Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Hépatite C, chronique

Par

Sonal Kumar

, MD, MPH, Weill Cornell Medical College

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’hépatite C chronique est une inflammation du foie provoquée par le virus de l’hépatite C et qui dure plus de 6 mois.

  • Souvent, l’hépatite C ne provoque aucun symptôme jusqu’à ce que le foie soit gravement endommagé.

  • Les médecins diagnostiquent l’hépatite C chronique par des analyses de sang.

  • Si l’hépatite C chronique a provoqué une cirrhose, un dépistage est pratiqué tous les 6 mois pour détecter un cancer du foie.

  • L’hépatite C chronique est traitée par des médicaments antiviraux.

L’hépatite C aiguë devient chronique chez environ 75 % des personnes touchées.

On estime que 2,7 à 3,9 millions de personnes aux États-Unis sont atteintes d’hépatite C chronique. Selon les estimations, 71 millions de personnes dans le monde seraient atteintes d’une hépatite C chronique.

L’hépatite C chronique, si elle n’est pas traitée, provoque une cirrhose chez environ 20 à 30 % des personnes. Cependant, la cirrhose peut prendre des dizaines d’années pour se développer. Généralement, le risque de cancer du foie est augmenté seulement en présence d’une cirrhose.

Il existe différents types (génotypes 1 à 6) de virus de l’hépatite C, qui sont parfois traités avec différents médicaments.

Symptômes

De nombreuses personnes atteintes d’hépatite C chronique n’ont aucun symptôme. Certaines présentent une sensation de malaise général, une perte d’appétit, une fatigue et une vague gêne abdominale.

Souvent, les premiers symptômes spécifiques sont ceux d’une cirrhose ou des complications de la cirrhose. Ces symptômes peuvent inclure

  • Splénomégalie

  • Apparition de petits vaisseaux sanguins en forme de toile d’araignée sur la peau (angiomes stellaires)

  • Rougeur des paumes de la main

  • Accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite)

  • Tendance au saignement (trouble de la coagulation)

  • Jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux)

  • Détérioration de la fonction cérébrale due à un dysfonctionnement du foie (encéphalopathie hépatique)

La fonction cérébrale se détériore parce que le foie gravement endommagé est incapable d’éliminer les substances toxiques du sang comme il le fait normalement. Ces substances s’accumulent alors dans le sang et atteignent le cerveau. Normalement, le foie les évacue du sang, les décompose, puis les excrète sous forme de produits dérivés inoffensifs dans la bile (liquide jaune-verdâtre qui contribue à la digestion) ou dans le sang (voir Fonctions du foie). Le traitement de l’encéphalopathie hépatique peut empêcher la détérioration de la fonction cérébrale de devenir permanente.

Le dépistage

Certaines personnes doivent parler à leur médecin de la possibilité d’être testées pour l’hépatite C, qu’elles présentent ou non des symptômes d’hépatite.

Les personnes ayant les caractéristiques suivantes doivent être dépistées pour l’hépatite C :

  • Naissance entre 1945 et 1965, quel que soit le pays de naissance

  • Consommation actuelle ou passée de drogues par injection, même une seule fois ou longtemps auparavant

  • Inhalation de drogues

  • Traitements par injections (administrées dans une veine ou dans un muscle) en raison d’un problème de coagulation du sang avant 1987

  • Administration d’une transfusion sanguine ou une greffe d’organe avant juillet 1992

  • Traitement actuel ou passé par hémodialyse à long terme

  • Résultats des tests hépatiques anormaux ou maladie chronique du foie inexpliquée

  • Travail dans les soins de santé ou la sécurité publique et exposition au sang d’une personne atteinte d’hépatite C par une piqûre d’aiguille ou d’autres blessures par un objet coupant

  • Infection par le VIH

  • Antécédents d’incarcération

  • Enfants dont la mère est atteinte de l’hépatite C

Le dépistage est important, car les symptômes peuvent ne pas se manifester avant que l’infection n’ait gravement endommagé le foie, des années après l’infection initiale.

Diagnostic

  • Analyses de sang

Les médecins peuvent suspecter une hépatite C chronique lorsque

  • Les personnes présentent des symptômes typiques.

  • Des analyses de sang (réalisées pour d’autres raisons) détectent un taux d’enzymes hépatiques anormalement élevé.

  • Un diagnostic d’hépatite C aiguë a déjà été posé chez ces personnes.

Les tests de l’hépatite chronique commencent généralement par des analyses de sang pour déterminer si le foie fonctionne bien et s’il est endommagé (tests hépatiques). Les tests hépatiques consistent à mesurer les taux d’enzymes hépatiques et d’autres substances synthétisées par le foie. Ces tests peuvent permettre de poser ou d’écarter un diagnostic d’hépatite C et de déterminer la sévérité de l’atteinte hépatique.

Si les examens suggèrent une hépatite, les médecins réalisent d’autres analyses de sang à la recherche des virus de l’hépatite B et C. Ces deux virus peuvent provoquer une hépatite chronique. Ces analyses de sang peuvent identifier des parties de virus spécifiques (antigènes), des anticorps spécifiques produits par l’organisme pour combattre le virus, et parfois le matériel génétique (ARN ou ADN) du virus. Si les médecins suspectent fortement une hépatite C chronique, ils peuvent réaliser des analyses de sang à la recherche de ce virus spécifiquement.

Si l’hépatite C chronique est confirmée, les médecins vérifient également l’infection par le VIH et l’hépatite B car ces infections se propagent souvent de la même manière : par contact avec des fluides corporels, tels que le sang ou le sperme.

Après le diagnostic de l’hépatite C, des examens peuvent être effectués pour déterminer à quel point le foie est endommagé et pour rechercher d’autres causes de maladie du foie. Les examens peuvent inclure :

  • Une biopsie hépatique (rare)

  • Des examens d’imagerie spécialisés, tels qu’une élastographie par échographie et une élastographie par résonance magnétique

  • Des analyses de sang pour mesurer des substances (appelées marqueurs) qui indiquent si une fibrose est présente et, le cas échéant, son étendue

Dépistage du cancer du foie

Si la personne est atteinte d’hépatite C chronique, un dépistage est pratiqué tous les 6 mois pour détecter un cancer du foie. Il peut inclure :

  • Échographie

  • Parfois, mesure des taux d’alpha-fœtoprotéine

Les taux d’alpha-fœtoprotéine (protéine normalement produite par des cellules hépatiques immatures chez les fœtus) augmentent en présence d’un cancer du foie.

Traitement

  • Médicaments antiviraux

L’hépatite C chronique est traitée par des médicaments antiviraux appelés médicaments antiviraux à action directe. Généralement, plusieurs médicaments sont associés.

L’hépatite C chronique doit être traitée, sauf si la personne présente un autre trouble qui ne répond pas au traitement et qui raccourcit l’espérance de vie.

Le traitement varie en fonction du génotype du virus de l’hépatite C à l’origine de l’infection, de la sévérité des lésions hépatiques et des traitements antérieurs de l’hépatite C. De nouveaux médicaments antiviraux pour traiter l’hépatite C sont en cours de développement, et les traitements recommandés évoluent donc rapidement.

De nombreux médicaments antiviraux à action directe sont disponibles pour traiter l’hépatite C. Ces médicaments sont très efficaces et ont des effets secondaires minimes, car ils ciblent directement le virus. Ces médicaments incluent : sofosbuvir, daclatasvir, paritaprévir, ritonavir, ombitasvir, dasabuvir, télaprévir, bocéprévir, siméprévir, elbasvir, grazoprévir, velpatasvir, glecaprévir et pibrentasvir (tous pris par voie orale).

Le traitement peut durer de 8 à 24 semaines. Le traitement de l’hépatite C peut éliminer le virus de l’organisme et donc arrêter l’inflammation et prévenir la cicatrisation, ce qui réduit le risque de développer une cirrhose.

La ribavirine est parfois ajoutée au traitement pour améliorer l’efficacité des médicaments antiviraux. Cependant, la ribavirine peut provoquer des anomalies congénitales. Les hommes et les femmes qui prennent ces médicaments doivent utiliser une contraception pendant le traitement et jusqu’à 6 mois après l’arrêt du traitement.

Si une infection par l’hépatite C chronique a gravement endommagé le foie, une greffe de foie peut être réalisée. Après une greffe de foie, les personnes atteintes d’hépatite C sont souvent traitées avec des médicaments antiviraux, ce qui améliore leurs chances de guérir.

Lorsque le traitement est terminé, les médecins réalisent des analyses de sang afin de déterminer la quantité de matériel génétique du virus qui est présent. Si aucun n’est détecté 12 semaines et 24 semaines après la fin du traitement, en fonction du schéma thérapeutique utilisé, les personnes sont probablement guéries.

Informations supplémentaires

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
Pibrentasvir
Sofosbuvir
NORVIR
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du foie et de la vésicule biliaire
Vidéo
Présentation du foie et de la vésicule biliaire
Modèles 3D
Tout afficher
Cirrhose du foie
Modèle 3D
Cirrhose du foie

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE