Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Hépatite A

Par

Sonal Kumar

, MD, MPH, Weill Cornell Medical College

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’hépatite A aiguë est une inflammation du foie provoquée par le virus de l’hépatite A et qui dure moins de 6 mois.

  • L’hépatite A se transmet généralement lorsque les personnes ingèrent un élément qui a été contaminé par les selles d’une personne infectée.

  • L’hépatite A provoque des symptômes typiques de l’hépatite virale (y compris une perte d’appétit, une sensation générale de maladie et une jaunisse) chez les enfants plus âgés et les adultes, mais elle peut être asymptomatique chez les jeunes enfants.

  • Les médecins diagnostiquent l’hépatite A par des analyses de sang.

  • La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour tous les enfants et pour les adultes susceptibles d’être exposés à l’infection ou de développer des complications graves de l’infection.

  • Il n’existe aucun traitement spécifique pour l’hépatite A, mais la plupart des personnes se rétablissent complètement.

L’hépatite A est la cause la plus fréquente d’hépatite virale aiguë. Elle est particulièrement fréquente chez les enfants et les jeunes adultes. L’hépatite A ne devient pas chronique. Cela signifie que l’infection ne dure pas plus de 6 mois. Lorsque les personnes sont exposées au virus de l’hépatite A, leur système immunitaire fabrique des anticorps qui les protègent en les empêchant de contracter de nouveau l’hépatite A (elles sont immunisées contre le virus).

Aux États-Unis en 2016, 2 000 cas d’hépatite A ont été rapportés et on a estimé le nombre de cas d’hépatite A à 4 000 (de nombreux cas ne sont pas reconnus ou signalés). Cela représente une baisse significative par rapport au nombre de cas observés au cours des années précédant l’introduction du vaccin contre l’hépatite A, en 1995. On estime que 1,4 million de cas d’hépatite A sont recensés chaque année dans le monde entier.

Dans certains pays, plus de 75 % des adultes ont été exposées au virus de l’hépatite A.

Transmission de l’hépatite A

L’hépatite A se propage généralement lorsque les personnes ingèrent le virus après avoir touché un objet ou avoir consommé des aliments ou des boissons contaminés par les selles d’une personne infectée (transmission oro-fécale). La propagation se produit généralement à cause d’une mauvaise hygiène, par exemple lorsqu’une personne infectée prépare des aliments sans s’être lavé les mains. Les fruits de mer sont aussi parfois contaminés s’ils sont pêchés dans des endroits où affluent des eaux d’égout non traitées, et ils peuvent provoquer une infection s’ils sont consommés crus.

L’hépatite A survient parfois dans des établissements de soins où le personnel soignant et les enfants peuvent être en contact avec des selles infectées dans les couches.

Les personnes peuvent propager le virus avant que des symptômes n’apparaissent, c’est-à-dire avant de savoir qu’elles sont infectées.

Les épidémies sont fréquentes, en général dues à la contamination de l’approvisionnement en eau par les selles, en particulier dans les pays en voie de développement.

L’hépatite A ne se transforme pas en infection chronique. Une fois que l’hépatite aiguë s’est résolue, les personnes ne peuvent plus transmettre le virus à d’autres personnes.

Symptômes

La plupart des enfants plus âgés et des adultes atteints d’hépatite A présentent des symptômes typiques de l’hépatite aiguë. Ces symptômes comprennent

  • Perte d’appétit

  • Sensation de malaise général

  • Vomissements

  • Douleur dans la partie supérieure droite de l’abdomen (où se situe le foie)

  • Urines de couleur foncée

  • Jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux) dans environ 70 % des cas

Environ 70 % des enfants âgés de moins de 6 ans n’ont aucun symptôme, et ceux qui ont des symptômes présentent rarement une jaunisse.

Des symptômes de cholestase (diminution ou arrêt du flux biliaire), tels que des selles claires et des démangeaisons généralisées, peuvent se manifester.

Les symptômes disparaissent généralement après 2 mois environ, mais ils peuvent continuer ou récidiver pendant une durée allant jusqu’à 6 mois.

L’hépatite A ne provoque pas de cicatrisation sévère du foie (cirrhose). Dans de rares cas, l’hépatite A devient sévère (fulminante). Ces cas sont plus rares qu’avec l’hépatite B.

Le rétablissement de l’hépatite A aiguë est généralement complet.

Diagnostic

  • Analyses de sang

Les médecins suspectent une hépatite A chez des personnes qui ont été exposées au virus de l’hépatite A et qui présentent des symptômes typiques, comme une jaunisse.

Le dépistage commence généralement par des analyses de sang pour déterminer si le foie fonctionne bien et s’il est endommagé (tests hépatiques). Les tests hépatiques consistent à mesurer les taux d’enzymes hépatiques et d’autres substances synthétisées par le foie.

Si les tests détectent des anomalies hépatiques, d’autres analyses de sang sont généralement réalisées pour rechercher une infection par un virus de l’hépatite. Ces analyses de sang peuvent identifier des parties de virus spécifiques (antigènes), des anticorps spécifiques produits par l’organisme pour combattre le virus, et parfois le matériel génétique (ARN ou ADN) du virus.

Prévention

Une bonne hygiène lors de la manipulation des aliments peut aider à prévenir la propagation de l’hépatite A. Les personnes doivent se laver les mains avec du savon et de l’eau après avoir été aux toilettes, après avoir changé une couche et avant de manipuler des aliments.

Il est également important d’éviter les approvisionnements en eau contaminée. Il faut faire particulièrement attention lorsque l’on voyage dans des régions où l’assainissement peut être insuffisant.

La vaccination contre l’hépatite A est recommandée chez tous les enfants (voir la figure Vaccination des nourrissons et des enfants). Elle est également recommandée chez les adultes à haut risque d’exposition à l’hépatite A :

  • Les personnes qui séjournent dans des pays où l’hépatite A est fréquente

  • Les personnes qui travaillent dans des laboratoires de diagnostic ou de recherche et qui manipulent le virus de l’hépatite A

  • Les personnes qui souffrent de maladies hépatiques chroniques ou de troubles hémorragiques

  • Hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes

  • Les consommateurs de drogues (qui sont souvent infectés pour des raisons autres que la consommation de drogues).

  • Personnes sans logement stable ou sans abri

Les personnes atteintes de troubles hépatiques chroniques (y compris l’hépatite C chronique) doivent être vaccinées contre l’hépatite A, car elles risquent davantage de développer une hépatite fulminante et une insuffisance hépatique dues au virus de l’hépatite A.

Prévention après l’exposition à l’hépatite A

Des mesures préventives sont recommandées pour les membres de la famille et les contacts proches des personnes atteintes d’hépatite A, car elles ont été exposées à l’infection (prophylaxie post-exposition).

Si des personnes n’ayant pas été précédemment vaccinées sont exposées à l’hépatite A, elles reçoivent :

  • Personnes en bonne santé âgées de 1 à 40 ans : Une dose du vaccin de l’hépatite A

  • Personnes de plus de 40 ans ou dont le système immunitaire est affaibli, ou personnes atteintes d’une maladie chronique du foie : immunoglobuline standard

L’immunoglobuline standard est une préparation qui contient des anticorps obtenus à partir du sang de personnes dont le système immunitaire est normal. Ce traitement prévient ou diminue la gravité de l’infection.

Traitement

  • Consignes générales

Il n’y a pas de traitement spécifique de l’hépatite A.

Les personnes atteintes d’hépatite A ne doivent pas boire d’alcool parce que cela peut aggraver les lésions du foie. Il n’est pas nécessaire d’éviter certains aliments ou de limiter ses activités.

En cas de démangeaisons, la cholestyramine, prise par voie orale, est souvent efficace.

La plupart des personnes peuvent retourner au travail en toute sécurité après résolution de la jaunisse.

Informations supplémentaires

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation de l’hépatite auto-immune
Vidéo
Présentation de l’hépatite auto-immune
Modèles 3D
Tout afficher
Cirrhose du foie
Modèle 3D
Cirrhose du foie

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE