Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Douleur du membre résiduel

(Douleur fantôme ; Sensation de membre fantôme)

Par

Jan J. Stokosa

, CP, Stokosa Prosthetic Clinic

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Après une amputation, plus de 70 % des personnes présentent une douleur du membre résiduel (moignon), qui peut limiter de manière importante la fonction du membre, affecter la qualité de vie de la personne et entraver de manière significative la rééducation. La douleur du membre résiduel doit être évaluée et traitée de manière agressive, car certaines causes peuvent être dangereuses. La sensation de membre fantôme est une sensation non douloureuse qui peut améliorer la perception par la personne de la position du membre et qui est différente de la douleur fantôme. (Voir aussi Présentation des prothèses de membres.)

Causes

Les causes de la douleur du membre résiduel comprennent

  • Douleur chirurgicale

  • Infection des tissus profonds (par exemple, infection osseuse)

  • Points de pression avec ou sans déchirures cutanées

  • Croissance excessive de tissu nerveux (névrome)

  • Atteintes des nerfs (neuropathie)

  • Épines osseuses

  • Flux sanguin insuffisant dans le membre (ischémie)

  • Douleur fantôme

Les personnes présentant des douleurs du membre résiduel doivent d’abord déterminer la présence éventuelle de signes d’infection et de déchirure de la peau. Si une infection semble probable, il convient de consulter un médecin. Même s’il n’existe pas de signes d’infection évidents, il faut consulter un médecin si la douleur est sévère et soudaine ou en cas de fièvre, ces symptômes pouvant indiquer une infection. La zone peut être nettoyée ou rincée avec une solution. La peau morte peut être retirée, et on peut appliquer un bandage. Des antibiotiques et parfois une chirurgie peuvent être nécessaires.

La douleur chirurgicale au niveau de la plaie disparaît généralement lorsque les tissus cicatrisent, généralement sous 3 à 6 mois. Une douleur qui persiste au-delà de ce délai peut avoir de nombreuses causes, y compris une infection et une prothèse préparatoire mal ajustée. Les traitements ciblent la cause de la douleur et peuvent également inclure la modification de la prothèse, le retrait de la prothèse jusqu’à la cicatrisation de la plaie et la prise d’analgésiques.

La douleur due à une lésion nerveuse (douleur neuropathique) est fréquente. Généralement décrite comme une douleur fulgurante ou brûlante, la douleur neuropathique se développe généralement dans les 7 jours suivant l’amputation. Elle peut disparaître spontanément, mais elle est souvent persistante. Elle peut être constante et intense, ou bien intermittente. Les nerfs peuvent avoir été endommagés suite à une blessure ou lorsqu’ils ont été sectionnés au moment de l’amputation. Le traitement de la douleur neuropathique comprend des traitements psychologiques, des méthodes physiques, des antidépresseurs et des anticonvulsivants.

Des névromes (excroissances bénignes de tissu nerveux) bénins peuvent se développer sur tout nerf sectionné (à la suite d’une intervention chirurgicale ou d’un traumatisme) et peuvent provoquer une douleur qui peut être électrique, fulgurante, aiguë et soudaine, des fourmillements ou des picotements. Bien que la douleur n’implique généralement pas le membre fantôme, cela peut être le cas. Les autres symptômes des névromes comprennent des sensations inhabituelles et désagréables qui surviennent sans stimulation ou lors de la contraction des muscles du membre résiduel, et une sensation désagréable (dysesthésie) qui survient lors d’une légère palpation de la peau. Plus l’irritation du névrome se prolonge, en portant la prothèse ou à cause des contractions musculaires, plus il met du temps à se résorber. Les médecins réalisent parfois une IRM et/ou une échographie pour confirmer le diagnostic de névrome. Un névrome sévère peut nécessiter une intervention chirurgicale.

Les patients chez qui l’amputation était nécessaire en raison d’une mauvaise circulation (maladie artérielle périphérique) peuvent présenter une mauvaise circulation dans le moignon, ce qui peut être difficile à diagnostiquer.

Si aucun problème médical n’est à l’origine de la douleur, masser et tapoter légèrement le membre résiduel, ainsi que le surélever, peut permettre de soulager la douleur. Si cela ne suffit pas, des analgésiques légers (tels que l’ibuprofène ou le paracétamol) peuvent être utilisés. Si la douleur persiste, il peut être utile de consulter un spécialiste de la douleur.

Parfois la douleur est ressentie dans d’autres membres ou dans les hanches, la colonne vertébrale, les épaules ou le cou. Cette douleur survient parce que le port d’une prothèse entraîne un changement dans la façon dont les personnes marchent ou se maintiennent (alignement du corps) ou les oblige à répéter des mouvements. La pratique régulière d’exercices d’étirements spécifiques et d’exercices pour renforcer la musculature peut aider à prévenir ou à soulager ce type de douleur. Un physiothérapeute peut aider à mettre en place un programme d’exercices approprié.

Douleur fantôme

La plupart des personnes amputées ressentent une douleur qui semble provenir du membre amputé (douleur fantôme) à un moment donné. L’aspect fantôme ne désigne pas la douleur elle-même, qui est réelle, mais la localisation de la douleur, c’est-à-dire un membre qui a été amputé. La douleur fantôme commence généralement quelques jours après l’amputation, mais elle peut n’apparaître que quelques mois ou plusieurs années après. La douleur fantôme peut être ressentie comme des picotements, des pincements, ou une douleur fulgurante, soudaine, pulsatile, brûlante, sourde, constrictive ou compressive.

La douleur fantôme est souvent plus intense peu de temps après l’amputation, puis diminue avec le temps. Chez de nombreuses personnes, la douleur fantôme se produit plus souvent lorsqu’elles ne portent pas leur prothèse, par exemple la nuit. Le risque de ressentir cette douleur est réduit si à la fois une anesthésie rachidienne et une anesthésie générale sont utilisées pendant l’intervention chirurgicale.

La neurostimulation électrique transcutanée (TENS), l’acupuncture et la stimulation de la moelle épinière peuvent soulager la douleur.

Sensation de membre fantôme

La plupart des personnes amputées ressentent une sensation de membre fantôme, c’est-à-dire la sensation que la partie amputée est encore présente. La sensation de membre fantôme est différente de la douleur fantôme. La sensation de membre fantôme peut particulièrement être un problème chez les personnes amputées des membres inférieurs lorsqu’elles se lèvent pour aller aux toilettes pendant la nuit. Comme elles ont l’impression que le membre est toujours intact, elles font un pas et tombent ou se blessent au niveau du membre résiduel. Un dispositif de protection peut être porté pendant la nuit pour prévenir les blessures.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Échocardiographie transthoracique
Vidéo
Échocardiographie transthoracique
L’écho-doppler couleur fournit une image bidimensionnelle mobile du cœur. En haut à gauche...
Comment protéger votre santé pendant votre voyage...
Vidéo
Comment protéger votre santé pendant votre voyage...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE