Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Pemphigoïde bulleuse

Par

Daniel M. Peraza

, MD, Geisel School of Medicine at Dartmouth University

Dernière révision totale juin 2019| Dernière modification du contenu juin 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La pemphigoïde bulleuse est une maladie auto-immune, qui induit la formation de cloques cutanées.

  • La pemphigoïde bulleuse est une maladie auto-immune qui survient lorsque le système immunitaire attaque la peau et induit la formation de cloques.

  • Les personnes développent de grosses cloques accompagnées de démangeaisons et des zones de peau inflammatoire.

  • Les médecins peuvent diagnostiquer la pemphigoïde bulleuse en examinant des prélèvements cutanés au microscope et en recherchant certains dépôts d’anticorps.

  • Le traitement inclut les corticoïdes et les immunosuppresseurs.

La pemphigoïde bulleuse touche plus souvent les personnes de plus de 60 ans, mais peut également survenir chez les enfants. Il s’agit d’une maladie moins grave que le pemphigus vulgaire (induisant également la formation de cloques). En général, elle n’est pas fatale et n’engendre pas de desquamation cutanée étendue. Cependant, elle peut toucher une vaste zone cutanée et être très invalidante.

Même si l’étiologie de la pemphigoïde bulleuse est inconnue, des médicaments (comme le furosémide, la spironolactone, la sulfasalazine, les médicaments antipsychotiques, la pénicilline, la pénicillamine et l’étanercept), des causes physiques (comme une radiothérapie pour le cancer du sein et une photothérapie), des troubles cutanés (tels que le psoriasis, le lichen plan et certaines infections) et certaines autres affections (comme le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, la rectocolite hémorragique et la sclérose en plaques) peuvent la déclencher.

Symptômes

Les démangeaisons sont souvent le premier symptôme de la pemphigoïde bulleuse. Avant l’apparition des cloques, des zones étendues, surélevées, peuvent apparaître, ressemblant parfois à une urticaire. Le système immunitaire produit des anticorps dirigés contre la peau, ce qui provoque la formation de larges cloques, tendues, avec de fortes démangeaisons, entourées de zones de peau d’aspect normal ou de peau inflammatoire et rouge. Les cloques apparaissent fréquemment sur des parties du corps qui peuvent être articulées, comme l’arrière des genoux, les aisselles, le creux des coudes et l’aine. Les cloques des muqueuses buccales sont rares.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Biopsie cutanée

La pemphigoïde bulleuse se reconnaît habituellement par ses cloques caractéristiques. Cependant, il n’est pas toujours facile de la distinguer du pemphigus vulgaire et d’autres maladies bulleuses, comme le lierre vénéneux. La pemphigoïde bulleuse est diagnostiquée avec certitude en examinant un prélèvement cutané au microscope (biopsie cutanée). Les médecins distinguent la pemphigoïde bulleuse du pemphigus vulgaire en analysant les différentes couches atteintes de la peau et l’aspect particulier des dépôts d’anticorps.

Pronostic

En l’absence de traitement, la pemphigoïde bulleuse disparaît en 3 à 6 ans mais elle peut être mortelle chez environ un tiers des personnes âgées, plus fragiles. Le décès semble être plus fréquent chez les personnes traitées avec une dose élevée de corticoïdes par voie orale.

Traitement

  • Corticoïdes (en crème ou en comprimés)

  • Parfois, d’autres médicaments, notamment immunosuppresseurs pour les personnes présentant une forme sévère de la maladie

Initialement, les médecins prescrivent aux personnes des crèmes corticoïdes puissantes, telles que le clobétasol, à appliquer par voie cutanée. Ces crèmes peuvent réduire la nécessité de prendre des médicaments par voie orale. Les personnes qui présentent des cloques sur des zones étendues de la peau ont souvent besoin de prendre de la prednisone (corticoïde) par voie orale, dont la dose est progressivement réduite après quelques semaines. La plupart des personnes n’ont plus de symptômes après 2 à 10 mois.

L’association du nicotinamide et de la minocycline ou de la tétracycline est parfois efficace pour traiter la pemphigoïde bulleuse. D’autres options médicamenteuses incluent le traitement par dapsone, sulfapyridine ou érythromycine en monothérapie. Parfois, des immunosuppresseurs, comme le méthotrexate, l’azathioprine, le mycophénolate mofétil, le rituximab ou le cyclophosphamide, sont prescrits aux personnes présentant une maladie grave, qui ne répond pas aux autres traitements. L’immunoglobuline administrée par voie intraveineuse est parfois utilisée.

Bien que certains soins de la peau puissent être nécessaires, comme le fait de maintenir les zones affectées propres afin de prévenir toute infection et le port de vêtements amples, la plupart des personnes ne nécessitent pas d’hospitalisation pour un traitement intensif de la peau.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
CYTOXAN (LYOPHILIZED)
ALDACTONE
AZULFIDINE
IMURAN
MINOCIN
RAYOS
RITUXAN
ACZONE
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Vessie iléale
Vidéo
Vessie iléale
Le système urinaire est composé de deux reins, deux uretères, de la vessie et de l’urètre...
Modèles 3D
Tout afficher
Poussée lymphangitique
Modèle 3D
Poussée lymphangitique

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE