Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Déformations, dystrophies et décoloration des ongles

Par

Chris G. Adigun

, MD, Dermatology & Laser Center of Chapel Hill

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les termes déformations et dystrophies sont souvent utilisés indifféremment, parfois même par les médecins. Cependant, leurs significations sont légèrement différentes.

  • Déformations : modifications de la forme de l’ongle

  • Dystrophies : modifications de la texture ou de la couleur de l’ongle, ou les deux à la fois

Les médecins utilisent plus couramment le terme dystrophie que le terme déformation. (Voir également Présentation des troubles touchant les ongles.)

Environ 50 % des dystrophies des ongles sont dues à une infection mycosique (onychomycose). Les autres sont dues à différentes causes, dont un traumatisme de l’ongle, une malformation congénitale de l’ongle, un psoriasis, un lichen plan et, parfois, des tumeurs (cancéreuses et non cancéreuses). Certains médicaments, certaines infections et certaines maladies peuvent provoquer une dyschromie des ongles (chromonychie). À titre d’exemple, l’infection par la bactérie Pseudomonas peut provoquer une décoloration verdâtre ( Syndrome des ongles verts).

Le médecin peut souvent poser le diagnostic des dystrophies des ongles causées par un champignon en examinant les ongles. Cependant, pour confirmer le diagnostic, il peut être nécessaire de réaliser des prélèvements mycosiques et une mise en culture (processus de croissance des organismes en laboratoire) ou de réaliser un test de réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) pour détecter le matériel génétique d’un champignon.

En ce qui concerne le diagnostic des dystrophies des ongles qui ne sont pas causées par un champignon, les médecins peuvent réaliser une biopsie de la lame unguéale (partie dure de l’ongle) ou de la matrice unguéale (située à la base de l’ongle et où démarre la croissance de l’ongle).

Si l’aspect de l’ongle ne s’améliore pas avec le traitement du trouble sous-jacent, une manucure peut dissimuler les déformations et certaines dystrophies grâce à la coupe des ongles et à l’application de vernis.

Malformations congénitales de l’ongle

Certains bébés naissent sans ongles (anonychie). Dans l’onycho-arthro-ostéodysplasie héréditaire, les personnes n’ont pas d’ongles ou ont de petits ongles perforés et striés. La maladie de Darier provoque des stries rouges et blanches sur les ongles, et des encoches sur le bout des ongles. Dans la pachyonychie congénitale, le lit unguéal (partie de l’ongle attachant l’ongle au bout du doigt) est épais, décoloré et courbé d’un côté à l’autre, formant une déformation des ongles en pince.

Déformations et dystrophies de l’ongle associées à des pathologies systémiques

Parfois, des pathologies impliquant d’autres organes (maladies systémiques) peuvent entraîner des modifications des ongles. Par exemple :

  • Une carence en fer peut provoquer des ongles concaves (koïlonychie). Cette déformation est particulièrement caractéristique du syndrome de Plummer-Vinson.

  • L’insuffisance rénale peut provoquer un blanchiment de la partie inférieure des ongles. La partie supérieure des ongles peut devenir rose ou sembler pigmentée (ongles moitié-moitié ou ongles de Lindsay). Cette dystrophie peut également survenir chez des personnes en bonne santé.

  • La cirrhose peut provoquer un blanchiment des ongles, la partie supérieure des ongles pouvant conserver une couleur rose. Les ongles intensément blancs, également appelés ongles de Terry, peuvent être présents non seulement chez les personnes atteintes d’une cirrhose, mais aussi chez celles atteintes d’une insuffisance cardiaque chronique ou d’un diabète. Les ongles de Terry peuvent parfois survenir dans le cadre du processus normal du vieillissement. Les faibles taux d’albumine (protéine) dans le sang, qui peuvent être observés chez les personnes atteintes de cirrhose, peuvent provoquer l’apparition de lignes blanches horizontales sur les ongles.

  • Certaines maladies pulmonaires, souvent accompagnées d’un lymphœdème (une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus), peuvent provoquer un syndrome unguéal, dans lequel les ongles deviennent épais, courbes et jaunes ou jaune-vert.

  • Les lignes de Beau sont des rainures horizontales sur l’ongle survenant en cas de ralentissement temporaire de la croissance de l’ongle. Parfois, les rainures peuvent faire toute la largeur de l’ongle, entraînant la perte totale de l’ongle. Elles peuvent se développer après une infection, un traumatisme, une maladie systémique ou une chimiothérapie.

  • Des lignes blanches horizontales sur une partie de l’ongle (leukonychie) peuvent se développer après un traumatisme. Cependant, les lignes qui traversent horizontalement tout l’ongle (lignes de Mees) peuvent être associées à des problèmes de santé plus graves, notamment un cancer ou une insuffisance cardiaque, une chimiothérapie, ou une exposition à certaines toxines, telles que l’arsenic, le thallium ou d’autres métaux lourds. Les ongles peuvent se développer normalement si l’exposition à ces toxines ou à la chimiothérapie est arrêtée.

Exemples de déformations et dystrophies unguéales associées à des maladies systémiques

Déformations et dystrophies associées à des maladies de peau

Parfois, les maladies cutanées affectent également l’ongle et peuvent modifier l’aspect des ongles. Certains médicaments prescrits pour traiter les maladies cutanées peuvent modifier la lame unguéale. Par exemple, des rétinoïdes, comme l’isotrétinoïne et l’étrétinate, les ongles peuvent devenir secs et cassants.

  • Dans le psoriasis, les ongles présentent des creux irréguliers (petites dépressions de la surface de l’ongle), des taches huileuses (points jaune-marron sous l’ongle), un dédoublement de la lame unguéale et du lit unguéal (onycholyse), ainsi qu’un épaississement et un effritement de la lame.

  • Le lichen plan de la matrice unguéale provoque une striation et un dédoublement précoces de l’ongle, entraînant par la suite la formation de cicatrices ou d’un ptérygion. Le ptérygion de l’ongle, provoqué par le lichen plan, est une cicatrice s’étendant de la base de l’ongle vers l’extérieur, en forme de V, qui entraîne la perte de l’ongle.

  • Les personnes présentant une pelade, une pathologie dans laquelle des taches rondes et irrégulières de cheveux tombent soudainement, peuvent présenter des creux de l’ongle qui forment un motif géométrique.

  • Une trachyonychie (ongles rugueux et opaques striés et ayant l’aspect du papier de verre) peut survenir chez les personnes atteintes de pelade, de lichen plan, de dermatite atopique ou de psoriasis. La trachyonychie est plus fréquente chez les enfants.

Exemples de déformations et dystrophies unguéales associées à des maladies de la peau

Effet des médicaments sur les ongles

Certains médicaments peuvent causer d’autres affections touchant les ongles, telles que la melanonychia striata (lignes pigmentées marron ou noires) et l’onycholyse. Différents médicaments entraînent une dyschromie de l’ongle, qui s’améliore généralement lorsque le traitement est interrompu et que l’ongle pousse.

  • Les médicaments de chimiothérapie peuvent provoquer un assombrissement (hyperpigmentation) de la lame unguéale. Des bandes pigmentées ou blanches horizontales peuvent également apparaître chez les personnes traitées avec certains médicaments de chimiothérapie.

  • La chloroquine, un médicament utilisé dans le traitement des infections parasitaires et certains types de maladies auto-immunes, peut provoquer une coloration bleu-noir du lit unguéal.

  • L’argent, qui peut être absorbé après une exposition professionnelle ou dans des compléments alimentaires contenant une protéine d’argent colloïdal, peut provoquer une coloration bleu-gris foncé des ongles.

  • Les médicaments contenant de l’or, rarement utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, peuvent colorer les ongles en brun clair ou foncé.

  • Les tétracyclines (antibiotiques), le kétoconazole, les sulfamides antibiotiques, la phénindione et les phénothiazines peuvent entraîner une décoloration bleue ou marron.

  • La zidovudine (ZDV), utilisée dans le traitement de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), peut provoquer des stries longitudinales marron-noir. Cependant, ces stries peuvent également être présentes chez des personnes atteintes du SIDA non traitées par ZDV.

  • L’intoxication à l’arsenic peut provoquer l’apparition de lignes blanches horizontales sur les ongles ou entraîner leur coloration marron.

Dystrophie unguéale médiane

Dans la dystrophie unguéale médiane, de petites fissures au centre de l’ongle s’étendent sur les côtés et prennent l’apparence des branches d’un arbre à feuillage persistant (tel qu’un sapin de Noël). Dans certains cas, la cause de la dystrophie unguéale médiane est inconnue, mais des traumatismes répétés, dont l’utilisation fréquente d’un clavier d’ordinateur ou de dispositifs similaires, pourraient jouer un rôle. La personne doit arrêter d’endommager ses ongles. Le traitement avec une pommade à base de tacrolimus s’est révélé être utile dans certains cas.

Melanonychia striata

La melanonychia striata se caractérise par des lignes grises, brunes ou noires sur la lame unguéale, provoquées par la mélanine (un pigment brun normal). Les lignes s’étendent de la base de l’ongle à son extrémité. Chez les personnes ayant la peau mate, ces lignes peuvent être normales, auquel cas le traitement est inutile. D’autres causes non cancéreuses de la melanonychia striata comprennent les grains de beauté, l’infection par le VIH, l’hyperthyroïdie, la prise de certains médicaments, la grossesse, les traumatismes de l’ongle, la maladie d’Addison et le syndrome de Cushing.

Cependant, des lignes sombres similaires ou une coloration dans ou autour de l’ongle peuvent être un signe précoce de cancer, en particulier de mélanome, qui peut se développer à partir des cellules pigmentaires du tissu à l’origine de la croissance des ongles (matrice unguéale). Les médecins réalisent généralement une biopsie de la matrice unguéale s’ils suspectent que la coloration puisse être d’origine cancéreuse.

Onychogryphose

L’onychogryphose est une dystrophie dans laquelle l’ongle, généralement celui du gros orteil, s’épaissit et prend un aspect très courbé, crochu (en corne de bélier). L’ongle crochu et courbe peut léser un doigt ou un orteil adjacent. Il est dû à une croissance plus rapide d’un côté de l’ongle par rapport à l’autre côté. Ce trouble endommage le lit unguéal, le plus souvent par des lésions répétitives (à cause de chaussures inadaptées, par exemple), mais peut également être dû à des troubles comme le psoriasis. L’onychogryphose est fréquente chez les personnes âgées. Les ongles doivent être coupés et les orteils voisins protégés des blessures, en plaçant du coton entre eux. Il faut également éviter de porter des chaussures et des chaussettes comprimant les orteils.

Onycholyse

L’onycholyse est la séparation partielle de la lame unguéale du lit unguéal ou la chute de la lame unguéale dans sa totalité. Elle peut provenir de :

  • Un traumatisme (comme lorsque l’on pratique la randonnée ou le ski pendant une période prolongée en étant mal chaussé)

  • Un nettoyage exagéré des ongles

  • L’exposition fréquente à l’eau, aux agrumes et à certaines substances chimiques (telles que celles contenues dans les agents de nettoyage)

  • Un traitement par doxorubicine, captopril, practolol, 5-fluorouracile ou rétinoïdes

En outre, d’autres médicaments, dont la doxycycline, les psoralènes et les fluoroquinolones, peuvent provoquer une onycholyse après exposition des ongles au soleil (photo-onycholyse).

Les personnes présentant une onycholyse risquent une infection par des levures ou des champignons. Garder l’ongle au sec et appliquer des préparations antimycosiques sur l’ongle permet de prévenir le risque d’infection.

Onychotillomanie

Les personnes atteintes de cette pathologie se déchirent les ongles. La manifestation la plus fréquente est le tic de roulement de la cuticule, dans lequel les personnes frottent de manière répétitive la cuticule centrale (peau à la base de l’ongle) avec le doigt adjacent. Cette manifestation est surtout fréquente sur l’ongle du pouce et provoque un aspect en planche à laver au centre de la lame unguéale. L’onychotillomanie peut également provoquer un saignement sous les ongles (hémorragie sous-unguéale), une infection de l’ongle et même une perte complète de la lame unguéale.

Déformation des ongles en pince

Dans le cadre de la déformation des ongles en pince, l’ongle est trop courbé horizontalement (d’un côté à l’autre). Elle est le plus souvent causée par une infection mycosique (onychomycose), un psoriasis, des tumeurs de l’ongle ou des chaussures mal adaptées. La déformation peut également survenir en cas de lupus, de la maladie de Kawasaki, d’une maladie rénale en phase terminale (maladie rénale chronique sévère) et de certains syndromes génétiques (par exemple, pachyonychie congénitale). Parfois, elle se développe chez les personnes plus âgées et chez celles souffrant d’arthrite au niveau des doigts. Une douleur se développe souvent à l’endroit où la lame unguéale se recourbe au bout du doigt.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
PERIOSTAT, VIBRAMYCIN
ARALEN
RETROVIR
PROGRAF
CAPOTEN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Cancer de la peau
Vidéo
Cancer de la peau
La peau est l’organe le plus étendu du corps humain. Elle remplit de nombreuses fonctions...
Modèles 3D
Tout afficher
Poussée lymphangitique
Modèle 3D
Poussée lymphangitique

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE