Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Tumeurs carcinoïdes et syndrome carcinoïde

Par

B. Mark Evers

, MD, Markey Cancer Center, University of Kentucky

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les tumeurs carcinoïdes sont des formations non cancéreuses (bénignes) ou cancéreuses (malignes) qui produisent des taux excessifs de substances apparentées aux hormones (telles que la sérotonine), donnant lieu à un syndrome carcinoïde. Le syndrome carcinoïde est un groupe de symptômes spécifiques qui apparaissent suite à la production de ces hormones.

  • Les personnes qui ont une tumeur carcinoïde peuvent avoir des crampes et des troubles du transit.

  • Le syndrome carcinoïde est généralement associé à des bouffées de chaleur et, parfois, à des diarrhées.

  • Les médecins mesurent la quantité d’un produit de dégradation de la sérotonine dans l’urine des personnes.

  • Des examens d’imagerie sont nécessaires pour localiser la tumeur.

  • Les tumeurs sont parfois enlevées chirurgicalement,

  • Des médicaments peuvent être nécessaires pour contrôler les symptômes.

Les tumeurs carcinoïdes se développent, en général, à partir des cellules endocrines de la muqueuse de l’intestin grêle, ou d’autres parties de l’appareil digestif. Elles peuvent également se former dans le pancréas, les poumons (tumeur carcinoïde bronchique), ou rarement les testicules ou les ovaires.

Les tumeurs carcinoïdes peuvent produire en excès des substances endocrines comme la sérotonine, la bradykinine, l’histamine et les prostaglandines. Les taux très élevés de ces substances peuvent parfois entraîner un ensemble de symptômes, qualifiés de syndrome carcinoïde. Les tumeurs carcinoïdes utilisent le tryptophane, un acide aminé, pour produire l’excès de sérotonine. Comme le tryptophane est généralement utilisé par l’organisme pour produire la niacine (vitamine B3), une carence en niacine peut apparaître dans de rares cas, ce qui peut induire une pellagre.

Quand les tumeurs carcinoïdes apparaissent dans l’appareil digestif ou le pancréas, les substances qu’elles produisent sont envoyées dans les vaisseaux qui confluent au foie par la veine porte. Ainsi, les tumeurs carcinoïdes issues de l’appareil digestif sont-elles, en général, asymptomatiques, en l’absence de métastases hépatiques.

En cas de métastases hépatiques, le foie ne peut plus détruire les produits sécrétés par la tumeur, et ceux-ci passent dans la circulation systémique. Les personnes présenteront différents symptômes du syndrome carcinoïde selon le type de substance sécrétée par la tumeur. Les tumeurs carcinoïdes des poumons, des testicules ou des ovaires sont symptomatiques parce que les substances qu’elles fabriquent passent directement dans la circulation sanguine générale, sans être arrêtées par le filtre hépatique.

Symptômes

Les personnes atteintes de tumeurs carcinoïdes peuvent développer des symptômes dus à la croissance de la tumeur, similaires aux symptômes d’autres tumeurs intestinales. Ces symptômes sont principalement des crampes douloureuses et des changements de la fréquence des selles, en raison de la tumeur qui bloque l’intestin.

Syndrome carcinoïde

Un peu moins de 10 % des personnes porteuses d’une tumeur carcinoïde développent les symptômes typiques du syndrome carcinoïde, mais ce pourcentage varie en fonction de l’emplacement de la tumeur.

Le symptôme le plus fréquent du syndrome carcinoïde, et souvent le plus précoce, est le suivant :

  • Bouffées de chaleur inconfortables, en général au niveau de la tête et du cou

Les bouffées de chaleur, provoquées par un élargissement (dilatation) des vaisseaux sanguins, peuvent être déclenchées par des émotions, la prise d’aliments, de boissons alcoolisées ou chaudes. Les bouffées de chaleur peuvent provoquer des changements de couleur de la peau, allant du rouge au violet ou au pourpre.

La stimulation excessive du péristaltisme peut entraîner des crampes abdominales et une diarrhée. Parfois, l’intestin ne parvient plus à absorber les nutriments correctement, ce qui provoque une malnutrition, accompagnée de selles grasses et malodorantes.

Des lésions cardiaques peuvent se produire, qui peuvent entraîner des symptômes d’insuffisance cardiaque droite comme le gonflement des pieds et des jambes (œdème).

Des sifflements et un essoufflement peuvent résulter d’une obstruction du flux d’air dans les poumons.

Certaines personnes atteintes d’un syndrome carcinoïde présentent une diminution de la libido et les hommes peuvent avoir une dysfonction érectile.

Diagnostic

  • Analyse d’urine pour tester l’acide 5-hydroxyindole-acétique

  • Parfois, examen d’imagerie pour localiser une tumeur

Lorsque la symptomatologie est évocatrice de tumeur carcinoïde, le diagnostic est souvent confirmé par la mesure des taux de 5-acide-hydroxyindole-acétique (5-HIAA), un métabolite de la sérotonine collecté dans les urines durant une période de 24 heures. Pendant les 3 jours qui précèdent l’examen, les personnes ne doivent pas consommer d’aliments riches en sérotonine comme les bananes, les tomates, les prunes, les avocats, les ananas, les aubergines et les noix.

Certains médicaments peuvent aussi fausser les résultats de cet examen : la guaïfénésine (présente dans de nombreux sirops pour la toux), le méthocarbamol (un myorelaxant) et la phénothiazine (un antipsychotique [neuroleptique]). Les personnes qui prennent des médicaments, en particulier l’un de ceux-ci, doivent discuter avec leur médecin avant de recueillir l’urine pour cet examen.

Parfois, lorsque le diagnostic est incertain, les médecins administrent un médicament qui induit des bouffées de chaleur (test de provocation). Actuellement, les médecins font rarement des tests de provocation en administrant des médicaments ; ils préfèrent interroger les personnes pour savoir quels sont les aliments, les substances ou autres facteurs qui semblent induire les bouffées de chaleur.

Localisation de la tumeur

Différents tests sont utilisés pour localiser des tumeurs carcinoïdes. Ces examens incluent une tomodensitométrie (TDM), une imagerie par résonance magnétique (IRM) et des radiographies prises après injection d’un agent de contraste radio-opaque (visible aux rayons X) dans une artère (angiographie). Une intervention chirurgicale exploratrice est parfois nécessaire pour localiser la tumeur.

Les examens utilisant des isotopes radioactifs sont également utiles. Ces examens utilisent une substance contenant un marqueur radioactif qui est injectée dans l’organisme par voie intraveineuse et captée par un organe précis. La plupart des tumeurs carcinoïdes contiennent des récepteurs pour l’hormone somatostatine. Les médecins peuvent donc injecter une forme radioactive de somatostatine dans le sang et utiliser un examen d’imagerie par scintigraphie, afin de localiser une tumeur carcinoïde et de déterminer son extension. Environ 90 % des tumeurs peuvent être localisées par cette technique. L’IRM ou la TDM permettent de confirmer la présence de métastases hépatiques.

D’autres causes de bouffées de chaleur, telles que la ménopause ou l’ingestion d’alcool, doivent être exclues. Ceci peut être réalisé en général en posant des questions à la personne (comme son âge et sa consommation d’alcool), mais parfois des tests sont nécessaires.

Traitement

  • Intervention chirurgicale visant à retirer la tumeur

  • Octréotide pour soulager les bouffées de chaleur

Chirurgie

Si une tumeur carcinoïde est confinée à une région spécifique comme l’appendice, l’intestin grêle, le rectum ou un lobe pulmonaire, l’intervention chirurgicale peut être curative. En cas de métastases hépatiques, l’intervention chirurgicale guérit rarement la maladie, mais peut améliorer les symptômes. Ces tumeurs grossissent lentement, de sorte que même les personnes qui ont une maladie en phase métastatique survivent souvent 10 à 15 ans.

Soulagement des symptômes

Ni la radiothérapie ni la chimiothérapie ne sont efficaces pour traiter les tumeurs carcinoïdes. L’association de certains médicaments chimiothérapiques (streptozocine, fluorouracile et, parfois, doxorubicine) peut cependant améliorer les symptômes.

Un médicament appelé octréotide peut également soulager les symptômes de bouffées de chaleur. D’autres traitements des bouffées de chaleur comprennent les phénothiazines (telles que la prochlorpérazine) et les antihistaminiques comme la famotidine. Dans de rares cas, le tamoxifène, l’interféron alpha et la phentolamine sont utilisés pour contrôler les bouffées de chaleur chez les personnes atteintes d’un syndrome carcinoïde. Parfois, on administre de la prednisone aux personnes souffrant de tumeurs carcinoïdes du poumon avec épisodes sévères de bouffées de chaleur.

La diarrhée peut être contrôlée par le lopéramide, la codéine, la teinture d’opium, le diphénoxylate ou la cyproheptadine.

La pellagre peut être évitée en garantissant une quantité adéquate de protéines dans l’alimentation et en prenant de la niacine. Les médicaments qui bloquent la production de sérotonine, tels que la méthyldopa, peuvent également prévenir la pellagre.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
PEPCID
RAYOS
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Articulation de l’épaule
Vidéo
Articulation de l’épaule
L’épaule se compose d’os, de ligaments, de tendons et de muscles qui relient le bras au torse...
Modèles 3D
Tout afficher
Mode d’action de l’insuline
Modèle 3D
Mode d’action de l’insuline

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE