Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Maux de gorge

Par

Marvin P. Fried

, MD, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le mal de gorge est une douleur à l’arrière de la gorge. La douleur peut être sévère et est généralement aggravée par la déglutition. De nombreuses personnes souffrant de maux de gorge refusent de manger ou de boire. Parfois, la douleur se fait également ressentir dans l’oreille (les nerfs à l’arrière de la gorge sont très proches de ceux de l’oreille).

Causes

Un mal de gorge est généralement dû à une infection (voir tableau Certaines causes et caractéristiques du mal de gorge). L’infection la plus fréquente est :

  • Pharyngo-amygdalite

Des causes du mal de gorge bien moins fréquentes, mais plus graves sont les suivantes :

  • Abcès

  • Infection de l’épiglotte (épiglottite)

  • Tumeurs

Les abcès, les épiglottites et les tumeurs sont particulièrement préoccupants, car ils peuvent bloquer les voies respiratoires.

L’irritation de la gorge et une légère douleur peuvent également être provoquées par une sécheresse, des produits irritants, un reflux gastro-œsophagien (RGO) et une tension au niveau des cordes vocales (par exemple en criant).

Pharyngo-amygdalite

Une pharyngo-amygdalite est une infection des amygdales (amas de tissu lymphoïde à l’arrière de la gorge) et de la gorge (pharynx). Les médecins peuvent utiliser le terme « amygdalite » lorsque les amygdales sont particulièrement enflammées ou le terme « pharyngite » lorsque les amygdales ne sont pas particulièrement enflammées ou lorsque les personnes qui n’ont plus d’amygdales souffrent de maux de gorge.

En général, une pharyngo-amygdalite est causée par un virus similaire à celui qui cause le rhume. La plupart des rhumes commencent par un petit mal de gorge. Une cause virale moins courante est la mononucléose aiguë (causée par le virus d’Epstein-Barr) qui survient principalement chez les enfants et les jeunes adultes. De manière encore plus rare, le mal de gorge peut faire partie de l’infection initiale en cas d’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou être dû à des infections fongiques chroniques chez les patients infectés par le VIH, comme le muguet.

Environ 10 % des maux de gorge chez les adultes (et un peu plus chez les enfants) sont causés par un type de bactéries Streptococcus (streptocoques). Ces infections à streptocoques sont souvent appelées angine streptococcique. L’angine streptococcique est rare chez les enfants de moins de 2 ans.

Les causes bactériennes rares comprennent la gonorrhée et la diphtérie (dans les pays à faible taux de vaccination).

Abcès

Un amas de pus (abcès) peut se former au-dessous ou à proximité de l’une des amygdales (abcès amygdalien). La cause habituelle est une infection streptococcique propagée des amygdales aux tissus plus profonds. Chez les jeunes enfants, un abcès peut se former dans le tissu à l’arrière de la gorge (abcès rétropharyngé).

Épiglottite

L’épiglotte est une petite structure cartilagineuse qui ferme l’accès au larynx et à la trachée pendant la déglutition. L’épiglotte peut être infectée par certaines bactéries (épiglottite). Cette infection provoque un gonflement et des douleurs sévères. Le gonflement peut fermer la trachée, en particulier chez les nourrissons et les enfants. L’épiglottite se produisait principalement chez les enfants et était généralement causée par la bactérie Haemophilus influenzae de type B (HiB). Maintenant que la plupart des enfants sont vaccinés contre le HiB, l’épiglottite est très rare chez les enfants, mais le HiB constitue toujours une cause chez les adultes et les enfants non vaccinés.

Évaluation

Tous les maux de gorge ne nécessitent pas une évaluation médicale immédiate. Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider si l’évaluation d’un médecin est nécessaire et les aider à savoir à quoi s’attendre lors de l’évaluation.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes souffrant de maux de gorge, certains symptômes et caractéristiques sont préoccupants. À savoir :

  • Sifflement lors de l’inspiration (stridor)

  • Tout signe de difficulté à respirer (en particulier dans la position du trépied, où l’enfant est assis droit, mais penché vers l’avant, le cou incliné vers l’arrière et la mâchoire tirée vers l’avant).

  • Hypersalivation

  • Voix feutrée ou de « patate chaude dans la bouche », comme si les personnes avaient un objet chaud dans la bouche.

  • Renflement visible à l’arrière de la gorge

Quand consulter un médecin

Les personnes présentant des symptômes avant-coureurs devraient immédiatement se rendre à l’hôpital.

Les personnes souffrant d’un mal de gorge mais sans signes avant-coureurs devraient appeler leur médecin. Il est conseillé aux personnes qui présentent des symptômes typiques de rhume et une gêne légère à modérée, de rester chez elles et de traiter leurs symptômes avec des remèdes vendus sans ordonnance. Il est conseillé aux personnes souffrant de douleurs sévères et/ou d’autres symptômes (fièvre, fatigue extrême ou toux productive) de consulter un médecin immédiatement.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne puis procèdent à un examen clinique. Ce que les médecins découvrent au cours de l’étude des antécédents et de l’examen clinique les aide à décider des examens qui peuvent s’avérer nécessaires (voir tableau Certaines causes et caractéristiques des maux de gorge).

Au cours de l’étude des antécédents, les médecins posent des questions sur ce qui suit :

  • Symptômes d’écoulement nasal, de toux et de difficultés à avaler, à parler ou à respirer.

  • Si les personnes ont souffert d’un état général de fatigue sévère avant leur mal de gorge (ce qui suggère une mononucléose)

  • Si les personnes ont déjà eu un épisode de mononucléose antérieur (la mononucléose se déclenche rarement deux fois).

  • Si les personnes risquent d’avoir attrapé la gonorrhée (comme des rapports sexuels oro-génitaux récents) ou une infection par le VIH (comme des rapports sexuels non protégés, des partenaires sexuels multiples ou un abus de drogues par voie intraveineuse).

Lors de l’examen clinique, les médecins se concentrent sur le nez et la gorge. Toutefois, si les médecins suspectent une épiglottite chez les enfants (présence de signes avant-coureurs et aucun signe de rhume), ils n’examinent pas la gorge des enfants dans leur cabinet, car l’insertion d’un abaisse-langue peut provoquer un spasme qui déclenche un blocage complet des voies respiratoires.

Les médecins procèdent comme suit si une épiglottite n’est pas suspectée :

  • Examen de la bouche pour voir si la gorge et/ou les amygdales sont rouges, s’il y a des taches blanches (exsudat) sur les amygdales et s’il y a des grosseurs pouvant suggérer un abcès.

  • Recherche de ganglions lymphatiques mous et gonflés dans la zone du cou.

  • Examen abdominal pour y détecter une hypertrophie de la rate.

Tableau
icon

Certaines causes infectieuses et caractéristiques des maux de gorge

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Pharyngo-amygdalite virale (infection des amygdales et de la gorge causée par un virus)

Mal de gorge léger à modéré et peu ou pas de fièvre.

Généralement, nez qui coule et/ou toux.

Gorge et amygdales très légèrement à très rouges et pouvant être couvertes d’un écoulement blanc ou de pus.

Parfois, un ou deux ganglions lymphatiques hypertrophiés dans le cou.

Examen clinique

Maux de gorge intenses et fièvre fréquents

Rarement, un nez qui coule ou de la toux

Souvent, une gorge très rouge et des amygdales couvertes d’un écoulement blanc ou de pus.

Généralement un ou deux ganglions lymphatiques tendres et hypertrophiés dans le cou.

Examen d’un échantillon prélevé dans la gorge avec un coton-tige.

Mononucléose (causée par le virus d’Epstein-Barr)

Aucun symptôme de rhume, mais un mal de gorge modéré à sévère, une fièvre élevée et une fatigue constante.

Généralement, chez les adolescents ou les jeunes adultes qui n’ont jamais eu la mononucléose.

Souvent, une gorge très rouge et des amygdales couvertes d’un écoulement blanc ou de pus.

De manière générale, nombreux ganglions lymphatiques hypertrophiés des deux côtés du cou et parfois, rate hypertrophiée détectée lors de l’examen médical.

Prise de sang pour anticorps du virus d’Epstein-Barr

Abcès

Douleurs intenses de la gorge, avec fièvre fréquente, sans symptômes de rhume.

Parfois, voix feutrée comme si les personnes avaient un objet chaud dans la bouche (« patate chaude » dans la bouche).

Gorge et amygdales qui peuvent être légèrement à très rouges.

Gonflement important d’un côté de la gorge généralement détecté lors de l’examen médical.

Généralement, retrait de pus avec une aiguille (pour effectuer le diagnostic et le traitement).

Parfois, tomodensitométrie (TDM) du cou

Épiglottite† (infection de l’épiglotte, petite structure cartilagineuse qui recouvre l’ouverture du larynx).

Douleur aiguë de la gorge et difficulté à avaler qui commencent brusquement.

Chez les enfants, fait de saliver fréquemment et symptômes d’une maladie grave (comme peu ou pas de contact oculaire, non-reconnaissance des parents et irritabilité).

Parfois (plus souvent chez les enfants), symptômes respiratoires, comprenant :

  • Respiration rapide (tachypnée)

  • Sifflement à l’inspiration (stridor)

  • Position du trépied : En position assise et penchée en avant, avec le cou basculé vers l’arrière et mâchoire tendue vers l’avant (pour essayer d’augmenter la quantité d’air qui atteint les poumons).

Aspect généralement normal de la gorge lors de l’examen (toutefois, l’examen peut ne pas être souhaitable).

Chez la plupart des enfants et des adultes qui semblent gravement malades, une laryngoscopie par fibre optique flexible (insertion d’un mince tube d’observation souple dans la gorge pour voir directement l’épiglotte), doit être effectuée dans la salle d’opération.

Chez les personnes qui ne présentent pas tous les symptômes de l’épiglottite et qui ne semblent pas gravement malades, une radiographie du cou peut être effectuée.

* Les caractéristiques comprennent les symptômes et les résultats de l’examen clinique. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

† Ces causes sont rares.

Examens

La nécessité des tests dépend de ce que les médecins trouvent au cours de l’étude des antécédents et de l’examen clinique, en particulier si des signes avant-coureurs sont présents.

Les tests possibles comprennent :

  • Dépistage rapide du streptocoque (chez les enfants).

  • Culture de la gorge (chez les adultes)

  • Laryngoscopie par fibre optique flexible

  • Radiographie du cou

La première préoccupation des médecins est d’identifier les personnes qui pourraient souffrir d’une épiglottite. Un stridor ou une hypersalivation sont des signes avant-coureurs, en particulier chez les personnes qui semblent malades ou qui présentent des difficultés respiratoires. Dans de tels cas, une radiographie ne doit pas être effectuée. Les médecins inspectent plutôt la gorge à l’aide d’une sonde d’observation fine et souple, qu’ils font passer par le nez (laryngoscopie naso-pharyngée flexible). Comme un blocage complet et soudain de voies respiratoires est plus susceptible de se produire lors de l’examen de la gorge des enfants, les médecins minimisent le danger en le faisant seulement en salle d’opération, où un équipement de pointe pour les voies respiratoires et un personnel spécialisé sont disponibles. Les adultes qui ne semblent pas gravement malades et n’ont pas de symptômes respiratoires peuvent passer une radiographie du cou pour observer une épiglotte gonflée ou faire procéder à une laryngoscopie par fibre optique souple dans le service des urgences ou au cabinet d’un spécialiste.

Il est difficile pour les médecins, malgré ce que beaucoup de personnes pensent, de distinguer une angine streptococcique d’un mal de gorge causé par un virus en se basant uniquement sur l’aspect. Dans les deux cas, la gorge est très rouge et présente des taches blanches. Donc, à moins que les personnes ne souffrent que d’un rhume, les médecins leur font généralement passer des examens pour diagnostiquer une angine streptococcique. Il existe deux types d’examens ; un test de détection rapide de l’antigène et une culture du prélèvement de la gorge. Les deux examens sont effectués à partir d’un prélèvement au niveau de l’arrière de la gorge avec un coton-tige. Le test de détection rapide de l’antigène peut être effectué au cabinet du médecin en plus ou moins 20 minutes. Cet examen rapide n’est généralement effectué que chez les enfants. Si les résultats sont positifs, les enfants sont soignés pour une angine streptococcique avec des antibiotiques. Si les résultats sont négatifs, un autre prélèvement est envoyé au laboratoire pour effectuer une culture (croissance des micro-organismes sur un gel spécial pour qu’ils soient en quantité suffisante pour les identifier). Si les adultes doivent passer un examen pour déceler une angine streptococcique, les médecins ne procèdent généralement pas à une culture du prélèvement de la gorge parce que les adultes peuvent présenter une autre infection bactérienne qui ne serait pas identifiée au test de détection rapide de l’antigène.

Un abcès est souvent visible lors de l’examen médical. Les médecins peuvent diagnostiquer et soigner un abcès en insérant une petite aiguille dans la zone enflée après avoir pulvérisé un anesthésique dans la gorge des personnes. Si du pus sort, l’abcès est confirmé et les médecins éliminent le plus de pus possible. Si l’emplacement et l’étendue de l’abcès ne sont pas évidents, les médecins procèdent à une TDM du cou.

Les médecins effectuent des analyses de sang pour la mononucléose ou le VIH uniquement lorsqu’ils suspectent que les personnes souffrent d’une de ces infections.

Traitement

Les médecins soignent toutes les affections spécifiques ou sous-jacentes. Par exemple, les personnes atteintes d’une angine streptococcique ou d’autres infections bactériennes reçoivent un traitement à base d’antibiotiques.

Il est important de soulager les douleurs des maux de gorge pour que les personnes puissent manger et boire. L’ibuprofène ou le paracétamol contribue à soulager les douleurs et la fièvre. On peut administrer des opioïdes momentanément (comme l’oxycodone ou hydrocodone) aux personnes souffrant de douleurs intenses. Pour soulager temporairement la douleur, les personnes peuvent se gargariser avec de l’eau salée chaude, sucer des pastilles pour la gorge ou utiliser des sprays pour la gorge (comme ceux contenant de la benzocaïne, de la lidocaïne ou de la dyclonine). Un potage est un bon aliment pour maintenir l’hydratation chez les enfants et les nourrir quand la déglutition est douloureuse et avant que l’appétit ne revienne.

Points clés

  • La plupart des maux de gorge sont causés par une pharyngo-amygdalite virale et guérissent sans traitement.

  • Les maux de gorge sont parfois causés par certaines bactéries (en particulier les streptocoques) et deviennent une angine streptococcique.

  • Il est difficile pour les médecins de dire si la cause de la pharyngo-amygdalite est virale ou bactérienne sans examen approprié.

  • L’abcès et l’épiglottite sont des causes rares, mais sérieuses.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
OXYCONTIN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Pression au niveau de l’oreille
Vidéo
Pression au niveau de l’oreille
L’oreille peut être divisée en trois parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille...
Modèles 3D
Tout afficher
Angine streptococcique
Modèle 3D
Angine streptococcique

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE