Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Dysplasie bronchopulmonaire (DBP)

Par

Arcangela Lattari Balest

, MD, University of Pittsburgh, School of Medicine

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref

La dysplasie bronchopulmonaire est une affection pulmonaire chronique chez le nouveau-né provoquée par l’utilisation prolongée d’un respirateur (machine qui aide l’air à entrer dans les poumons et à en sortir) et/ou la nécessité prolongée d’une oxygénothérapie.

  • Elle survient le plus souvent chez les nourrissons grands prématurés, présentant une maladie pulmonaire sévère, ayant eu recours à un respirateur ou à une oxygénothérapie pendant de longues périodes, ou dont les alvéoles pulmonaires sont insuffisamment développées.

  • La respiration peut être rapide, difficile, ou les deux, la peau et/ou les lèvres peuvent être bleutées, ce qui indique que le nourrisson a encore besoin en continu d’une oxygénothérapie ou d’une assistance respiratoire.

  • Le diagnostic est basé sur la manière dont le nourrisson respire et sur la durée pendant laquelle il a eu besoin d’une oxygénothérapie, d’un respirateur ou les deux.

  • La plupart des nourrissons souffrant de dysplasie bronchopulmonaire survivent.

  • Après la sortie de l’hôpital, ces enfants ne doivent pas être exposés à de la fumée de cigarette ou aux émanations provenant de systèmes de chauffage d’appoint ou de poêles à bois. Ils peuvent recevoir du palivizumab pendant l’automne et l’hiver pour les protéger du virus respiratoire syncytial (VRS), une infection respiratoire courante.

  • Le traitement inclut une oxygénothérapie, au moyen d’un respirateur si besoin, une bonne alimentation et l’administration d’autres médicaments si nécessaire.

La dysplasie bronchopulmonaire (DBP) est une affection pulmonaire chronique survenant le plus souvent chez les grands prématurés (nés avant 32 semaines de gestation) et nés avec un trouble pulmonaire sévère (tel qu’un syndrome de détresse respiratoire). La DBP affecte tout particulièrement les nourrissons qui ont eu besoin d’un traitement par respirateur (machine qui aide l’air à entrer dans les poumons et à en sortir), par oxygénothérapie, ou les deux pendant plusieurs semaines après la naissance. Moins fréquemment, la DBP peut également être une complication de la pression positive continue des voies aériennes (CPAP : technique permettant au nouveau-né de respirer de manière autonome tout en recevant de l’air légèrement sous pression ou de l’oxygène administré au moyen d’une canule nasale placée dans les narines). Le tissu fragile des poumons peut être endommagé si les alvéoles sont trop étirées par le respirateur ou par la pression administrée par CPAP, ou en cas d’exposition prolongée à des concentrations élevées d’oxygène pendant une certaine période. Il en résulte une inflammation des poumons et une accumulation excessive de liquide dans les poumons. Chez les nourrissons atteints, le nombre d’alvéoles peut être inférieur à la normale. Les nouveau-nés à terme souffrant d’une affection pulmonaire développent parfois une DBP. Une DBP peut également se développer chez certains nourrissons très grands prématurés qui n’ont pas présenté de trouble pulmonaire ayant nécessité un traitement par respirateur.

Symptômes

Les nouveau-nés atteints respirent en général rapidement, et peuvent présenter des signes de détresse respiratoire, tels qu’une dépression de la partie inférieure du thorax lors de l’inspiration, ainsi qu’un taux d’oxygène dans le sang faible. Un faible taux d’oxygène dans le sang entraîne une coloration bleutée de la peau et/ou des lèvres (cyanose). Tous ces symptômes et signes indiquent que le nouveau-né a toujours besoin d’une supplémentation en oxygène ou d’un respirateur.

Diagnostic

  • Besoin prolongé d’oxygénothérapie et/ou d’assistance respiratoire ou de CPAP

  • Radiographie du thorax

Le diagnostic de dysplasie bronchopulmonaire est suspecté chez le nourrisson prématuré ayant eu recours à une ventilation et/ou à une oxygénothérapie ou une CPAP pendant une période prolongée (en général pendant plusieurs semaines ou mois), qui présente des signes de détresse respiratoire et qui a toujours besoin d’une oxygénothérapie.

Les facteurs les plus importants pour confirmer le diagnostic sont la nécessité pour les nourrissons d’avoir recours à l’oxygénothérapie et/ou à un respirateur ou à la CPAP pendant au moins les 28 premiers jours de vie et de toujours avoir des problèmes respiratoires.

Le diagnostic est étayé par les résultats d’une radiographie du thorax.

Pronostic

L’état des nourrissons atteints de dysplasie bronchopulmonaire s’améliore généralement progressivement au bout de 2 à 4 mois d’oxygénothérapie ou de ventilation assistée. Bien que quelques nourrissons souffrant d’une DBP sévère meurent en dépit de soins prolongés, la plupart d’entre eux survivent.

La gravité des lésions pulmonaires diminue sur une période de plusieurs mois avec le développement de tissu pulmonaire sain. Toutefois, plus tard, ces enfants peuvent avoir des problèmes de croissance et des problèmes de croissance et de développement du cerveau ou du système nerveux central. Ces enfants sont exposés à un risque accru de développer un asthme plus tard dans la vie ainsi que des infections pulmonaires telles qu’une bronchiolite, une pneumonie ou une infection par le virus respiratoire syncytial (VRS), qui survient souvent pendant les mois d’hiver.

Prévention

La prévention de la dysplasie bronchopulmonaire commence avant la naissance du nourrisson. Le fait de prolonger la grossesse, ne serait-ce que de quelques jours ou semaines, et d’administrer à la mère des corticoïdes pour accélérer la maturation des poumons du nourrisson, peut réduire la gravité de la maladie pulmonaire chez le nouveau-né prématuré à la naissance (syndrome de détresse respiratoire).

Si un respirateur ou de l’oxygène est absolument nécessaire après la naissance d’un nouveau-né prématuré, il faut utiliser les réglages les plus bas afin d’éviter les lésions pulmonaires. Cette pratique constitue la base de la prévention de la DBP. Dès que le nouveau-né est hors de danger, le respirateur et l’oxygène sont débranchés. Le fait d’administrer de manière précoce des médicaments qui stimulent la respiration, comme la caféine, peut permette de ne pas avoir recours à un respirateur. Après la naissance, certains nouveau-nés reçoivent un surfactant, une substance qui tapisse l’intérieur des alvéoles et leur permet de rester ouvertes.

Traitement

  • Oxygénothérapie ou respirateur si nécessaire

  • Augmentation des calories pour le nouveau-né

  • Parfois, diurétiques et restriction de l’apport en liquides

  • Palivizumab pour prévenir l’infection par le virus respiratoire syncytial

Les médecins diagnostiquent les infections pulmonaires et les traitent si besoin. Comme la ventilation et l’oxygénothérapie peuvent blesser les poumons, les médecins essaient de retirer les respirateurs et la CPAP des nouveau-nés dès que possible et de minimiser le recours à l’oxygénothérapie.

Une bonne nutrition est essentielle pour favoriser le développement pulmonaire et maintenir en bonne santé le nouveau tissu pulmonaire. Les nouveau-nés reçoivent un nombre accru de calories chaque jour pour aider leurs poumons à guérir et se développer.

Les poumons enflammés ayant tendance à accumuler les liquides, il est parfois nécessaire de limiter l’apport quotidien en liquides. Des médicaments appelés diurétiques peuvent être utilisés pour favoriser l’élimination urinaire de ces liquides par les reins.

Les nouveau-nés qui présentent une dysplasie bronchopulmonaire avancée peuvent avoir besoin d’une oxygénothérapie continue. Si un respirateur est nécessaire pendant une longue période, il peut être nécessaire d’insérer une sonde reliée au respirateur en pratiquant une ouverture par voie chirurgicale dans la trachée, une procédure que l’on appelle trachéotomie.

Après la sortie de l’hôpital, les nourrissons qui présentent une DBP ne doivent être exposés ni à la fumée de cigarette, ni aux émanations provenant de systèmes de chauffage d’appoint ou de poêles à bois. Il faut également éviter dans la mesure du possible le contact avec les personnes qui souffrent d’infections des voies aériennes supérieures. Ces enfants doivent être protégés contre l’infection par le virus respiratoire syncytial (VRS). Le palivizumab, un médicament qui fournit un anticorps spécifique dirigé contre le VRS, est généralement administré pour prévenir l’infection par VRS. Ce médicament est le plus souvent administré au cours de la première année de vie à l’automne et en hiver, lorsque les infections par VRS se développent dans la communauté, mais il peut être administré chaque fois que le VRS atteint des taux élevés dans la communauté. Le palivizumab est parfois administré pendant l’hiver au cours de la deuxième année de vie si l’enfant présente une DBP sévère.

Les nourrissons âgés de plus de 6 mois doivent également recevoir le vaccin contre la grippe.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment prendre la température d’un nourrisson ou...
Vidéo
Comment prendre la température d’un nourrisson ou...
Modèles 3D
Tout afficher
La mucoviscidose dans les poumons
Modèle 3D
La mucoviscidose dans les poumons

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE