Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Ménopause précoce

(Insuffisance ovarienne précoce ; Insuffisance ovarienne primaire)

Par

JoAnn V. Pinkerton

, MD, University of Virginia Health System

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La ménopause précoce correspond à la disparition définitive des règles avant l’âge de 40 ans. Elle survient lorsque les ovaires ne libèrent plus d’ovules régulièrement (ovulation) et lorsque leur capacité à produire des hormones est réduite.

  • Certaines femmes n’ont aucun symptôme, sauf qu’elles ne peuvent pas devenir enceintes, et d’autres présentent les mêmes symptômes que ceux de la ménopause naturelle (comme les bouffées de chaleur ou les sueurs nocturnes).

  • Des analyses de sang viennent confirmer le diagnostic, et d’autres tests sont effectués pour identifier la cause.

  • Diverses mesures, y compris les œstrogènes (généralement pris jusqu’à l’âge de 51 ans, l’âge moyen auquel survient la ménopause), peuvent soulager ou réduire les symptômes.

  • Pour qu’elles puissent tomber enceintes, les femmes atteintes de ménopause précoce peuvent avoir recours à l’implantation dans leur utérus d’un ovule d’une autre femme.

D’un point de vue hormonal, la ménopause précoce ressemble à la ménopause naturelle. Les ovaires produisent très peu d’ œstrogènes. L’ovulation s’arrête. Cependant, parfois les ovaires commencent à fonctionner pendant une courte période et peuvent libérer un ovule, ce qui rend la grossesse possible. Les ovaires contiennent encore des milliers d’ovules.

Causes

La ménopause précoce est due à de nombreuses causes :

  • Anomalies génétiques : les chromosomes, dont les chromosomes sexuels, peuvent s’avérer anormaux. Les anomalies des chromosomes sexuels incluent le syndrome de Turner, les troubles qui confèrent un chromosome Y (qui n’est normalement présent que chez les hommes) et le syndrome de l’X fragile.

  • Maladies auto-immunes : le corps produit des anticorps anormaux qui attaquent à ses propres tissus, dont les ovaires. La thyroïdite, le vitiligo et la myasthénie grave en sont des exemples.

  • Troubles métaboliques : la maladie d’Addison et le diabète en sont des exemples.

  • Infections virales : les oreillons en sont un exemple.

  • Chimiothérapie contre le cancer

  • Radiothérapie

  • Ablation chirurgicale des ovaires : l’ablation des deux ovaires (ovariectomie bilatérale) arrête les règles et provoque la ménopause.

  • Ablation chirurgicale de l’utérus : l’ablation de l’utérus (hystérectomie) arrête les règles, mais elle n’entraîne pas la plupart des symptômes de la ménopause tant que les ovaires fonctionnent.

  • Toxines : le tabac en est un exemple.

Symptômes

Certaines femmes peuvent ne pas présenter de symptômes, mais elles sont dans l’incapacité de tomber enceintes. D’autres femmes développent les mêmes symptômes que ceux associés à une ménopause normale (qui se produit vers l’âge de 51 ans), tels que des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes et des sautes d’humeur. Les règles peuvent devenir plus légères ou irrégulières, ou s’arrêter.

Le manque d’ œstrogènes peut provoquer une baisse de la densité osseuse (ostéoporose), ainsi qu’un amincissement et une sécheresse de la muqueuse vaginale (atrophie vaginale). Si les femmes atteintes de ménopause précoce ne suivent pas de traitement par œstrogènes jusqu’à l’âge moyen de survenue de la ménopause (51 ans environ), le risque de troubles de l’humeur, de maladie de Parkinson, de démence et de maladie coronarienne est accru.

Si la cause est un trouble qui confère un chromosome Y, le risque de cancer de l’ovaire est accru.

Les femmes peuvent souffrir d’autres symptômes du trouble provoquant la ménopause précoce. Par exemple, si le syndrome de Turner est en cause, elles peuvent être petites, avoir un cou large et des troubles de l’apprentissage.

Diagnostic

  • Un test de grossesse

  • Mesure des taux d’hormones

  • Analyses supplémentaires pour identifier la cause

  • Parfois, analyse des chromosomes

Le médecin suspecte une ménopause précoce lorsque la femme a moins de 40 ans et présente des symptômes de ménopause ou n’arrive pas à tomber enceinte.

Un test de grossesse est effectué et les taux d’ œstrogènes et de l’hormone folliculo-stimulante (qui stimule la production d’ œstrogènes et de progestérone par les ovaires) sont mesurés chaque semaine pendant plusieurs semaines pour confirmer le diagnostic de ménopause précoce.

Des examens supplémentaires peuvent être réalisés pour permettre aux médecins d’identifier la cause de la ménopause précoce, et d’évaluer ainsi les risques pour la santé de la femme et de lui prescrire un traitement approprié pour sa ménopause précoce. Un test sanguin pour l’hormone antimüllérienne (qui est produite dans les ovaires) peut être réalisé pour évaluer le degré de fonctionnement des ovaires et pour estimer les chances pour qu’une femme puisse devenir enceinte.

Chez la femme de moins de 35 ans, il peut être indiqué de proposer une analyse chromosomique. En cas d’anomalie chromosomique, des examens complémentaires et un traitement peuvent être nécessaires.

La densité osseuse peut être mesurée pour détecter une éventuelle ostéoporose.

Traitement

  • Contraceptifs oraux ou hormonothérapie

  • Si une grossesse est souhaitée, fécondation in vitro

Si les femmes atteintes de ménopause précoce ne souhaitent pas devenir enceintes, on leur administre l’une des options suivantes :

  • Pilules contraceptives contenant des œstrogènes et un progestatif (contraceptifs oraux combinés)

  • Hormonothérapie qui contient une plus forte dose d’œstrogènes, prise tous les jours, et un progestatif ou de la progestérone, pris pendant 12 à 14 jours chaque mois (hormonothérapie cyclique)

Ces traitements sont généralement pris jusqu’à 51 ans (âge moyen de survenue de la ménopause). Ensuite, les médecins décident de la nécessité de continuer les traitements en fonction des circonstances individuelles de la femme.

Les œstrogènes aident à soulager les symptômes et à prévenir d’autres effets de la ménopause (tels que la sécheresse vaginale et les sautes d’humeur). La plus forte dose d’œstrogènes en hormonothérapie aide à maintenir la densité osseuse. Comme la prise d’œstrogènes seuls augmente le risque de cancer de la muqueuse utérine (cancer de l’endomètre), la plupart des femmes prennent également un progestatif ou de la progestérone avec les œstrogènes pour aider à protéger contre ce cancer. Les femmes ayant subi une ablation de l’utérus peuvent prendre de l’œstrogène seul.

Si les femmes atteintes de ménopause précoce souhaitent tomber enceintes, les médecins préconisent une fécondation in vitro (dans une éprouvette). Les ovules d’une autre femme (ovules de donneuse) sont implantés dans l’utérus après leur fécondation in vitro. Des œstrogènes et un progestatif ou de la progestérone sont également administrés pour que l’utérus puisse supporter la grossesse. Cette technique procure aux femmes jusqu’à 50 % de chances de tomber enceintes. Autrement, les chances de tomber enceinte sont inférieures à 10 %. L’âge de la femme qui réalise le don d’ovules est plus important que l’âge de la femme qui les reçoit. Même sans fécondation in vitro, certaines femmes atteintes d’insuffisance ovarienne primaire deviennent enceintes.

Les femmes avec un chromosome Y doivent subir une ablation des ovaires pour réduire le risque de développement d’un cancer de l’ovaire. L’hormonothérapie est généralement également recommandée pour ces femmes jusqu’à ce qu’elles atteignent l’âge moyen de la ménopause ou plus longtemps pour prévenir les effets de l’absence d’œstrogènes.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Généralités sur l’appareil génital féminin
Vidéo
Généralités sur l’appareil génital féminin
Modèles 3D
Tout afficher
L’intérieur du bassin chez la femme
Modèle 3D
L’intérieur du bassin chez la femme

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE