Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Candidose (infection à levures)

(Moniliase ; Moniliose)

Par

Denise M. Aaron

, MD, Dartmouth-Hitchcock Medical Center

Dernière révision totale oct. 2018| Dernière modification du contenu oct. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La candidose est une infection provoquée par la levure Candida.

  • La candidose apparaît le plus souvent dans les zones humides de la peau.

  • Elle peut être à l’origine d’une éruption cutanée, d’une desquamation, de démangeaisons et d’un gonflement.

  • Les médecins examinent les zones affectées et étudient des prélèvements cutanés au microscope ou les mettent en culture.

  • Les crèmes ou médicaments antimycosiques administrés par voie orale permettent généralement de guérir la candidose.

Candida est un commensal de la bouche, du tube digestif et du vagin, qui, habituellement, ne produit pas de lésion. Dans certaines conditions, cependant, Candida peut infecter les muqueuses et les régions humides de la peau. Les zones les plus touchées sont le contour de la bouche, l’aine, les aisselles, les espaces entre les doigts et les orteils, le pénis non circoncis, le pli cutané situé sous les seins, les ongles et les plis cutanés du ventre. Les levures sont un type de champignon.

Parmi les conditions propices à une infection cutanée à Candida, citons :

  • Climat chaud et humide

  • Sous-vêtements serrés en synthétique

  • Manque d’hygiène

  • Changement insuffisamment fréquent de couche ou de garniture, en particulier chez les enfants et les personnes âgées

  • Système immunitaire affaibli, par exemple en cas de diabète, d’une infection au HIV/SIDA ou de prise de corticoïdes ou d’autres immunosuppresseurs

  • Grossesse, obésité ou utilisation d’antibiotiques

La prise d’antibiotiques peut favoriser les candidoses en détruisant la flore bactérienne résidente de la surface corporelle et en permettant aux Candida de proliférer de façon incontrôlée. Les corticoïdes et les traitements immunosuppresseurs après une greffe d’organe peuvent, par ailleurs, réduire les défenses de l’organisme contre cette infection. Les corticoïdes à inhaler, souvent prescrits pour l’asthme, induisent parfois une candidose buccale. Les femmes enceintes, les personnes traitées pour un cancer, les obèses et les diabétiques sont plus exposés aux infections par Candida.

Chez certaines personnes (pour la plupart des personnes dont le système immunitaire est affaibli), Candida s’étend aux tissus plus profonds, ainsi qu’au sang, provoquant une candidose systémique potentiellement mortelle.

Symptômes

Les symptômes de la candidose varient en fonction de la localisation de l’infection.

Les infections des plis cutanés (intertrigos) ou de l’ombilic engendrent en général des éruptions rouge vif avec parfois fissuration de la peau. De petites pustules, principalement sur les côtés de l’éruption cutanée, et des démangeaisons intenses ou une sensation de brûlure peuvent être présentes. Une éruption à Candida autour de l’anus peut être à vif, blanchâtre ou rougeâtre et accompagnée de démangeaisons. Les nourrissons peuvent présenter un érythème fessier à Candida au niveau de la zone des couches.

La candidose vaginale (vulvovaginite, levurose, Présentation des infections vaginales) est fréquente chez les femmes enceintes, les femmes diabétiques ou celles qui suivent un traitement antibiotique. Les signes de ces infections comprennent des pertes vaginales blanches ou jaunâtres, caséiformes, une sensation de brûlure, des démangeaisons et une rougeur des parois vaginales et de la vulve.

La candidose du pénis touche en général des hommes diabétiques, non circoncis ou qui ont une partenaire sexuelle présentant une candidose vaginale. Parfois, l’éruption cutanée peut ne provoquer aucun symptôme, mais, la plupart du temps, l’infection est à l’origine d’une éruption cutanée rouge, à vif, accompagnée de démangeaisons, provoquant une sensation de brûlure ou parfois une douleur au niveau du gland.

Le muguet est le nom donné à la candidose buccale. Les taches blanches crémeuses, typiques du muguet, adhèrent à la langue et sur les parois buccales. Elles peuvent être douloureuses. Les taches peuvent être raclées avec le doigt ou un objet émoussé et peuvent saigner après raclage. Le muguet est fréquent chez les enfants en bonne santé, mais, chez les adultes, il peut être un signal de faiblesse du système immunitaire, provoqué par un cancer, un diabète ou une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). La prise d’antibiotiques qui détruisent les bactéries en compétition augmente le risque de développer un muguet.

La perlèche est une candidose des commissures des lèvres, qui provoque des craquelures et de minuscules fissures. Elle peut être induite par l’habitude d’humidifier continuellement les lèvres, de sucer son pouce, l’utilisation d’appareils dentaires ou par d’autres situations qui maintiennent les commissures de la bouche humides, permettant ainsi la croissance des levures.

La paronychie superficielle est une candidose des replis cutanés de l’ongle ou des cuticules, qui provoque une rougeur et un gonflement douloureux ( Onychomycose) autour de l’ongle. Dans le cadre d’une infection de longue durée, la zone située sous l’ongle peut blanchir ou jaunir, et le plat de l’ongle peut se séparer du lit de l’ongle (onycholyse). Ce trouble est fréquent en cas de diabète ou lorsque le système immunitaire est affaibli ou chez les personnes saines dont les mains sont fréquemment mouillées ou lavées.

La candidose cutanéomuqueuse chronique provoque des zones rouges, purulentes, croûteuses et épaisses, qui ressemblent au psoriasis, en particulier au niveau du nez et du front. Les personnes atteintes de cette affection ont souvent du muguet.

Diagnostic

  • Examen clinique de la peau

  • Examen ou culture d’un échantillon prélevé par grattage

En général, les médecins peuvent identifier la candidose en reconnaissant les caractéristiques de l’éruption ou bien les dépôts épais, blanchâtres et pâteux qu’elle produit.

Pour confirmer le diagnostic de candidose, les médecins peuvent recueillir une partie de la peau ou des dépôts à l’aide d’un bistouri ou d’un abaisse-langue. Le prélèvement par grattage est ensuite analysé avec un microscope et ensemencé dans un milieu de culture (une substance qui permet aux micro-organismes de croître) afin d’identifier le champignon.

Traitement

  • Médicaments antimycosiques par voie cutanée ou orale

  • Mesures visant à garder la zone au sec

Le traitement de la candidose dépend généralement de la localisation de l’infection. (Voir aussi le tableau Quelques médicaments antimycosiques appliqués sur la peau (médicaments topiques).)

Les infections des plis cutanés sont traitées avec des crèmes, des poudres, des solutions ou d’autres produits antimycosiques appliqués directement sur la peau (locaux), comme le miconazole, le clotrimazole, l’oxiconazole, le kétoconazole, l’éconazole, le ciclopirox et la nystatine. Chez les personnes en bonne santé, les infections des plis cutanés sont généralement faciles à soigner. Il convient de maintenir la peau sèche pour éliminer l’infection et empêcher sa réapparition. Les solutions asséchant la peau (comme la solution de Burow) ou les antitranspirants topiques permettent de maintenir la zone au sec. Il convient également de maintenir la zone sèche pour prévenir toute récidive. Les personnes qui ont de nombreux plis cutanés infectés peuvent prendre des médicaments par voie orale (comme le fluconazole).

La candidose vaginale est traitée avec des médicaments antimycosiques qui peuvent être appliqués sous forme de crème sur la zone affectée, insérés dans le vagin sous forme d’ovule ou administrés par voie orale (comme le fluconazole).

L’érythème fessier est traité en changeant plus fréquemment les couches, en utilisant des couches jetables super-absorbantes ou ultra-absorbantes et une crème contenant un médicament antimycosique (comme le butoconazole, le clotrimazole, le fluconazole, le kétoconazole, ou le miconazole).

La paronychie est traitée en protégeant la zone de l’humidité. Les médecins prescrivent des médicaments antimycosiques par voie orale ou cutanée. Ces infections sont souvent difficiles à traiter.

Chez les adultes, le muguet est traité par des médicaments par voie orale. Un médicament antimycosique (comme le clotrimazole) peut être prescrit sous forme de comprimé ou de pastille orodispersible. Les médecins peuvent également prescrire de longs gargarismes avec de la nystatine liquide, recrachée ou avalée. Ils peuvent également prescrire des pilules à avaler (comme du fluconazole).

Chez les enfants, le muguet peut être traité avec de la nystatine liquide. Ce liquide peut être appliqué au doigt ou à l’aide d’un coton-tige sur l’intérieur des joues.

La candidose cutanéomuqueuse chronique est traitée avec du fluconazole par voie orale, dans le cadre d’un traitement à long terme.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
FEMSTAT 3
MYCELEX
OXISTAT
DIFLUCAN
MONISTAT 3
LOPROX, PENLAC
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Vessie iléale
Vidéo
Vessie iléale
Le système urinaire est composé de deux reins, deux uretères, de la vessie et de l’urètre...
Modèles 3D
Tout afficher
Poussée lymphangitique
Modèle 3D
Poussée lymphangitique

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE