Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Convulsions fébriles

Par

M. Cristina Victorio

, MD, Akron Children's Hospital

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

Les convulsions fébriles sont des convulsions déclenchées par une fièvre d’au moins 38 °C.

  • La plupart des convulsions fébriles sont inoffensives et sont causées par une fièvre due à une infection mineure.

  • Moins souvent, une convulsion fébrile est le premier signe d’un trouble neurologique précédemment non identifié.

  • Les médecins réalisent parfois des analyses de sang et une rachicentèse à la recherche de troubles graves pouvant causer des convulsions.

  • Les enfants ont généralement besoin de médicaments pour mettre fin aux convulsions uniquement si elles durent plus de 5 minutes afin de minimiser le risque de convulsions prolongées ou d’état de mal épileptique.

  • La plupart des enfants n’ont pas besoin de prendre des médicaments pour prévenir les convulsions.

Une convulsion est une décharge électrique non régulée anormale des cellules nerveuses dans le cerveau ou dans une partie du cerveau. Cette décharge électrique anormale peut provoquer

  • Convulsions

  • Mouvements involontaires

  • Altération de la conscience

  • Sensations anormales

Les convulsions sont des contractions et raidissements musculaires violents et involontaires impliquant une grande partie du corps.

Les convulsions fébriles surviennent chez environ 2 à 5 % des enfants âgés de 6 mois à 5 ans, mais elles surviennent le plus souvent chez des enfants âgés de 12 à 18 mois. Une crise survenant chez un enfant qui a de la fièvre et qui a 6 ans ou plus n’est pas considérée comme une convulsion fébrile. (Voir aussi Convulsions chez l’enfant.)

Les convulsions fébriles peuvent être plus fréquentes dans certaines familles.

La plupart des convulsions fébriles durent beaucoup moins que 15 minutes, et environ deux tiers des enfants ayant une convulsion fébrile n’en ont jamais plus par la suite.

Le saviez-vous ?

  • La plupart des enfants ayant une crise de convulsions fébriles n’en auront jamais d’autres.

Les convulsions fébriles peuvent être simples ou complexes :

  • Simples : le corps entier est pris de secousses (convulsion généralisée) pendant moins de 15 minutes et l’enfant perd généralement connaissance. Plus de 90 % des convulsions fébriles sont simples. Ce type de convulsions fébriles ne survient pas plus d’une fois sur une période de 24 heures.

  • Complexes : tout l’organisme est secoué pendant au moins 15 minutes (en permanence ou avec des interruptions), ou les convulsions ne concernent qu’un côté ou qu’une partie du corps (crise partielle ou focale), ou elles surviennent à au moins deux reprises en 24 heures. Les enfants sujets aux convulsions fébriles complexes ont légèrement plus de risques de développer des troubles convulsifs plus tard pendant l’enfance.

Après la convulsion fébrile, les enfants semblent souvent confus ou non eux-mêmes pendant quelques minutes. La période de confusion (période post-critique) peut parfois durer quelques heures.

Les convulsions fébriles sont habituellement la conséquence de la fièvre en soi. La plupart du temps, la fièvre est causée par une infection autrement mineure, comme une infection virale des voies aériennes ou une otite. Dans ces cas-là, l’infection et la convulsion sont sans danger. Il est important de noter que dans les convulsions fébriles, la fièvre et les convulsions ne sont pas causées par une infection cérébrale telle qu’une méningite ou une encéphalite.

État de mal épileptique fébrile

L’état de mal épileptique désigne une seule convulsion de longue durée, ou plusieurs convulsions plus courtes qui surviennent sans que l’enfant ne reprenne connaissance entre les convulsions. Les convulsions fébriles qui durent plus de 30 minutes environ sont considérées comme un état de mal épileptique fébrile. Les enfants présentant un état de mal épileptique sont exposés à un risque de lésion cérébrale et d’autres organes, ainsi que d’insuffisance respiratoire, s’ils ne sont pas traités rapidement.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Parfois, rachicentèse, analyses de sang ou examens d’imagerie du cerveau

Les parents ne pouvant pas dire si l’enfant est atteint d’une infection cérébrale, les enfants qui ont de la fièvre et ont des convulsions pour la première fois ou sont très malades doivent être emmenés immédiatement au service des urgences pour être examinés.

Les médecins examinent les enfants et, selon ce qu’ils trouvent, réalisent parfois des examens à la recherche de troubles graves pouvant causer des convulsions. Ces tests peuvent comprendre :

  • Une ponction lombaire (rachicentèse), avec analyse du liquide entourant la moelle épinière (liquide céphalorachidien) pour dépister une méningite ou une encéphalite

  • Des analyses de sang pour mesurer la glycémie (glucose) et les taux de calcium, de magnésium, de sodium ou d’autres substances à la recherche de troubles métaboliques

  • Parfois, une imagerie du cerveau avec imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (TDM) (si l’IRM n’est pas disponible), peut être réalisée.

  • Une électroencéphalographie (EEG), qui est un examen qui recherche une éventuelle activité électrique anormale dans le cerveau, peut être réalisée chez les enfants qui présentent certains symptômes ou qui ont des convulsions répétées.

Pronostic

Environ un tiers des enfants ont d’autres convulsions fébriles, mais habituellement cela ne se reproduit que quelques fois. Les enfants sont plus à même d’avoir des crises supplémentaires s’ils avaient moins de 1 an lorsqu’ils ont présenté leur première convulsion fébrile ou s’ils ont des proches ayant eu des convulsions fébriles.

Les enfants ayant eu des convulsions fébriles simples sont exposés à un risque légèrement accru (environ 2 %) de développer des troubles convulsifs n’impliquant pas la fièvre (convulsions non fébriles, ou épilepsie). Si les enfants ont eu des convulsions fébriles complexes ou présentent des facteurs de risque supplémentaires (tels qu’un retard de développement ou des antécédents familiaux de convulsions), le risque est supérieur (jusqu’à 10 %).

Chez certains enfants, le fait d’avoir une longue convulsion fébrile entraîne des modifications cérébrales (identifiées par IRM) conduisant à des convulsions non fébriles plus tard. Dans certains cas, les médecins ne savent pas si le fait d’avoir une longue convulsion fébrile rend les convulsions non fébriles plus probables ou si certains facteurs sous-jacents rendent les enfants plus à même d’avoir une longue convulsion fébrile et des convulsions non fébriles plus tard.

Les convulsions fébriles simples ne devraient pas causer une épilepsie ou d’autres anomalies neurologiques. Cependant, une convulsion fébrile est parfois le premier signe d’un trouble neurologique ou d’un trouble convulsif précédemment non reconnu. Parfois, les médecins peuvent regarder en arrière et voir des signes de ce trouble dans les antécédents de l’enfant. Parfois, d’autres signes du trouble n’apparaissent que plus tard. Dans les deux cas, la convulsion fébrile ne devrait pas causer les anomalies.

Traitement

  • Médicaments pour faire baisser la fièvre

  • Médicaments pour mettre fin aux convulsions si la crise dure plus de 5 minutes

Les convulsions fébriles durent normalement moins de 5 minutes et aucun traitement n’est administré à part des médicaments pour réduire la fièvre.

Les médecins administrent généralement des médicaments pour mettre fin à une convulsion fébrile qui dure 5 minutes ou plus afin de prévenir l’état de mal épileptique. Les médicaments comprennent le sédatif lorazépam et les anticonvulsivants phénobarbital, fosphénytoïne et lévétiracétam. Ces médicaments sont généralement administrés par voie intraveineuse (dans une veine). Si un médicament ne peut être administré par voie intraveineuse, du diazépam en gel peut être appliqué dans le rectum ou du midazolam sous forme de liquide peut être administré par le nez (voie intranasale). Le diazépam et le midazolam sont des sédatifs similaires au lorazépam qui permettent également d’arrêter les convulsions. Les enfants ayant reçu ces médicaments ou présentant des convulsions prolongées ou étant en état de mal épileptique sont étroitement surveillés à la recherche de problèmes respiratoires et de tension artérielle.

Prévention

Si les enfants ont eu une convulsion fébrile, les parents doivent surveiller la température et traiter les fièvres élevées, car elles peuvent déclencher une crise. Cependant, une convulsion fébrile survient souvent lorsque la température de l’enfant augmente, ou avant même que les parents ne sachent qu’il est malade et reconnaissent la fièvre.

Les médicaments pour éviter d’autres convulsions (anticonvulsivants, {blank} Utilisation de médicaments pour traiter les convulsions chez l’enfant) ne sont généralement pas administrés aux enfants qui n’ont eu que quelques convulsions fébriles simples. Néanmoins, les enfants qui ont eu de nombreuses convulsions fébriles ou des convulsions prolongées pourront recevoir ces médicaments pendant une certaine durée. Si les enfants qui ont eu une longue convulsion fébrile présentent d’autres convulsions qui durent plus de 5 minutes, les médecins peuvent prescrire du diazépam en gel à appliquer dans le rectum. Les enfants peuvent recevoir ce médicament à la maison.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Testez vos connaissances

Vaccinations infantiles
Parmi les termes suivants, lequel est une autre manière de désigner la vaccination ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE