Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH)

Par

Stephen Brian Sulkes

, MD, Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Dernière révision totale août 2018| Dernière modification du contenu août 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) consiste en une faible attention ou une attention de courte durée et/ou en une activité excessive ainsi qu’une impulsivité inappropriée à l’âge de l’enfant qui affecte ses fonctions ou son développement.

  • Le TDAH est un trouble cérébral qui est présent dès la naissance ou se développe peu après la naissance.

  • Certains enfants ont principalement des difficultés à maintenir leur attention, leur concentration et leur capacité à terminer des tâches ; d’autres sont hyperactifs et impulsifs ; et certains présentent les deux caractéristiques.

  • Les médecins posent leur diagnostic sur des questionnaires complétés par les parents et les enseignants, ainsi que sur des observations de l’enfant.

  • Les médicaments psychostimulants ou d’autres médicaments, ainsi que des environnements structurés, des routines, un plan d’intervention scolaire et des techniques parentales modifiées sont souvent nécessaires.

Bien qu’il existe un vif débat concernant le nombre d’enfants affectés, on estime que le TDAH affecte entre 8 et 11 % des enfants scolarisés et qu’il est diagnostiqué 2 fois plus souvent chez les garçons que chez les filles.

Beaucoup de caractéristiques du TDAH sont souvent remarquées avant l’âge de 4 ans et avant l’âge de 12 ans invariablement, mais elles n’affectent pas de manière significative les résultats scolaires et l’interaction sociale avant le niveau scolaire intermédiaire.

On appelait autrefois le TDAH simplement « trouble du déficit de l’attention » (TDA). Cependant, l’observation fréquente d’une hyperactivité chez les enfants atteints, qui est en fait une amplification physique du déficit de l’attention et de l’impulsivité, a conduit à un changement de la terminologie actuelle.

Le TDAH a trois formes :

  • Inattentif

  • Hyperactif/Impulsif

  • Combiné

La gravité des symptômes du TDAH est variable et peut devenir exagérée ou encore devenir un problème dans certains environnements, à la maison ou à l’école, par exemple. Les contraintes liées au milieu scolaire et au mode de vie actuel peuvent rendre le TDAH problématique, alors que par le passé, les symptômes pouvaient ne pas perturber de façon significative les fonctions de l’enfant en raison d’attentes différentes quant au comportement habituel dans l’enfance. Bien que certains symptômes de TDAH puissent survenir chez des enfants qui ne souffrent pas de ce trouble, ils sont plus fréquents et sévères chez les enfants atteints de TDAH.

Le saviez-vous ?

  • Dans le TDAH, l’hyperactivité est véritablement une amplification physique du déficit de l’attention et de l’impulsivité.

TDAH chez l’adulte

Bien que le TDAH soit considéré comme trouble de l’enfant et qu’il commence toujours pendant l’enfance, il peut passer inaperçu jusqu’à l’adolescence ou l’âge adulte. De nombreuses personnes continuent à avoir des symptômes une fois adultes.

Chez l’adulte, les symptômes incluent :

  • Difficulté à se concentrer

  • Difficulté à terminer des tâches (piètres aptitudes pratiques)

  • surexcitation

  • Sautes d’humeur

  • Impatience

  • Difficultés à entretenir des relations

Le TDAH peut être plus difficile à diagnostiquer à l’âge adulte. Les symptômes peuvent être similaires à ceux de troubles mentaux, notamment les troubles de l’humeur et les troubles anxieux. Les adultes consommant de l’alcool ou des drogues récréatives de manière excessive peuvent également présenter des symptômes similaires. Les médecins demandent aux adultes de remplir des questionnaires afin de diagnostiquer un TDAH, mais ils peuvent également avoir besoin de passer en revue les dossiers scolaires pour confirmer une forme d’inattention ou d’impulsivité.

Les adultes atteints de TDAH peuvent bénéficier des mêmes types de médicaments stimulants que les enfants. Ils peuvent également avoir besoin de soutien pour les aider à améliorer leur gestion du temps et à développer d’autres capacités d’adaptation.

Causes

De récentes recherches montrent que le TDAH implique probablement des anomalies au niveau des neurotransmetteurs (substances qui transmettent les impulsions nerveuses dans le cerveau). Le TDAH n’a pas de cause unique et spécifique connue, mais on observe souvent la présence de facteurs génétiques (hérédité). Un faible poids à la naissance (moins de 1,5 kg), une blessure à la tête, une infection cérébrale, une carence en fer, une apnée obstructive du sommeil et une exposition au plomb peuvent constituer d’autres facteurs de risque, ainsi que l’exposition à l’alcool, au tabac et à la cocaïne avant la naissance.

Certaines personnes ont soulevé des questions sur le rôle des additifs alimentaires et du sucre dans le cadre du TDAH. Bien que certains enfants semblent devenir hyperactifs ou impulsifs après avoir mangé des aliments contenant du sucre, les études ont confirmé que le TDAH est présent dès la naissance et que les facteurs alimentaires et environnementaux ne constituent pas une cause du trouble.

Symptômes

Le TDAH est principalement un trouble lié au maintien de l’attention, à la concentration et à la capacité à terminer une activité (persistance). Un enfant affecté peut également être hyperactif et impulsif. Les enfants en âge préscolaire atteints d’un TDAH, peuvent avoir des problèmes de communication et semblent présenter des problèmes d’interaction sociale. À mesure que les enfants s’approchent de l’âge scolaire, ils peuvent sembler inattentifs. Ils peuvent se montrer agités et remuants. Ils peuvent être impulsifs et répondre alors que ce n’est pas leur tour. Plus tard au cours de l’enfance, ces enfants sont en perpétuel mouvement, ils bougent constamment les jambes et les mains, ils parlent impulsivement, oublient les choses facilement et sont désorganisés. Ils ne sont généralement pas agressifs.

Signes de TDAH

Le diagnostic de trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) n’implique pas la présence de tous les signes. Cependant, les signes d’inattention doivent toujours être présents. Ces signes doivent être observés dans deux ou plusieurs situations (par exemple à la maison et à l’école) et ils doivent perturber les performances sociales ou scolaires.

Signes d’inattention :

  • Ne parvient souvent pas à accorder son attention aux détails

  • Fait preuve de difficultés à maintenir son attention dans le travail et les jeux

  • Ne semble pas écouter lorsque l’on s’adresse directement à lui/elle

  • Ne suit souvent pas les instructions et ne parvient pas à terminer les tâches attribuées

  • A souvent des difficultés à organiser ses différentes tâches et activités

  • Souvent évite, déteste ou est réticent à entreprendre des tâches qui exigent un effort mental soutenu.

  • Perd souvent ses affaires

  • Est facilement distrait(e) par des stimuli externes

  • Est souvent étourdi(e)

Signes d’hyperactivité et d’impulsivité :

  • Remue souvent les mains et les pieds ou se tortille.

  • Quitte souvent sa place en classe ou ailleurs.

  • Court tout le temps ou grimpe partout.

  • A des difficultés à jouer ou à entreprendre des activités de loisir tranquillement.

  • Bouge sans cesse ou agit comme s’il/elle était « propulsé(e) par un moteur ».

  • Parle souvent de manière excessive.

  • Répond souvent aux questions avant que l’on finisse de les formuler.

  • A souvent des difficultés à attendre son tour.

  • Interrompt ou fait souvent irruption parmi les autres.

Environ 20 à 60 % des enfants qui présentent un TDAH ont des troubles de l’apprentissage, et la plupart ont des difficultés scolaires. Le travail peut être désordonné, avec des erreurs d’inattention et une absence de réflexion. Ces enfants donnent souvent l’impression d’être ailleurs et de ne pas écouter. Souvent, ils ne suivent pas les instructions, ou ne terminent pas le travail scolaire, les tâches ménagères ou d’autres devoirs. Ils changent souvent d’activité sans réussir à en finir une.

Les enfants atteints peuvent manifester, à l’adolescence, des problèmes d’estime de soi, de dépression, d’anxiété ou d’intolérance à l’autorité. Environ 60 % des jeunes enfants présentent des accès de colère ; les plus grands manifestent surtout une mauvaise tolérance aux frustrations.

Diagnostic

  • Examen clinique

Le diagnostic de TDAH repose sur le nombre, la fréquence et la sévérité des symptômes. Des symptômes doivent apparaître dans au moins deux environnements différents (généralement, le domicile et l’école). La présence de symptômes uniquement au domicile ou uniquement à l’école et nulle part ailleurs ne correspond pas à un TDAH car ces symptômes peuvent être causés par une situation spécifique. Les symptômes doivent également être plus prononcés que prévu par rapport au niveau de développement de l’enfant et doivent être présents depuis au moins 6 mois. Souvent le diagnostic est difficile car il dépend de l’appréciation subjective de l’observateur. De même, on peut ne pas remarquer les enfants principalement inattentifs jusqu’à ce que leurs résultats scolaires ne soient négativement affectés.

Aucun examen de laboratoire n’est disponible pour le diagnostic du TDAH. Des questionnaires qui explorent les différents aspects du comportement et du développement peuvent aider les médecins et les psychologues à établir le diagnostic. Dans la mesure où des troubles de l’apprentissage sont fréquents, de nombreux enfants sont soumis à des examens psychologiques afin de rechercher la présence du TDAH d’une part, et des troubles spécifiques de l’apprentissage d’autre part, soit comme une cause de l’inattention, soit comme un problème coexistant.

Un examen clinique et parfois diverses analyses de sang et autres tests pour exclure d’autres troubles sont également réalisés.

TDAH : Épidémie ou diagnostic excessif ?

Le trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est diagnostiqué chez un nombre croissant d’enfants. Les médecins et les parents sont cependant de plus en plus préoccupés par une éventuelle erreur de diagnostic. Un haut degré d’activité peut être normal et n’être qu’une exagération du tempérament normal de l’enfant. Il peut aussi avoir plusieurs causes, dont des troubles émotionnels ou des anomalies de la fonction cérébrale comme le TDAH.

Généralement, les enfants de 2 ans sont actifs et restent rarement immobiles. Un haut degré d’activité et de bruit est courant jusqu’à l’âge de 4 ans. Dans ces groupes d’âge, et chez les enfants ayant un développement normal dans cette tranche d’âge, ce comportement est normal. Un comportement actif peut entraîner des conflits entre les parents et l’enfant et inquiéter les parents. Cela peut également créer des difficultés pour les personnes qui s’occupent de tels enfants, dont les enseignants.

L’appréciation du niveau d’activité de l’enfant ne doit pas simplement dépendre du degré de tolérance de la personne qui s’en occupe. Cependant, certains enfants sont nettement plus actifs que la moyenne. Lorsqu’un haut degré d’activité est associé à de courtes périodes d’attention et d’impulsivité, on peut parler d’un état d’hyperactivité qui rentre dans le cadre du TDAH.

Les reproches et la punition d’enfants dont le niveau d’activité est dans les limites du développement normal, sont habituellement contre-productifs et ne font qu’augmenter le niveau d’activité. Éviter de longues périodes durant lesquelles l’enfant doit rester assis ou demander l’aide d’un professeur qui sache gérer ces enfants peut être utile. Si ces mesures simples sont inefficaces, un bilan médical ou psychologique pour éliminer une maladie sous-jacente comme le TDAH peut être utile.

Pronostic

Les enfants qui ont un TDAH, ne majorent en général pas leur inattention, alors que ceux qui ont une hyperactivité prédominante tendent à devenir moins impulsifs et hyperactifs avec l’âge. Cependant, la plupart des adolescents et des adultes apprennent à s’adapter à leur inattention. Environ un tiers des personnes trouvent que la prise de médicaments stimulants continue à leur être bénéfique.

D’autres troubles peuvent se manifester ou persister à l’adolescence et à l’âge adulte : rendement scolaire médiocre, désorganisation (connue comme de piètres aptitudes pratiques), faible estime de soi, anxiété, dépression et difficultés à apprendre à bien se comporter en société. Il est important d’insister sur le fait que la plupart des enfants qui ont un TDAH deviennent pourtant des adultes productifs ; ils semblent mieux s’adapter au monde du travail qu’à l’environnement scolaire. Si le trouble n’est pas traité durant l’enfance, le risque de suicide, d’abus d’alcool et de stupéfiants est toutefois majoré.

Traitement

  • Médicaments stimulants

  • Transformation du comportement

Les enfants sont traités par thérapie comportementale et avec des médicaments stimulants. Les médicaments permettent de réduire les symptômes et permettent aux enfants de participer plus facilement à l’école et dans d’autres activités. Les jeunes enfants, tout spécialement, bénéficient de la thérapie combinée. Pour les enfants d’âge préscolaire, la thérapie comportementale seule peut être suffisante.

Aux États-Unis, la loi fédérale en faveur de l’éducation des personnes handicapées (Individuals with Disabilities Education Act [IDEA]) stipule que les établissements publics doivent proposer une éducation gratuite et adaptée aux jeunes enfants et aux adolescents atteints de TDAH. L’enseignement doit être suivi sans restriction, de manière à impliquer l’enfant, et lui permettre d’interagir avec des enfants du même âge non handicapés et d’avoir le même accès aux ressources communes.

Traitement pharmacologique

Les psychostimulants sont le traitement médicamenteux le plus efficace. Le méthylphénidate et d’autres médicaments semblables aux amphétamines sont les psychostimulants le plus communément prescrits. Ils ont la même efficacité et des effets secondaires similaires. De nombreuses préparations à libération lente (longue durée d’action) sont disponibles en plus des formes habituelles et permettent une prise unique par jour.

Effets secondaires des psychostimulants :

  • Troubles du sommeil (comme l’insomnie)

  • Anorexie

  • Dépression, tristesse ou anxiété

  • Céphalées

  • Maux d’estomac

  • Augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle

La plupart des enfants ne présentent aucun effet secondaire sauf peut-être une diminution de l’appétit. Tous les effets secondaires disparaissent à l’arrêt du médicament. Cependant, s’ils sont pris à haute dose pendant longtemps, les stimulants peuvent occasionner un ralentissement de la croissance de l’enfant, raison pour laquelle les médecins surveillent le poids et la taille. Si les enfants grandissent lentement ou présentent d’autres effets secondaires significatifs, les médecins peuvent conseiller une fenêtre thérapeutique. Une fenêtre thérapeutique consiste à arrêter de prendre le médicament stimulant lorsque l’enfant n’a pas à être aussi attentif et concentré, par exemple, les fins de semaine ou pendant l’été. Néanmoins, certains enfants ont beaucoup de difficultés à fonctionner même en dehors de l’école et peuvent ne tolérer aucune fenêtre thérapeutique.

De nombreux autres médicaments peuvent être utilisés pour le traitement de l’inattention et des symptômes comportementaux. Ces médicaments incluent :

  • Atomoxétine (médicament non stimulant contre le TDAH)

  • Certains médicaments généralement utilisés pour l’hypertension artérielle tels que la clonidine et la guanfacine

  • Antidépresseurs

  • Médicaments anxiolytiques

Une association de médicaments est parfois utilisée.

Gestion des comportements

Afin de réduire les conséquences du TDAH, la mise en place de structures, de routines, d’un plan d’intervention scolaire et de modifications des techniques éducatives parentales est souvent nécessaire. Un traitement médicamenteux seul peut être bénéfique aux enfants ne présentant pas de problèmes comportementaux significatifs. Cependant, l’effet des stimulants n’est pas permanent, des adaptations pourront donc s’avérer nécessaires pour améliorer les aptitudes organisationnelles et autres. Une prise en charge comportementale, réalisée par un psychologue d’enfant, est parfois associée au traitement médicamenteux.

Informations supplémentaires

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
TENEX
CATAPRES
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Syndrome d’inhalation méconiale (SIM)
Vidéo
Syndrome d’inhalation méconiale (SIM)
Pendant la grossesse, le tube digestif du fœtus est tapissé d’une matière fécale vert foncé...
Modèles 3D
Tout afficher
Cyphose
Modèle 3D
Cyphose

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE