Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Présentation du système respiratoire

Par

Rebecca Dezube

, MD, MHS, Johns Hopkins University

Dernière révision totale juin 2019| Dernière modification du contenu juin 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

Pour se maintenir en vie, l’organisme doit produire une quantité d’énergie suffisante. Cette énergie est obtenue par la combustion des molécules apportées par l’alimentation, selon un processus d’oxydation (au cours duquel ces molécules se combinent avec l’oxygène). Au cours de ce processus, le carbone et l’hydrogène se combinent avec l’oxygène et forment du dioxyde de carbone et de l’eau. La consommation d’oxygène et la production de dioxyde de carbone sont donc indispensables à la vie. Par conséquent, l’organisme humain a besoin d’un organe conçu pour éliminer le dioxyde de carbone du sang circulant et pour absorber l’oxygène de l’air ambiant à une vitesse suffisamment rapide pour les besoins de l’organisme, même pendant un effort maximum. C’est le système respiratoire qui permet l’entrée d’oxygène dans l’organisme et l’élimination du dioxyde de carbone.

Le système respiratoire commence au niveau du nez et de la bouche et se poursuit par les voies respiratoires et les poumons. L’air pénètre dans le système respiratoire à travers le nez et la bouche, passe par la gorge (pharynx) et par l’organe vocal, ou larynx. Le passage vers le larynx est protégé par l’épiglotte (un petit lambeau de tissu), qui ferme automatiquement l’entrée du larynx lors de la déglutition, évitant que la nourriture et les liquides passent dans les voies respiratoires.

La trachée est la partie la plus large des voies respiratoires. La trachée se divise en deux branches plus petites, la bronche droite et la bronche gauche, qui aboutissent à chacun des poumons (le droit et le gauche).

Chaque poumon est divisé en plusieurs parties (lobes). Il y a trois parties dans le poumon droit et deux dans le gauche. Le poumon gauche est légèrement plus petit que le droit, car il partage la moitié gauche du thorax avec le cœur.

Structure des poumons et des voies respiratoires

Structure des poumons et des voies respiratoires

Structure des poumons et des voies respiratoires

Structure des poumons et des voies respiratoires

Les bronches se ramifient de nombreuses fois en voies respiratoires plus petites, jusqu’à former les voies respiratoires les plus fines (bronchioles), dont le diamètre est égal à un demi-millimètre. Les voies respiratoires ressemblent à un arbre renversé, c’est la raison pour laquelle cette partie du système respiratoire est souvent appelée arbre bronchique. Les voies respiratoires sont maintenues ouvertes grâce à un tissu conjonctif fibreux et semi-souple appelé cartilage. Les voies respiratoires plus petites sont soutenues par le tissu pulmonaire qui les entoure et qui leur est attaché. Les parois des voies respiratoires de petit diamètre ont une couche mince, circulaire de muscle lisse. Le muscle de la voie respiratoire peut se relâcher ou se contracter, ce qui change la taille de la voie respiratoire.

Des milliers de petits sacs d’air (alvéoles) se trouvent à l’extrémité de chaque bronchiole. Ensemble, les millions d’alvéoles pulmonaires couvrent une surface de plus de 100 mètres carrés. L’intérieur des parois alvéolaires est parcouru par un dense réseau de petits vaisseaux sanguins appelés capillaires. La barrière extrêmement fine entre l’air et les capillaires permet à l’oxygène de passer des alvéoles vers le sang, et au dioxyde de carbone de passer du sang capillaire vers les alvéoles.

La plèvre est une membrane glissante qui recouvre les poumons ainsi que l’intérieur de la paroi thoracique. Elle permet aux poumons de bouger en douceur lors de la respiration et des mouvements de la personne. Normalement, les deux couches de la plèvre ne sont séparées que par une petite quantité de liquide lubrifiant. Les deux couches glissent l’une sur l’autre lorsque les poumons changent de forme et de taille.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Testez vos connaissances

Déficit en alpha-1 antitrypsine
Le déficit en alpha-1-antitrypsine est une anomalie héréditaire dans laquelle l’absence ou le faible taux de l’enzyme alpha-1-antitrypsine causent des lésions aux poumons et au foie. Environ 10 à 20 % des personnes atteintes de ce déficit développent des symptômes dès la petite enfance. Parmi les propositions suivantes, laquelle est le plus souvent le premier symptôme qui apparaît chez les nourrissons ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE