Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Transplantation hépatique

Par

Martin Hertl

, MD, PhD, Rush University Medical Center

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La transplantation hépatique est le prélèvement chirurgical d’un foie sain ou parfois d’une partie du foie d’une personne vivante, suivi de son implantation chez une personne dont le foie ne fonctionne plus.

La transplantation hépatique est le second type le plus fréquent de transplantation d’organe. Elle constitue la seule solution pour les personnes dont le foie ne fonctionne plus.

Un foie entier ne peut être obtenu que sur une personne décédée, mais un donneur vivant peut donner une partie de son foie. Le foie donné peut être conservé pendant 18 heures maximum.

De nombreuses personnes décèdent en attendant un foie compatible, mais après la transplantation, le pourcentage de receveurs de greffe de foie qui survivent est de

  • À 1 an : 86 à 90 %

  • À 3 ans : 79 %

  • À 5 ans : 73 %

La plupart des receveurs sont des personnes dont le foie a été détruit par une cirrhose (remplacement du tissu hépatique par du tissu cicatriciel), souvent due à une infection par le virus de l’hépatite C. La greffe de foie peut également être rendue nécessaire par une cholangite sclérosante primitive (lésions cicatricielles des canaux biliaires, induisant une cirrhose), des troubles hépatiques auto-immuns ou, chez les enfants, une destruction partielle ou complète des canaux biliaires (atrésie biliaire) ou des troubles métaboliques.

Les personnes dont le foie a été détruit par l’alcoolisme peuvent être greffées si elles cessent de boire. On procède également à une transplantation hépatique chez certaines personnes atteintes d’un cancer du foie n’étant pas trop avancé.

Bien que l’hépatite C et les maladies auto-immunes aient tendance à récidiver sur le foie transplanté, la survie reste bonne.

Donneurs

Pratiquement tous les foies donnés proviennent de personnes qui sont en état de mort cérébrale et dont le cœur bat encore. Le groupe sanguin et la taille du cœur du donneur et du receveur doivent correspondre. Il n’est pas toujours nécessaire que le type tissulaire corresponde exactement.

Certaines transplantations proviennent de donneurs vivants qui fournissent une partie de leur foie. Quelques transplantations proviennent de personnes qui sont en état de mort cérébrale et dont le cœur a arrêté de battre. Néanmoins, le foie de ces donneurs est souvent endommagé car il a cessé d’être irrigué.

Procédure

Le foie lésé est retiré à travers une incision pratiquée dans l’abdomen et le nouveau foie est relié aux vaisseaux sanguins ainsi qu’aux canaux biliaires du receveur. Des transfusions sanguines sont généralement nécessaires.

En général, l’intervention dure 4 heures et demie ou plus et la période d’hospitalisation est de 7 à 12 jours.

Le receveur commence à prendre des médicaments pour inhiber le système immunitaire (immunosuppresseurs) notamment des corticoïdes le jour de la transplantation. Ces médicaments peuvent aider à réduire le risque de rejet du foie transplanté. Par rapport à la transplantation d’autres organes, la transplantation hépatique requiert les doses d’immunosuppresseurs les plus faibles.

Complications

La transplantation peut causer diverses complications.

Rejet

Un foie greffé est rejeté un peu moins vivement que d’autres greffons tels qu’un rein ou un cœur. Néanmoins, la personne doit prendre des immunosuppresseurs après la transplantation.

Si le receveur présente une augmentation de volume du foie, des nausées, des douleurs, une fièvre, un ictère ou un fonctionnement hépatique anormal (détecté grâce à des analyses de sang), le médecin peut effectuer une biopsie à l’aide d’une aiguille. Les résultats de la biopsie l’aident à déterminer si le foie est rejeté et s’il faut adapter le traitement immunosuppresseur.

Un rejet peut être traité par corticoïdes ou, s’ils sont inefficaces, par d’autres immunosuppresseurs (tels que la globuline antilymphocytaire). Un autre foie, s’il est disponible, peut être transplanté en cas d’inefficacité des médicaments.

Hépatite

La plupart des personnes reçoivent une transplantation hépatique car elles ont présenté une cirrhose due à une hépatite virale. Les immunosuppresseurs, qui sont nécessaires pour aider à éviter le rejet du foie greffé, diminuent également les capacités de l’organisme à se défendre contre les infections. Par conséquent, l’hépatite B ou C récidive chez pratiquement tous les receveurs d’une greffe de foie. Cependant, de nouveaux médicaments antiviraux sont efficaces pour traiter l’hépatite qui survient chez les receveurs de greffe de foie.

Autres complications

Certaines complications de la transplantation hépatique peuvent survenir dans les 2 mois suivant l’intervention chirurgicale. Par exemple, le foie peut ne pas fonctionner correctement, des caillots sanguins peuvent obstruer des vaisseaux sanguins allant au foie ou provenant du foie, ou de la bile peut fuir des canaux cholédoques. Les complications qui surviennent peu après la transplantation causent généralement fièvre, hypotension artérielle et résultats anormaux aux tests de la fonction hépatique.

Plus tard, la complication la plus fréquente est le tissu cicatriciel et le rétrécissement des canaux cholédoques. Ce trouble peut causer un ictère, des urines sombres, des selles de couleur claire et des démangeaisons sur tout le corps. Parfois, les canaux rétrécis peuvent être rouverts, mais souvent, une autre transplantation est requise.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du système immunitaire
Vidéo
Présentation du système immunitaire
Allergies
Vidéo
Allergies
Une allergie se produit lorsque l’organisme réagit à des substances qu’il ne peut pas tolérer...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE