Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Congestion nasale et rhinorrhée

Par

Marvin P. Fried

, MD, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine

Examen médical sept. 2021
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Congestion nasale et rhinorrhée (écoulement nasal) sont des problèmes extrêmement courants fréquemment associés mais parfois isolés.

Étiologie de la congestion nasale et de la rhinorrhée

Les causes les plus fréquentes (voir tableau ) sont les suivantes:

Tableau

Les patients qui utilisent des décongestionnants locaux pendant > 3–5 jours présentent souvent une rechute de congestion significative lorsque les effets du médicament disparaissent, effet rebond qui les pousse à continuer à utiliser le décongestionnant les faisant entrer dans un cercle vicieux de congestion persistante et qui s'aggrave. Cette situation (appelée rhinite médicamenteuse) peut persister pendant quelque temps et être interprétée à tort comme une poursuite du problème initial plutôt que comme une conséquence liée au traitement.

Évaluation de la congestion nasale et de la rhinorrhée

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit déterminer la nature de la rhinorrhée (p. ex., aqueuse, muqueuse, purulente, sanglante) et si la rhinorrhée est chronique ou récidivante. En cas de rhinorrhée récidivante, il faut préciser les liens avec un lieu, une saison ou une exposition à un ou des allergènes (nombre). Un écoulement aqueux, unilatéral et clair, en particulier suite à un traumatisme crânien, peut indiquer une fuite du liquide céphalorachidien (LCR). L'écoulement du LCR peut également survenir spontanément chez les femmes obèses quadragénaires, secondairement à une hypertension intracrânienne idiopathique.

La revue des systèmes doit rechercher des signes liés à des causes potentielles, dont une fièvre et une douleur faciale (sinusite); un larmoiement, un prurit (picotement) oculaire (allergies); et une douleur pharyngée, une sensation de malaise, une fièvre et une toux (infection virale des voies respiratoires supérieures).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur des allergies connues et l'existence de diabète ou d'une immunodépression. L'anamnèse médicamenteuse doit rechercher spécifiquement l'utilisation de décongestionnants locaux.

Examen clinique

Les signes vitaux sont recherchés, notamment la fièvre.

L'examen s'attarde sur les cavités nasales et les sinus. La face est examinée à la recherche d'un érythème au niveau des sinus frontaux et maxillaires; ces régions sont également palpées à la recherche d'une sensibilité. On examine la muqueuse nasale pour noter sa couleur (p. ex., rouges ou pâles), une congestion, la couleur et la nature des sécrétions et (en particulier chez l'enfant) la présence de tout corps étranger.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Une rhinorrhée unilatérale, en particulier si elle est purulente ou sanglante

  • La présence d'une douleur faciale et/ou d'une sensibilité

Interprétation des signes

Examens complémentaires

Le test n'est généralement pas indiqué en cas de signes nasosinusiens aigus sauf si on suspecte une sinusite agressive chez un diabétique ou en cas d'immunodépression; ces patients subissent habituellement une TDM. En cas de suspicion de fuite du LCR, un échantillon de l'écoulement doit être testé à la recherche de bêta-2 transferrine, qui est hautement spécifique au LCR.

Traitement de la congestion nasale et de la rhinorrhée

Les pathologies spécifiques sont traitées. Un soulagement symptomatique de la congestion peut être obtenu avec des vasoconstricteurs locaux ou oraux. Les décongestionnants locaux comprennent l'oxymétazoline, 2 pulvérisations chaque narine 1 ou 2 fois/jour pendant 3 jours. Les décongestionnants oraux comprennent la pseudo-éphédrine 60 mg 2 fois/jour. Leur utilisation prolongée doit être évitée.

La rhinorrhée d'origine virale peut être traitée par des antihistaminiques oraux (p. ex., diphénhydramine 25 à 50 mg par voie orale 2 fois/jour), qui sont recommandés du fait de leurs propriétés anticholinergiques sans lien direct avec leurs propriétés anti-H2.

Une congestion allergique et une rhinorrhée peuvent être traitées par des antihistaminiques; dans de tels cas, les antihistaminiques non anticholinergiques (p. ex., fexofénadine 60 mg par voie orale 2 fois/jour) au besoin sont responsables de moins d'effets indésirables. Les corticostéroïdes nasaux (p. ex., mométasone 2 pulvérisations dans chaque narine par jour) améliorent aussi les rhinites allergiques.

Les antihistaminiques et les décongestionnants ne sont pas recommandés chez l'enfant de < 6 ans.

Bases de gériatrie

Les antihistaminiques, en particulier les antihistaminiques de première génération tels que la diphenhydramine, peuvent avoir des effets sédatifs et anticholinergiques et doivent être administrés en diminuant les doses chez les personnes âgées. De même, les sympathomimétiques doivent être utilisés avec la dose minimale cliniquement efficace.

Points clés

  • La plupart des congestions nasales et des rhinorrhées sont d'origine allergique ou sont dues à des infections des voies respiratoires supérieures.

  • Un corps étranger doit être évoqué chez l'enfant.

  • Un rebond lié à l'utilisation abusive de décongestionnants locaux doit être également prise en compte.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE