Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Trouble obsessionnel compulsif (TOC)

Par

Katharine A. Phillips

, MD, Weill Cornell Medical College;


Dan J. Stein

, MD, PhD, University of Cape Town

Dernière révision totale sept. 2018| Dernière modification du contenu sept. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le trouble obsessionnel compulsif se caractérise par des obsessions, des compulsions, ou les deux. Les obsessions sont des idées, des images ou des impulsions récurrentes, persistantes, non désirées et anxiogènes. Les compulsions (aussi appelées rituels) sont des actions particulières ou des actes mentaux que des personnes se sentent obligées d’effectuer de manière répétée, pour tenter d’atténuer ou de prévenir l’anxiété causée par les obsessions.

  • La plupart des comportements obsessionnels compulsifs sont liés à des craintes suscitées par le danger ou le risque.

  • Les médecins diagnostiquent le trouble lorsque la personne présente des obsessions, des compulsions, ou les deux.

  • Les traitements peuvent comprendre la thérapie d’exposition (avec prévention des rituels compulsifs) et certains antidépresseurs (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ou clomipramine).

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) est un peu plus fréquent chez les femmes que chez les hommes et touche environ 1 à 2 % de la population. En moyenne, le TOC commence vers l’âge de 19 ou 20 ans, mais plus de 25 % des cas commencent avant l’âge de 14 ans ( Trouble obsessionnel compulsif (TOC) et troubles apparentés chez l’enfant et l’adolescent). Jusqu’à 30 % des personnes atteintes de TOC ont souffert ou souffrent de tics.

Le TOC est différent des troubles psychotiques, qui impliquent que la personne affectée perde le sens de la réalité. Le TOC est également différent des troubles de la personnalité obsessionnelle compulsive, bien que les personnes atteintes de ces troubles puissent présenter certaines caractéristiques communes, par exemple être ordonnées ou fiables ou perfectionnistes.

Symptômes

Les personnes atteintes de TOC ont des obsessions (pensées, images ou impulsions qui surviennent à répétition même lorsqu’elles ne sont pas voulues). Ces obsessions s’imposent même lorsque la personne pense ou fait autre chose. En outre, les obsessions sont généralement la cause d’une grande détresse ou d’une grande anxiété. Les obsessions sont d’ordinaire des pensées liées à la souffrance, au risque ou au danger.

Les obsessions courantes comprennent :

  • Des inquiétudes liées à une contamination (par exemple, craindre que les poignées de porte ne transmettent une maladie)

  • Doutes (par exemple, s’inquiéter que la porte d’entrée ne soit pas verrouillée)

  • Inquiétudes liées au fait que les choses ne soient pas parfaitement alignées ou régulières

Comme les obsessions sont désagréables, les personnes affectées essaient souvent de les ignorer et/ou de les contrôler.

Les compulsions (aussi appelées rituels) sont un des moyens que les personnes ont pour répondre à leurs obsessions. Par exemple, elles peuvent se sentir poussées à faire quelque chose (de façon répétitive, délibérée, et intentionnelle) pour essayer d’empêcher ou d’atténuer l’anxiété résultant de leurs obsessions.

Les compulsions fréquentes comprennent :

  • Laver ou nettoyer pour éliminer les contaminations

  • Vérifier pour dissiper le doute (par exemple, vérifier de nombreuses fois pour s’assurer qu’une porte est verrouillée)

  • Compter (par exemple, répéter une action un certain nombre de fois)

  • Mettre en ordre (par exemple, disposer la vaisselle ou les objets d’un espace de travail suivant une logique particulière)

La plupart des rituels, comme le lavage des mains excessif ou la vérification répétée que la porte est bien verrouillée, peuvent être observés. D’autres rituels, tels que le comptage répétitif ou le marmonnement d’énoncés inaudibles destinés à réduire le danger, ne peuvent pas être observés.

Les rituels peuvent être effectués d’une manière précise suivant des règles strictes. Les rituels peuvent être ou non logiquement liés à l’obsession. Lorsque les compulsions sont liées de manière logique à l’obsession (par exemple, prendre une douche pour éviter d’être sale ou vérifier la cuisinière pour éviter un incendie), elles sont clairement excessives. Par exemple, une personne peut se doucher pendant des heures chaque jour ou toujours vérifier la cuisinière 30 fois avant de quitter la maison. Toutes les obsessions et tous les rituels demandent énormément de temps. Les personnes peuvent leur consacrer des heures chaque jour. Ils peuvent engendrer une détresse telle ou gêner le fonctionnement à un tel point que les personnes s’en trouvent handicapées.

La plupart des personnes atteintes de TOC ont à la fois des obsessions et des compulsions.

La plupart des personnes atteintes de TOC sont dans une certaine mesure conscientes que leurs pensées obsessionnelles ne reflètent pas de risques réels et que leurs comportements compulsifs sont excessifs. Un faible nombre de personnes affectées sont toutefois convaincues que leurs obsessions sont fondées et que leurs compulsions sont raisonnables.

Certaines personnes atteintes de TOC sont conscientes que leurs comportements compulsifs sont excessifs. Par conséquent, elles peuvent pratiquer leurs rituels secrètement, même si cela signifie y passer plusieurs heures chaque jour.

En raison des symptômes du TOC, leurs relations personnelles peuvent se dégrader, et elles peuvent être moins efficaces à l’école ou au travail.

De nombreuses personnes atteintes de TOC ont également d’autres troubles mentaux. Environ 75 % des personnes atteintes de TOC ont également reçu un diagnostic de trouble anxieux permanent, environ 50 à 60 % ont reçu un diagnostic de trouble dépressif majeur permanent, et 23 à 32 % ont un trouble de la personnalité obsessionnelle compulsive. Environ 15 à 20 % des personnes atteintes de TOC ont un trouble dépressif majeur au moment où le trouble est diagnostiqué.

Environ la moitié des personnes atteintes de TOC ont des pensées suicidaires à un moment donné, et jusqu’à un quart d’entre elles tentent de se suicider. Le risque d’une tentative de suicide est accru si les personnes ont aussi un trouble dépressif majeur.

Le saviez-vous ?

  • La plupart de personnes atteintes de trouble obsessionnel compulsif savent que leurs obsessions et leurs compulsions sont irrationnelles.

Diagnostic

  • Examen clinique, sur la base de critères spécifiques du diagnostic

Les médecins établissent un diagnostic de trouble obsessionnel compulsif d’après les symptômes : la présence d’obsessions, de compulsions ou des deux. Les obsessions ou les compulsions doivent répondre au moins à l’un des critères suivants :

  • Perte de temps

  • Souffrance importante ou perturbation du fonctionnement de la personne

Traitement

  • Thérapie d’exposition et de prévention du rituel

  • Certains antidépresseurs

La thérapie d’exposition et la thérapie de prévention des rituels (réponse) sont souvent efficaces pour le traitement du trouble obsessionnel compulsif. La thérapie d’exposition consiste à exposer la personne progressivement et de façon répétée au déclencheur (situations ou personne) des obsessions, des rituels, ou de la sensation de gêne tout en l’empêchant d’effectuer le rituel compulsif (thérapie de prévention du rituel). La sensation de gêne ou l’anxiété diminue progressivement au cours des expositions répétées à mesure que la personne réalise qu’elle n’a pas besoin des rituels pour réduire la sensation de gêne. L’amélioration dure généralement pendant des années, peut-être parce que les personnes qui ont maîtrisé cette méthode sont capables de continuer à l’utiliser après la fin du traitement.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (comme la fluoxétine), un type d’antidépresseurs, et la clomipramine, un antidépresseur tricyclique, sont souvent efficaces. De nombreux experts pensent que la combinaison de la thérapie d’exposition et de prévention du rituel avec un traitement pharmacologique constitue le meilleur traitement.

La psychothérapie psychodynamique (qui met l’accent sur l’identification de mécanismes inconscients à travers les pensées, les sensations, et les comportements actuels) et la psychanalyse ne sont généralement pas efficaces chez les personnes atteintes de TOC.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
ANAFRANIL
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE