Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

État de stress aigu (ESA)

Par

John W. Barnhill

, MD, Weill Cornell Medical College and New York Presbyterian Hospital

Dernière révision totale oct. 2018| Dernière modification du contenu oct. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’état de stress aigu (ESA) est une réaction intense, désagréable, et dysfonctionnelle qui survient peu après un événement traumatisant accablant et qui dure moins d’un mois. Si les symptômes persistent plus d’un mois, les médecins posent un diagnostic de trouble de stress post-traumatique.

Une personne qui présente un état de stress aigu a été confrontée à un événement terrifiant. Elle peut l’avoir vécu directement ou indirectement. Une exposition directe peut, par exemple, signifier que la personne a subi des blessures graves, des actes de violence, ou a été menacée de mort. L’exposition indirecte peut signifier que la personne a été témoin d’événements qui concernent d’autres personnes ou qu’on l’a informée d’événements qui concernent ses proches ou ses amis. Elle revit mentalement l’événement traumatique, évite ce qui le lui rappelle et présente une anxiété accrue.

Les personnes atteintes de ce trouble peuvent avoir des symptômes dissociatifs. Elles peuvent par exemple se sentir émotionnellement insensibles ou déconnectées d’elles-mêmes. Elles peuvent avoir l’impression de ne pas être réelles.

On ne connaît pas le nombre de personnes qui souffrent d’un état de stress aigu. La probabilité de développer un état de stress aigu est d’autant plus élevée que l’événement traumatique est grave ou récurrent.

Diagnostic

  • Examen clinique, sur la base de critères spécifiques

L’état de stress aigu est diagnostiqué lorsque la personne a été

  • Exposée directement ou indirectement à un événement traumatique

En outre, elle doit aussi présenter au moins 9 des symptômes suivants pendant 3 jours à 1 mois :

  • Souvenirs récurrents, incontrôlables, intrusifs et pénibles de l’événement

  • Rêves pénibles récurrents de l’événement

  • Impression que l’événement traumatisant se répète (par exemple, dans des flashbacks)

  • Souffrance psychologique ou physique intense en se remémorant l’événement (par exemple, en entrant dans un lieu similaire, en entendant des sons similaires à ceux entendus lors de l’événement).

  • Incapacité persistante à ressentir des émotions positives (comme le bonheur, la satisfaction ou des sentiments amoureux)

  • Sens altéré de la réalité (par exemple, la sensation d’être dans un état d’hébétude ou avoir l’impression que le temps s’est ralenti)

  • Perte de mémoire concernant une partie importante de l’événement traumatique

  • Efforts pour éviter la mémoire, les pensées ou les sensations pénibles associées à l’événement.

  • Efforts pour éviter les rappels extérieurs (personnes, lieux, conversations, activités, objets et situations) associés à l’événement

  • Troubles du sommeil

  • Irritabilité ou accès de colère

  • Attention exacerbée à la possibilité d’un danger (hypervigilance)

  • Difficulté à se concentrer

  • Réaction exagérée à des bruits forts, des mouvements brusques ou à d’autres stimuli (réaction de sursaut)

De plus, les symptômes doivent provoquer une souffrance importante ou entraver considérablement le fonctionnement des personnes.

Les médecins vérifient également que les symptômes ne sont pas dus à l’utilisation d’un médicament ou d’une drogue, ou à un autre trouble.

Traitement

  • Mesures de soutien

De nombreuses personnes guérissent avec l’éloignement de la situation traumatique et lorsqu’un soutien suffisant leur est apporté en termes de compréhension, d’empathie pour leur souffrance ainsi que lorsqu’elles peuvent décrire ce qui s’est passé et comment elles y ont réagi. Pour certaines personnes, il est bénéfique de décrire leur expérience à plusieurs reprises. Les amis et les proches peuvent souvent fournir ce soutien. Sinon, les médecins ou d’autres professionnels de la santé sont utiles.

Il arrive qu’un médecin administre temporairement des médicaments afin d’atténuer l’anxiété ou d’aider la personne à dormir, mais les autres médicaments (tels que les antidépresseurs) ne sont généralement pas utilisés.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE