des cellules saines...
Modèles 3D
Tout afficher
Virus COVID-19
Modèle 3D
Virus COVID-19

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE