Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Effets du vieillissement sur le système immunitaire

Par

Peter J. Delves

, PhD, University College London, London, UK

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le système immunitaire a pour mission de protéger l’organisme contre les envahisseurs étrangers ou dangereux. Ces envahisseurs peuvent être :

  • Micro-organismes (généralement appelés germes, tels que des bactéries, des virus ou des champignons)

  • Parasites (tels que des vers)

  • Cellules cancéreuses

  • Organes et tissus greffés

Le système immunitaire évolue au cours de la vie. (Voir aussi Présentation du système immunitaire.)

Nouveau-nés

À la naissance, l’immunité acquise (spécifique) n’est pas complètement développée. Cependant, les nouveau-nés possèdent certains anticorps de la mère qui ont traversé le placenta pendant la grossesse. Ces anticorps les protègent contre les infections jusqu’à ce que leur propre système immunitaire se développe complètement. Les nouveau-nés allaités reçoivent également des anticorps de leur mère par le lait maternel.

Personnes âgées

Au fur et à mesure que l’on vieillit, le système immunitaire perd de son efficacité, des façons suivantes :

  • Il perd en partie sa capacité à faire la distinction entre les substances endogènes et les substances exogènes (c’est-à-dire à identifier les antigènes étrangers). Les maladies auto-immunes deviennent donc plus fréquentes.

  • Les macrophages (qui ingèrent les bactéries et autres cellules étrangères) détruisent plus lentement les bactéries, les cellules cancéreuses et les autres antigènes. Ce ralentissement peut expliquer en partie pourquoi le cancer est plus fréquent chez les personnes âgées.

  • Les lymphocytes T (qui se souviennent des antigènes déjà rencontrés) réagissent moins rapidement aux antigènes.

  • Il y a moins de globules blancs capables de répondre à de nouveaux antigènes. Ainsi, lorsqu’une personne âgée rencontre un nouvel antigène, son organisme est moins à même de s’en souvenir et de s’en défendre.

  • Les personnes âgées possèdent moins de protéines du complément et n’en produisent pas autant que les personnes jeunes, en réponse aux infections bactériennes.

  • Bien que la quantité d’anticorps produite en réponse à un antigène reste à peu près la même globalement, la capacité des anticorps à se lier à l’antigène est réduite. Cette évolution peut en partie expliquer pourquoi la pneumonie, la grippe, l’endocardite infectieuse ou le tétanos sont plus fréquents et entraînent plus souvent le décès chez les personnes âgées. Elles peuvent également expliquer en partie pourquoi les vaccins sont moins efficaces chez les personnes âgées et par conséquent pourquoi il est important que les personnes âgées fassent des vaccins de rappel (lorsqu’ils sont disponibles).

Ces évolutions de la fonction immunitaire peuvent contribuer à une plus grande sensibilité des personnes âgées à certaines infections et certains cancers.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Greffe de cellules souches autologues
Vidéo
Greffe de cellules souches autologues
Les cellules souches sont des cellules uniques qui se trouvent dans la moelle osseuse ou dans...
Présentation de la fonction des lymphocytes B et T
Vidéo
Présentation de la fonction des lymphocytes B et T
Deux principaux types de lymphocytes participent à l’immunité spécifique : les lymphocytes...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE