Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Communications interauriculaires et interventriculaires

(CIA ; CIV)

Par

Jeanne Marie Baffa

, MD, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les communications interauriculaires et interventriculaires sont des orifices situés dans les parois (septums) qui séparent le cœur droit du cœur gauche.

  • Ces orifices peuvent se situer dans les parois qui séparent les chambres supérieures ou inférieures du cœur.

  • Beaucoup de ces orifices sont de petite taille, ne provoquent pas de symptômes et se referment sans traitement.

  • Le diagnostic est évoqué à partir d’un souffle au cœur caractéristique (le son créé par un flux de sang turbulent, lorsque le sang passe à travers des valvules sténosées ou incontinentes, ou dans des structures cardiaques anormales) et confirmé par une échocardiographie.

  • Certaines communications qui ne se résolvent pas spontanément doivent être refermées à l’aide d’un bouchon ou d’un autre dispositif spécialisé inséré via un cathéter ou lors d’une intervention chirurgicale.

Les communications interauriculaires et interventriculaires figurent parmi les malformations cardiaques congénitales les plus fréquentes.

Les communications interauriculaires (CIA) sont situées au niveau du septum qui sépare les deux cavités supérieures du cœur (oreillettes) par où arrive le sang dans le cœur depuis le reste du corps.

Les communications interventriculaires (CIV) sont situées au niveau du septum qui sépare les deux cavités inférieures (ventricules) qui propulsent le sang hors du cœur et vers le reste du corps.

Ces orifices créent généralement une dérivation du sang de la gauche vers la droite, ce qui signifie que du sang déjà oxygéné dans les poumons passe par l’orifice et retourne dans les poumons. Cette dérivation est inefficace et l’excès de sang dans les poumons peut entraîner des symptômes.

Certaines communications interauriculaires ne sont en fait qu’une dilatation du foramen ovale (un orifice normal présent avant la naissance qui relie les deux chambres supérieures). La plupart de ces malformations (persistance du foramen ovale) se referment spontanément dans les 3 premières années suivant la naissance, mais il arrive qu’elles subsistent jusqu’à l’âge adulte. Lorsqu’il s’agit d’un véritable orifice entre les deux oreillettes (véritable communication interauriculaire), celui-ci ne se résorbe généralement pas spontanément.

Les communications interventriculaires peuvent être situées dans diverses parties de la paroi qui sépare les chambres inférieures du cœur. Certaines sont susceptibles de se refermer spontanément (par exemple, celles qu’on appelle les communications interventriculaires musculaires), tandis que d’autres ne le font pas.

Communication septale : un trou dans le cœur

Une communication septale est un orifice situé dans la paroi (septum) qui sépare le cœur droit du cœur gauche. Les communications interauriculaires sont situées entre les cavités supérieures du cœur (oreillettes). Les communications interventriculaires sont situées entre les cavités inférieures (ventricules). Dans les deux cas, une partie du sang oxygéné destiné au corps est court-circuitée. Il est renvoyé directement aux poumons au lieu d’être distribué dans le reste du corps.

Communication septale : un trou dans le cœur

Symptômes

Communications interauriculaires

Les nourrissons porteurs d’une communication interauriculaire ne présentent pas de symptômes. Il arrive qu’un enfant porteur d’une communication interauriculaire présente un retard de croissance.

Cependant, au début de l’âge adulte ou plus tard, les communications interauriculaires non traitées peuvent entraîner un AVC et/ou une élévation de la tension dans les poumons (hypertension pulmonaire), surtout si elles sont de taille importante. Même les communications interauriculaires moins importantes peuvent s’aggraver avec le temps : le côté gauche du cœur se rigidifie naturellement, ce qui propulse plus de sang par l’orifice et vers les poumons.

Communications interventriculaires

Les communications interventriculaires peuvent aller de simples petits orifices susceptibles d’entraîner un souffle cardiaque mais aucun autre symptôme, à l’existence d’orifices plus grands associés à des symptômes qui apparaissent très tôt chez le nourrisson. Les symptômes provoqués par une communication interventriculaire importante surviennent généralement entre 6 et 8 semaines, et comprennent : respiration rapide, mauvaise alimentation, transpiration lors des repas et retard de prise de poids. Ces symptômes suggèrent que l’enfant développe une insuffisance cardiaque (voir figure Insuffisance cardiaque : problèmes de pompage et de remplissage).

Si la communication n’est pas traitée, l’enfant peut également contracter des infections pulmonaires récurrentes et présenter une élévation de la pression dans les vaisseaux sanguins des poumons (hypertension pulmonaire) qui peut à terme devenir irréversible, entraîner de nombreuses complications et réduire l’espérance de vie.

Parfois, une CIV est suffisamment proche de la valvule aortique pour l’affecter. La valvule aortique touchée peut se mettre à fuir (régurgitation aortique). En cas de régurgitation aortique, une partie du sang pompé revient vers le cœur. Si elle n’est pas traitée, la régurgitation aortique peut entraîner une insuffisance cardiaque.

Diagnostic

  • Échocardiographie

Les médecins suspectent souvent une communication lorsqu’ils détectent un souffle au cœur caractéristique. Un souffle au cœur est le son créé par un flux de sang turbulent, lorsque le sang passe à travers des valvules sténosées ou incontinentes, ou dans des structures cardiaques anormales.

Pour les communications interventriculaires comme pour les communications interauriculaires, une échocardiographie (échographie du cœur) est réalisée pour confirmer le diagnostic, déterminer la taille et l’emplacement de la malformation, et vérifier si une dilatation des chambres du cœur associée est présente. L’échocardiographie indiquera également si d’autres malformations cardiaques sont présentes.

Une électrocardiographie (ECG) est généralement réalisée, même chez les nourrissons. L’ECG peut indiquer qu’une ou plusieurs chambres du cœur sont hypertrophiées. Une radiographie du thorax peut révéler un cœur dilaté.

Traitement

  • Parfois, des médicaments, un bouchon ou un autre dispositif spécialisé inséré via un cathéter ou pendant une intervention chirurgicale

Le traitement dépend du type et de la taille de la malformation, ainsi que de la présence ou non de symptômes.

Communications interauriculaires

Comme les communications interauriculaires sont généralement asymptomatiques, les enfants touchés n’ont généralement pas besoin de médicaments. Si l’orifice est toujours présent à 2 ou 3 ans, les médecins recommandent généralement qu’il soit refermé pour éviter toute complication, sauf s’il est minime. Les communications interauriculaires situées au centre de la paroi entre les chambres supérieures peuvent souvent être refermées lors d’une procédure par cathétérisme cardiaque. Au cours de cette procédure, une sonde fine (cathéter) est insérée dans la grosse veine qui se trouve en haut de la jambe, puis elle est poussée dans le vaisseau sanguin jusqu’à atteindre le cœur. Une fois le cathéter bien positionné, le dispositif de fermeture est mis en place à travers l’extrémité du cathéter. Une fois sorti, il se déploie et referme l’orifice.

Les CIA très importantes ou situées au bord du septum interauriculaire nécessitent généralement une intervention chirurgicale pour être refermées avec un patch.

Certains enfants doivent prendre des antibiotiques avant de consulter le dentiste et avant certaines interventions chirurgicales (notamment des voies respiratoires). Ces antibiotiques permettent de prévenir des infections cardiaques graves appelées endocardites.

Communications interventriculaires

En cas de communication interventriculaire réduite, aucun traitement n’est généralement nécessaire. Cependant, certaines CIV situées à proximité de la valvule aortique peuvent entraîner une fuite de cette valvule (régurgitation aortique). En cas de régurgitation aortique, les médecins réalisent généralement une intervention chirurgicale pour refermer la CIV et, parfois, réparer ou remplacer la valvule aortique touchée.

Les nourrissons qui présentent des symptômes causés par une CIV modérée ou importantes peuvent en premier lieu recevoir un traitement médicamenteux, à base de furosémide (un diurétique qui permet d’évacuer l’excès de liquide de l’organisme), de digoxine (qui aide le cœur à pomper plus vigoureusement) et/ou d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA ; pour détendre les vaisseaux sanguins et faciliter le travail du cœur). Ces médicaments permettent de soulager les symptômes et de laisser le temps à la CIV de se refermer spontanément. Si les symptômes ne s’améliorent pas ou si la CIV ne se réduit pas, les médecins réalisent généralement une intervention chirurgicale pour refermer la CIV.

Certains types de CIV peuvent parfois être refermés par cathétérisme, mais moins fréquemment que pour les CIA.

Certains enfants doivent prendre des antibiotiques avant de consulter le dentiste et avant certaines interventions chirurgicales (notamment des voies respiratoires). Ces antibiotiques permettent de prévenir des infections cardiaques graves appelées endocardites.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Administration d’insuline
Vidéo
Administration d’insuline
Le diabète est une maladie qui se développe en raison de taux élevés de glucose, ou sucre...
Modèles 3D
Tout afficher
Mode d’action de l’insuline
Modèle 3D
Mode d’action de l’insuline

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE