Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Infection intra-amniotique

(Chorioamniotite)

Par

Antonette T. Dulay

, MD, Main Line Health System

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Une infection intra-amniotique est une infection des tissus qui entourent le fœtus, tels que le liquide amniotique, le placenta, les membranes autour du fœtus, ou une combinaison de ces possibilités.

  • L’infection intra-amniotique majore le risque de problèmes chez la mère et l’enfant.

  • La femme présente généralement une fièvre et, souvent, des douleurs pelviennes et des pertes vaginales.

  • En général, les médecins peuvent diagnostiquer cette infection lors d’un examen clinique, mais parfois, une analyse du liquide amniotique peut s’avérer nécessaire.

  • Des antibiotiques et des médicaments visant à faire baisser la température corporelle sont administrés et l’accouchement est programmé le plus tôt possible.

Les complications de la grossesse, telles qu’une infection intra-amniotique, sont des troubles qui ne se manifestent que pendant la grossesse. Ils peuvent concerner la femme, le fœtus ou les deux, et survenir à différents moments de grossesse. Cependant, de nombreuses complications de la grossesse peuvent être traitées efficacement.

Une infection intra-amniotique se développe généralement du fait que les bactéries du vagin pénètrent l’utérus et infectent les tissus qui entourent le fœtus. Normalement, les glaires présentes dans le col de l’utérus, les membranes contenant le fœtus et le placenta empêchent ces bactéries de causer des infections. Cependant, certaines situations permettent aux bactéries de traverser ces défenses plus facilement. Par exemple, les membranes qui entourent le fœtus peuvent se rompre trop tôt (rupture prématurée des membranes). Dans de rares cas, une infection survient lors du monitoring fœtal interne. Cette procédure consiste à surveiller le fœtus en insérant une électrode (un petit capteur rond relié à un fil) dans le vagin de la femme.

Plus le laps de temps est long entre le moment où les membranes se rompent et le moment où la naissance a lieu, plus une infection intra-amniotique est susceptible de se développer, en particulier si les médecins ou les sages-femmes procèdent à de nombreux examens gynécologiques. Ces examens peuvent introduire des bactéries dans le vagin et l’utérus.

La présence de bactéries susceptibles de causer des infections dans l’appareil génital rend également les infections intra-amniotiques plus probables. Il est possible que ces femmes ne soient pas informées de la présence de ces bactéries, en particulier si elles n’ont pas bénéficié de soins prénataux de routine, dans le cadre desquels des tests destinés à rechercher ces bactéries auraient été réalisés.

Une infection intra-amniotique est également plus susceptible de survenir si :

  • Le travail démarre de manière prématurée (travail prématuré).

  • Le liquide amniotique contient du méconium (les selles vert foncé produites par le fœtus avant la naissance et généralement expulsées après l’accouchement).

  • Le travail dure longtemps.

Une infection intra-amniotique peut majorer le risque de survenue des problèmes suivants chez le fœtus :

  • Un accouchement prématuré ou une rupture prématurée des membranes (l’infection intra-amniotique peut provoquer ces problèmes autant qu’en résulter)

  • Une quantité insuffisante d’oxygène dans le sang au moment de l’accouchement

  • Des infections, telles qu’une infection de tout l’organisme (septicémie), une pneumonie ou une méningite

  • Décès

Une infection intra-amniotique peut majorer le risque de survenue des problèmes suivants chez la mère :

Dans de rares cas, lorsqu’une infection intra-amniotique n’est pas traitée, un choc septique (une hypotension artérielle potentiellement fatale due à une réponse systémique à l’infection), une coagulation intravasculaire disséminée (un trouble de la coagulation qui provoque des saignements et l’apparition de caillots) et un syndrome de détresse respiratoire aiguë peuvent survenir.

Symptômes

Une infection intra-amniotique provoque généralement de la fièvre et cause souvent une douleur abdominale et des pertes vaginales qui peuvent être malodorantes. Le rythme cardiaque du fœtus et de la mère peut être rapide. Cependant, certaines femmes présentent des symptômes atypiques.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Numération formule sanguine

  • Parfois, amniocentèse

Les médecins réalisent un examen clinique et une numération formule sanguine (qui comprend une numération des globules blancs).

Les médecins suspectent une infection intra-amniotique lorsque la femme présente une fièvre et au moins un autre symptôme typique, tel qu’un rythme cardiaque élevé chez le fœtus, des pertes malodorantes ou une numération des globules blancs anormalement élevée. Si le diagnostic demeure peu évident, les médecins doivent prélever un échantillon de liquide amniotique et l’analyser (amniocentèse).

Si le travail débute précocement ou que les membranes se rompent prématurément, les médecins considèrent la possibilité d’une infection, même si la femme ne présente pas de symptômes classiques.

Prévention

En cas de rupture prématurée des membranes, les médecins ne pratiquent d’examens pelviens que si cela est nécessaire.

En général, les médecins administrent à ces femmes des antibiotiques par voie intraveineuse ou orale, afin de prolonger la grossesse et de réduire le risque de problèmes chez le fœtus.

Traitement

  • Antibiotiques

  • Médicaments visant à faire baisser la température corporelle

  • Accouchement

Les femmes atteintes d’une infection intra-amniotique reçoivent des antibiotiques par voie intraveineuse. Elles reçoivent également des médicaments visant à faire baisser la température corporelle, tels que le paracétamol.

Une fois le diagnostic posé, l’accouchement doit survenir rapidement.

Si le travail n’a pas commencé, il peut être déclenché artificiellement (induit).

En général, un accouchement immédiat par césarienne n’est pas nécessaire si la mère et le fœtus sont stables et si des antibiotiques sont administrés au moment de l’induction du travail.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Généralités sur l’appareil génital féminin
Vidéo
Généralités sur l’appareil génital féminin
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE