Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Grosseur dans le cou

Par

Marvin P. Fried

, MD, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine

Vérifié/Révisé mai 2023
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE

Une grosseur anormale (boule) dans le cou est possible chez certaines personnes. Parfois, les médecins découvrent une grosseur dans le cou lors d’un examen. Les grosseurs dans le cou peuvent être douloureuses ou indolores en fonction de leur cause. Les personnes peuvent présenter des grosseurs indolores dans le cou pendant un certain temps avant de les remarquer.

Causes d’une grosseur dans le cou

Hypertrophie des ganglions lymphatiques due à des infections

Les causes les plus courantes de ganglions lymphatiques hypertrophiés chez les personnes jeunes sont les suivantes :

  • Une réaction à une infection proche (comme un rhume ou une infection de la gorge)

  • Une infection bactérienne directe d’un ganglion lymphatique

  • Certaines infections répandues dans tout l’organisme (systémiques)

Un ou plusieurs ganglions lymphatiques du cou gonflent souvent en réponse à une infection des voies respiratoires supérieures, une infection de la gorge ou une infection dentaire. Dans ce cas, les ganglions sont souples et généralement non sensibles. Ils reviennent généralement à la normale peu après la disparition de l’infection.

Grosseurs cancéreuses dans le cou

Une cause beaucoup moins fréquente, mais plus grave des ganglions lymphatiques hypertrophiés est :

  • Cancer

Les grosseurs cancéreuses au cou (tumeurs malignes) sont plus fréquentes chez les personnes âgées, mais peuvent aussi survenir chez des personnes plus jeunes. Il peut s’agir de :

Les grosseurs cancéreuses ne sont pas douloureuses ni sensibles au toucher et sont souvent dures comme de la pierre.

Autres causes

Les kystes sont des masses creuses remplies de liquide, généralement inoffensives sauf s’ils sont infectés. Certains kystes au niveau du cou sont présents dès la naissance en raison d’anomalies survenues au cours du développement fœtal. Des kystes se développent parfois dans la peau (kyste épidermoïde Kystes cutanés Les kystes cutanés sont des nodules à évolution lente fréquents. Les kystes d’inclusion épidermiques sont les kystes cutanés les plus fréquents. (Voir aussi Présentation des excroissances cutanées... en apprendre davantage Kystes cutanés ), y compris dans la peau du cou.

La glande thyroïde, qui se trouve au milieu du cou et juste au-dessus du sternum peut gonfler. Le type le plus courant de gonflement du cou est le goitre Goitre simple Le goitre simple est une hypertrophie non cancéreuse de la thyroïde qui n’implique pas de surproduction ou de sous-production d’hormones thyroïdiennes. Cette augmentation est due à une carence... en apprendre davantage qui est habituellement non cancéreux (bénin). Le cancer de la thyroïde et les inflammations de la thyroïde (thyroïdite) sont moins fréquents.

Évaluation d’une grosseur dans le cou

Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider si l’évaluation d’un médecin est nécessaire et les aider à savoir à quoi s’attendre lors de l’évaluation.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes avec des grosseurs dans le cou, certains symptômes et caractéristiques sont préoccupants. À savoir :

  • Grosseur très dure

  • Plaies ou excroissances dans la bouche

  • Difficulté à avaler ou enrouement

  • Nouvelle(s) grosseur(s) chez les personnes âgées

En général, les grosseurs indolores sont quelque peu plus préoccupantes que celles qui sont douloureuses.

Quand consulter un médecin

Les personnes avec des grosseurs dans le cou qui durent plus de quelques jours devraient consulter un médecin, en particulier les personnes présentant des signes avant-coureurs. Les personnes présentant d’autres symptômes (comme la fièvre) doivent consulter un médecin dès que possible.

Que fait le médecin

Les médecins posent des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne puis procèdent à un examen clinique. Ce que les médecins découvrent pendant l’anamnèse et lors de l’examen clinique contribue à décider quels examens doivent être effectués le cas échéant.

Au cours de l’étude des antécédents, les médecins posent des questions sur ce qui suit :

  • Symptômes de rhume (tels que mal de gorge, éternuements et écoulement nasal) et d’infection de la gorge (tels que douleur à la déglutition) et d’infection dentaire (tels que douleurs dentaires)

  • Symptômes de cancer du cou (difficulté à parler ou à avaler), ainsi que facteurs de risque du cancer, en particulier le tabagisme et la consommation d’alcool.

  • Facteurs de risque d’infection par le VIH et la tuberculose

Au cours de l’examen clinique, les médecins se concentrent sur les oreilles, le nez et la gorge (y compris les amygdales, la base de la langue et les glandes salivaires et thyroïdiennes). Ils recherchent des signes d’infection ou d’excroissances anormales et regardent aussi dans la gorge avec un miroir ou une sonde d’observation fine et souple (laryngoscopie). Ils palpent aussi la ou les grosseurs au niveau du cou pour déterminer si elles sont souples, caoutchouteuses ou dures et si elles sont sensibles ou non au toucher.

Examens

S’il y a une source évidente d’infection (comme un rhume ou un mal de gorge) ou si les personnes sont jeunes et en bonne santé et présentent une grosseur sensible pendant quelques jours seulement, aucun examen n’est nécessaire dans l’immédiat. Ces personnes sont suivies de près pour voir si la grosseur disparaît sans traitement. Si elle ne disparait pas, des examens sont alors nécessaires.

La plupart des autres personnes doivent faire faire une numération formule sanguine (NFS) et une radiographie pulmonaire Radiographie simple Les rayons X sont des ondes de rayonnement de haute énergie qui peuvent pénétrer la plupart des substances (à des degrés variables). À faibles doses, les rayons X sont utilisés pour produire... en apprendre davantage . Chez les personnes plus jeunes sans facteurs de risque de cancer ni résultats suggérant un cancer (comme des excroissances dans la bouche), des examens d’imagerie sont souvent réalisés, parfois suivis d’une biopsie. Chez les personnes âgées, en particulier celles qui présentent des signes avant-coureurs ou des facteurs de risque de cancer, les médecins procèdent souvent à plusieurs tests pour déterminer la source du cancer avant de prélever un morceau de la grosseur (biopsie à l’aiguille) ou la grosseur entière pour l’analyser (biopsie excisionnelle). Les examens comprennent souvent des analyses de sang et une tomodensitométrie Tomodensitométrie (TDM) Dans la tomodensitométrie (TDM), anciennement appelée tomographie axiale calculée par ordinateur (TACO), la source et le détecteur de rayons X effectuent une rotation autour des personnes. Dans... en apprendre davantage Tomodensitométrie (TDM) (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique (IRM) L’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise un champ magnétique puissant et des ondes radio de très haute fréquence pour produire des images de haute résolution. L’IRM n’utilise pas de... en apprendre davantage Imagerie par résonance magnétique (IRM) (IRM) de la tête et du cou. L’ échographie Échographie L’échographie utilise des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons) pour produire des images des organes internes et d’autres tissus. Un dispositif appelé une sonde (transducteur) convertit... en apprendre davantage Échographie est privilégiée chez les enfants afin d’éviter toute exposition aux rayonnements et peut être utilisée chez les adultes si les médecins suspectent une masse au niveau de la thyroïde. Chez les enfants, l’infection est la cause la plus fréquente de grosseurs dans le cou. Ainsi, avant de réaliser un examen d’imagerie, on administre généralement aux enfants des antibiotiques pour voir si les grosseurs disparaissent.

Pour rechercher le cancer provenant d’une autre partie de l’organisme, les médecins réalisent habituellement une radiographie du tube digestif supérieur, une scintigraphie de la thyroïde et une TDM (tomodensitométrie) du thorax. Un examen direct du larynx (laryngoscopie), des poumons (bronchoscopie) et de l’œsophage (œsophagoscopie) avec biopsies, effectué en même temps, peut être nécessaire.

Traitement d’une grosseur dans le cou

Le traitement cible la cause de la masse dans le cou.

Si la grosseur est un ganglion lymphatique hypertrophié en raison d’une infection, elle disparaît généralement après la disparition de l’infection.

Lorsque des cellules cancéreuses sont découvertes dans une grosseur ou un ganglion lymphatique enflé du cou et qu’il n’y a pas de signes de cancer ailleurs, la totalité de la grosseur ou du ganglion contenant les cellules cancéreuses est enlevée, ainsi que d’autres ganglions lymphatiques et du tissu adipeux dans le cou. Lorsque la tumeur est volumineuse, les médecins sont amenés à enlever la veine jugulaire interne en même temps que les muscles et les nerfs adjacents. La radiothérapie est souvent indiquée aussi.

Points clés

  • La plupart des grosseurs du cou sont des ganglions lymphatiques hypertrophiés.

  • Les grosseurs indolores sont quelque peu plus préoccupantes que les grosseurs douloureuses.

  • Des examens ne sont généralement pas nécessaires, sauf si les médecins suspectent un cancer.

  • Les grosseurs dans le cou qui sont cancéreuses sont retirées par voie chirurgicale si aucun signe de cancer n’est présent ailleurs dans l’organisme.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE