Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Infections parasitaires du cerveau

Par

John E. Greenlee

, MD, University of Utah School of Medicine

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle

Dans certaines zones géographiques, des infections cérébrales peuvent être dues à des vers ou d’autres parasites. Ces infections sont plus fréquentes dans les pays en voie de développement et les zones rurales. Elles sont moins fréquentes aux États-Unis.

Neurocysticercose

La neurocysticercose est provoquée par des larves du ténia du porc. Parmi tous les vers qui provoquent des infections du cerveau, le tænia du porc provoque de loin le plus grand nombre de cas d’infections du cerveau dans l’hémisphère ouest.

Lorsque des personnes mangent des aliments contaminés par des œufs de tænia, les sécrétions de l’estomac entraînent l’éclosion des œufs en larves. Les larves pénètrent dans la circulation sanguine et atteignent toutes les parties de l’organisme, y compris le cerveau et la moelle épinière. Les larves forment des kystes (groupes de larves enfermées dans un mur protecteur). (L’infection causée par les kystes est appelée cysticercose ou, lorsque les kystes se forment dans le cerveau, la neurocysticercose.) Ces kystes provoquent peu de symptômes jusqu’à ce que les kystes dégénèrent et que les larves meurent, déclenchant une inflammation, un gonflement et des symptômes tels que des maux de tête, des convulsions, des changements de personnalité et des troubles mentaux.

Les kystes bloquent parfois le passage du liquide céphalorachidien dans les espaces cérébraux (ventricules), exerçant une pression sur le cerveau. Ce trouble se nomme l’hydrocéphalie. La pression accrue peut provoquer des céphalées, des nausées, des vomissements et la somnolence.

Les kystes peuvent se rompre et répandre leur contenu dans le liquide céphalorachidien, ce qui provoque une méningite.

Les médecins suspectent une neurocysticercose chez les personnes qui vivent ou qui viennent de pays en développement, et qui présentent les symptômes typiques. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomodensitométrie (TDM) peut souvent révéler les kystes. Cependant, des analyses de sang et une ponction lombaire en vue d’obtenir un échantillon du liquide céphalorachidien sont souvent nécessaires pour confirmer le diagnostic.

L’infection est traitée par l’albendazole ou le praziquantel (médicaments utilisés pour traiter les infections par des vers parasites, appelés médicaments anthelminthiques). Les corticoïdes sont administrés pour lutter contre l’inflammation qui survient lorsque les larves meurent. Les convulsions sont traitées avec des anticonvulsivants.

Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour placer un drain (dérivation) pour drainer le liquide céphalorachidien excédentaire et soulager l’hydrocéphalie. La dérivation est un tube en matière plastique qui est placé dans les espaces dans le cerveau. Le tube est placé sous la peau, en général vers l’abdomen où l’excès de liquide est évacué. Une intervention chirurgicale pour enlever les kystes du cerveau peut également être nécessaire.

Autres infections

L’échinococcose (hydatidose) et la cénurose sont des infections dues à des larves de tænia d’un autre type. L’échinococcose peut provoquer l’apparition dans le cerveau de kystes de grande taille. La cénurose, comme la cysticercose, provoque la formation de kystes qui peuvent bloquer la circulation du liquide céphalorachidien dans le cerveau.

La schistosomiase est une infection causée par des schistosomes. Chez les personnes atteintes de schistosomiase, des amas de cellules enflammées (granulomes) se développent dans le cerveau.

L’échinococcose, la cénurose et la schistosomiase peuvent provoquer des symptômes semblables à ceux de la cysticercose, y compris des crises convulsives, des céphalées, des changements de personnalité et une déficience mentale. Les symptômes dus à l’échinococcose ou à la cœnurose peuvent mettre des années à se développer.

Les médecins peuvent habituellement diagnostiquer ces infections en fonction des résultats de l’IRM ou de la TDM, mais une ponction lombaire est parfois nécessaire. Le liquide céphalorachidien peut contenir un nombre important de globules blancs appelés éosinophiles.

Ces trois infections peuvent habituellement être traitées par des médicaments anthelminthiques tels que l’albendazole, le mébendazole, le praziquantel et le pamoate de pyrantel. Mais dans l’échinococcose et la cœnurose, les kystes doivent souvent être excisés chirurgicalement.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
BILTRICIDE
ALBENZA
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Myélographie
Vidéo
Myélographie
La moelle épinière est protégée par le rachis et transporte des messages vers et depuis le...
Modèles 3D
Tout afficher
Colonne vertébrale et moelle épinière
Modèle 3D
Colonne vertébrale et moelle épinière

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE