Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Perte de l’odorat

(Anosmie)

Par

Marvin P. Fried

, MD, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

L’anosmie est la perte totale de l’odorat. L’hyposmie est la perte partielle de l’odorat. La plupart des personnes souffrant d’anosmie peuvent reconnaître les substances salées, sucrées, acides et amères, mais ne peuvent pas faire la différence entre des saveurs spécifiques. La capacité à reconnaître la différence entre les arômes dépend en fait de l’odorat et non pas des récepteurs gustatifs sur la langue. Par conséquent, les personnes atteintes d’anosmie se plaignent souvent d’une perte du goût et du fait de ne pas apprécier la nourriture.

La perte des récepteurs olfactifs due au vieillissement entraîne une diminution de la capacité à sentir les odeurs chez les personnes âgées. Les modifications de l’odorat sont généralement perçues vers l’âge de 60 ans. Après 70 ans, les modifications sont importantes.

Causes

L’anosmie qui n’est pas due au vieillissement se produit lorsque le gonflement ou une autre forme d’obstruction des voies nasales empêche les odeurs d’atteindre la zone olfactive, ou lorsque des parties de la zone olfactive ou ses connexions avec le cerveau sont détruites (voir tableau Certaines causes et caractéristiques de l’anosmie). La zone olfactive, où les odeurs sont détectées, se situe dans la partie supérieure du nez (voir Comment perçoit-on les saveurs ?).

Causes fréquentes

Les causes les plus courantes sont les suivantes :

Les traumatismes cranio-cérébraux, fréquents lors des accidents de voiture, sont la principale cause de perte permanente de l’odorat. Un traumatisme cranio-cérébral peut endommager ou détruire des fibres des nerfs olfactifs (la paire de nerfs crâniens qui relient les récepteurs de l’odorat au cerveau) à l’endroit où ils traversent le plafond de la cavité nasale. Parfois, la blessure comporte une fracture de l’os (fascia cribriformis) qui sépare le cerveau de la cavité nasale. Le dommage causé aux nerfs olfactifs peut également résulter d’infections (comme des abcès) ou de tumeurs proches du fascia cribriformis.

Une infection des voies respiratoires supérieures, notamment l’influenza (grippe) est une autre cause fréquente d’anosmie. La grippe est responsable de près d’un quart des hyposmies ou des anosmies. La maladie d’Alzheimer et d’autres maladies cérébrales dégénératives (comme la sclérose en plaques) peuvent endommager les nerfs olfactifs, causant souvent la perte de l’odorat.

Causes moins fréquentes

Les médicaments peuvent contribuer à une anosmie chez les personnes sensibles. Les polypes, tumeurs et autres infections du nez, les allergies saisonnières (rhinite allergique) peuvent entraver le sens de l’odorat. Parfois, des sinusites graves ou une radiothérapie contre un cancer entraînent une perte de l’odorat ou du goût qui peut durer des mois et même devenir définitive. Ces situations peuvent léser ou détruire les récepteurs de l’odorat. Le rôle du tabac est incertain. Une petite minorité de personnes naissent en étant dépourvues du sens de l’odorat.

Une anosmie ou hyposmie peut être un symptôme précoce du COVID-19, une maladie respiratoire aiguë qui peut être grave et qui est causée par un coronavirus nouvellement identifié, officiellement appelé SARS-CoV-2.

Évaluation

Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider si une évaluation du médecin est nécessaire et à savoir comment se déroule un tel examen.

Signes avant-coureurs

Les observations suivantes sont particulièrement préoccupantes :

  • Traumatisme cranio-cérébral récent

  • Symptômes d’une dysfonction du système nerveux, comme la faiblesse, problèmes d’équilibre ou difficultés à voir, parler ou déglutir.

  • Début soudain des symptômes

  • Épidémie locale ou mondiale de COVID-19

Quand consulter un médecin

Les personnes qui présentent des signes d’avertissement doivent consulter un médecin immédiatement. Les autres personnes doivent consulter un médecin dès que possible.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne puis procèdent à un examen clinique. Les observations faites par les médecins pendant le relevé des antécédents et l’examen clinique les aiguillent souvent sur la cause et les examens complémentaires pouvant s’avérer nécessaires (voir tableau Certaines causes et caractéristiques de l’anosmie).

Les médecins s’informent sur l’apparition et de la durée de l’anosmie et sa relation avec un rhume, une grippe ou un traumatisme cranio-cérébral. D’autres symptômes comme un nez bouché qui coule et si un écoulement nasal est aqueux, teinté de sang, épais ou malodorant sont observés par les médecins. Les médecins cherchent des symptômes neurologiques, notamment ceux qui impliquent un changement d’état mental (par exemple, troubles de la mémoire à court terme) ou des nerfs crâniens (par exemple, vision double ou difficultés à parler ou à avaler). Les questions sur les antécédents médicaux des personnes impliquent des troubles des sinus, des traumatismes cranio-cérébraux, des opérations à la tête, des allergies, les médicaments utilisés et l’exposition à des produits chimiques ou des fumées.

Lors de l’examen clinique, les médecins examinent les voies nasales à la recherche d’une inflammation, d’un écoulement et de polypes. Un examen neurologique complet est aussi effectué, plus particulièrement de l’état mental et des nerfs crâniens des personnes.

Tableau
icon

Certaines causes et caractéristiques de l’anosmie

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Obstruction du nez

Chez les personnes qui ont des symptômes allergiques chroniques (comme la congestion nasale et un écoulement clair)

Pas de douleur

Symptômes qui apparaissent souvent à certaines saisons ou suite à une exposition à des substances spécifiques.

Un examen médical du médecin

Des polypes sont généralement observés lors de l’examen

Un examen médical du médecin

Destruction des récepteurs de l’odorat

Écoulement nasal épais et nauséabond constaté très souvent ou en permanence

Infection récente des sinus

Un examen médical du médecin

Généralement, tomodensitométrie (TDM)

Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19)†

La perte de l’odorat est souvent suivie d’autres symptômes d’infection (par exemple, fièvre ou toux)

Analyses virales, si disponibles

Certaines infections virales des voies respiratoires supérieures (comme la grippe)

Perte de l’odorat survenant après une infection

Un examen médical du médecin

Tumeurs (cause rare)

Problèmes éventuels de vision ou seulement perte de l’odorat

TDM

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Médicaments (comme les amphétamines, l’énalapril, les œstrogènes, la naphtazoline, les phénothiazines et la réserpine ou l’utilisation de décongestionnants à long terme).

Généralement, chez les personnes qui déclarent avoir pris de tels médicaments

Un examen médical du médecin

Toxines (comme le cadmium et le manganèse)

Généralement, chez les personnes qui signalent une exposition à ces toxines

Un examen médical du médecin

Destruction des voies olfactives dans le cerveau

Confusion progressive et perte récente de la mémoire

IRM

Tests de mémoire séquentiels

Chez les personnes ayant subi un traumatisme cranio-cérébral

TDM ou IRM

Maladies cérébrales dégénératives (comme la sclérose en plaques)

Épisodes intermittents d’autres symptômes d’un dysfonctionnement du système nerveux, comme la faiblesse, l’insensibilité ou des difficultés à parler, voir ou déglutir.

IRM

Parfois, ponction lombaire

Intervention chirurgicale ou infection du cerveau

Chez les personnes qui ont subi une opération du cerveau ou une infection cérébrale

TDM ou IRM

Parfois, céphalées et/ou symptômes de dysfonctionnement du système nerveux

TDM ou IRM

* Les caractéristiques comprennent les symptômes et les résultats de l’examen clinique. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

† La destruction des récepteurs de l’odorat n’a pas encore été confirmée comme étant le mécanisme de l’anosmie.

Examens

Pour tester l’odorat, les médecins tiennent sous le nez des personnes des substances parfumées courantes (comme du savon, une gousse de vanille, du café ou des clous de girofle), à raison d’une narine à la fois. Les personnes sont alors invitées à reconnaître les odeurs. L’odorat peut également être testé de manière plus formelle en utilisant des kits standard de test de l’odorat. Un kit exige que les personnes grattent et reniflent de nombreux échantillons d’odeurs différentes et essayent de les identifier. Un autre kit contient des échantillons dilués de produits chimiques malodorants. Les médecins observent le niveau de dilution nécessaire pour que les personnes ne puissent plus sentir l’échantillon du produit chimique.

Si un diagnostic de COVID-19 est suspecté, des analyses virales sont réalisées et la personne est prise en charge selon les protocoles locaux en vigueur, y compris les recommandations de mise en quarantaine.

S’il n’y a pas de cause évidente de l’anosmie, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonnance magnétique (IRM) de la tête (y compris les sinus) est effectuée pour rechercher des anomalies structurelles (comme une tumeur, un abcès ou une fracture).

Traitement

Les médecins traitent la cause de l’anosmie. Par exemple, on recommande aux personnes souffrant d’infections ou d’irritations des sinus de faire des inhalations de vapeurs, d’utiliser des vaporisateurs nasaux, des antibiotiques et parfois de subir une intervention chirurgicale. Toutefois, le sens de l’odorat ne revient pas toujours même après un traitement réussi de la sinusite. Les tumeurs font l’objet d’interventions chirurgicales ou sont traitées par radiothérapie, mais ce traitement ne permet généralement pas aux personnes de retrouver leur sens de l’odorat. Les polypes dans le nez sont enlevés, ce qui permet parfois le retour du sens de l’odorat. Il est recommandé aux personnes qui fument de s’arrêter de fumer.

Il n’existe aucun traitement pour l’anosmie. Les personnes qui conservent un certain sens de l’odorat peuvent découvrir que l’ajout d’agents aromatisants concentrés à leur alimentation améliore le plaisir de manger. Les détecteurs de fumée, particulièrement importants dans tous les foyers, le sont encore plus chez les personnes atteintes d’anosmie, car celles-ci peuvent ne pas sentir la fumée. On recommande aux personnes atteintes d’anosmie de faire preuve de prudence avant de consommer des aliments en conserve et d’utiliser du gaz naturel pour la cuisine ou le chauffage, car ils peuvent avoir des difficultés à détecter l’altération des denrées alimentaires ou les fuites de gaz.

Points clés

  • La perte de l’odorat peut faire partie du vieillissement normal.

  • Les causes fréquentes comprennent les infections des voies respiratoires supérieures, les sinusites ou les traumatismes cranio-cérébraux.

  • Un examen d’imagerie comme une TDM ou une IRM est généralement nécessaire à moins que la cause soit évidente pour les médecins.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Examens auditifs
Vidéo
Examens auditifs
Lorsque les ondes sonores atteignent l’oreille, elles sont rassemblées par l’oreille externe...
Modèles 3D
Tout afficher
Oreille : l’organe de l’audition et de l’équilibre
Modèle 3D
Oreille : l’organe de l’audition et de l’équilibre

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE