Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Troubles convulsifs pendant la grossesse

Par

Lara A. Friel

, MD, PhD, University of Texas Health Medical School at Houston, McGovern Medical School

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle

La plupart des femmes présentant des convulsions (épilepsie) bien contrôlées par des médicaments anticonvulsivants peuvent donner naissance à un bébé en bonne santé dans de bonnes conditions de sécurité. Si ces femmes dorment suffisamment et prennent des doses adaptées d’anticonvulsivants, le nombre de crises n’augmente généralement pas pendant la grossesse, et celle-ci se passe bien. Cependant, ces femmes ont légèrement plus de risques de :

D’un autre côté, la prise d’anticonvulsivants majore le risque d’anomalies congénitales (voir le tableau Médicaments qui peuvent poser des problèmes pendant la grossesse) et peut légèrement réduire les aptitudes intellectuelles de l’enfant. Cependant, ces risques pourraient être accrus par les crises épileptiques autant que par l’utilisation des anticonvulsivants.

La prise de certains anticonvulsivants (tels que la phénytoïne, la carbamazépine ou le phénobarbital) au cours de la grossesse augmente le risque de maladie hémorragique du nouveau-né (qui cause une tendance à saigner facilement). Cependant, si les femmes prennent des vitamines prénatales avec de la vitamine D et que le nouveau-né reçoit de la vitamine K, la maladie hémorragique survient rarement.

Ainsi, les femmes atteintes de troubles épileptiques devraient discuter avec un spécialiste de la manière d’équilibrer les risques associés à la prise d’anticonvulsivants et les risques de présenter des convulsions, de préférence avant la grossesse. Certaines femmes peuvent arrêter les anticonvulsivants en toute sécurité au cours de la grossesse, mais la plupart doivent continuer à les prendre. Les risques liés à l’absence de traitement, à savoir des crises d’épilepsie plus fréquentes, qui peuvent être nocives pour le fœtus et la mère, sont souvent plus importants que le risque lié à la prise d’anticonvulsivants.

Les médecins prescrivent la dose efficace d’anticonvulsivants la plus basse, et recourent à aussi peu d’anticonvulsivants différents que possible. Les femmes qui prennent des anticonvulsivants doivent prendre une dose élevée d’un supplément quotidien de folates. En principe, celui-ci est commencé avant la grossesse. La prise de suppléments contenant de l’acide folique permet de réduire le risque d’accoucher d’un enfant porteur d’une malformation congénitale.

Un accouchement par voie naturelle est généralement possible. Une césarienne n’est pratiquée que si ces femmes présentent des crises convulsives répétées durant le travail, ou que d’autres problèmes surviennent et le requièrent.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Dysplasie cervicale
Vidéo
Dysplasie cervicale
L’utérus est l’organe central du système reproducteur féminin. Cette cavité creuse et musculaire...
Modèles 3D
Tout afficher
L’intérieur du bassin chez la femme
Modèle 3D
L’intérieur du bassin chez la femme

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE