Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Ototoxicité des médicaments

Par

Lawrence R. Lustig

, MD,

  • Howard W. Smith Professor and Chair, Department of Otolaryngology–Head and Neck Surgery
  • Columbia University Medical Center and New York Presbyterian Hospital

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Une grande variété de médicaments peut être ototoxiques.

Les facteurs affectant l'ototoxicité comprennent

  • Dose

  • La durée de la thérapie

  • Insuffisance rénale concomitante

  • Débit de perfusion

  • Dose au cours de la vie

  • Administration concomitante avec d'autres médicaments ayant un potentiel ototoxique

  • Sensibilité génétique

Les médicaments ototoxiques ne doivent pas être utilisés pour l'application locale otologique lorsque le tympan est perforé, de crainte que les médicaments ne pénètrent dans l'oreille interne.

Les aminosides, dont les suivants, peuvent affecter l'audition:

  • La streptomycine entraîne plus de lésions vestibulaires que cochléaires. Bien que les vertiges et les difficultés de maintien de l'équilibre tendent à être temporaires, une perte sévère de la fonction vestibulaire peut persister, parfois définitivement. La perte de la sensibilité vestibulaire entraîne des difficultés à marcher, en particulier dans l'obscurité et des oscillopsies (une sensation de rebond de l'environnement à chaque pas). Environ 4 à 15% des patients sous traitement à 1 g/jour durant > 1 semaine développent une surdité objective, qui apparaît habituellement après une courte période de latence (7 à 10 jours) et s'aggrave progressivement si le traitement est poursuivi. Une surdité totale et permanente peut survenir ensuite.

  • La néomycine est l'antibiotique le plus toxique pour la cochlée. Lorsque de fortes doses sont administrées par voie orale ou par irrigation colique pour stériliser l'intestin, la dose absorbée peut être suffisante pour affecter l'audition, en particulier s'il existe des lésions muqueuses diffuses du côlon. La néomycine ne doit pas être utilisée pour l'irrigation des plaies ou en irrigation intrapleurale ou intrapéritonéale, car de fortes doses du médicament peuvent être retenues et absorbées, entraînant une surdité.

  • La kanamycine et l'amikacine sont proches de la néomycine pour leur potentiel cochléotoxique et peuvent entraîner une surdité permanente et profonde, mais en épargnant l'équilibre.

  • La gentamicine et la tobramycine ont une toxicité vestibulaire et cochléaire, à l'origine de troubles de l'équilibre et de l'audition.

  • La vancomycine est responsable de surdité, notamment en cas d'insuffisance rénale.

Certaines mutations de l'ADN mitochondrial prédisposent à l'ototoxicité des aminosides.

L'azithromycine, un macrolide, a également été démontré, dans de rares, cas pouvoir provoquer une perte auditive réversible et irréversible.

La viomycine, un peptide basique aux propriétés antituberculeuses, a une toxicité à la fois cochléaire et vestibulaire.

Les médicamentsantinéoplasiques en particulier ceux contenant des sels de platine (cisplatine et carboplatine), peuvent entraîner des acouphènes et une surdité. La surdité peut être profonde et définitive, survenant immédiatement après la 1ère dose ou n'apparaissant que plusieurs mois après la fin du traitement. Cette surdité neurosensorielle est bilatérale, évolue progressivement et devient permanente.

L'acide étacrynique et le furosémide administrés par voie IV peuvent entraîner une surdité profonde et permanente en cas d'insuffisance rénale chez des patients sous traitement par un aminoside.

Les salicylates à haute dose (> 12 comprimés d'aspirine à 325 mg/jour) entraînent une perte de l'audition temporaire et des acouphènes.

La quinine et ses analogues de synthèse peuvent également entraîner une surdité temporaire.

(Voir aussi Perte auditive.)

Prévention

Les antibiotiques ototoxiques doivent être évités pendant la grossesse parce qu'ils peuvent endommager le labyrinthe fœtal. Les personnes âgées et celles présentant déjà un déficit auditif ne doivent pas être traitées par des médicaments ototoxiques lorsque d'autres médicaments efficaces sont disponibles. La plus petite posologie efficace de médicaments ototoxiques doit être utilisée et les concentrations doivent être attentivement surveillées, en particulier celles des aminosides (à la fois les taux maximums et les taux résiduels).

Lorsque cela est possible, l'audition doit être mesurée avant tout traitement par un médicament ototoxique puis doit être contrôlée pendant le traitement; les symptômes ne sont pas des signes d'alarme fiables. Le risque d'ototoxicité augmente en cas d'utilisation de plusieurs médicaments ayant un potentiel ototoxique et l'utilisation de médicaments ototoxiques excrétés par les reins en cas d'atteinte rénale; dans de tels cas, une surveillance plus étroite des taux des médicaments est conseillée. Chez les patients porteurs de mutations de l'ADN mitochondrial qui prédisposent à une toxicité des aminosides, les aminosides doivent être évités.

Points clés

  • Les médicaments peuvent causer une perte auditive, des troubles de l'équilibre, et/ou des acouphènes.

  • Les médicaments courants comprennent les aminosides, les médicaments de chimiothérapie à base de platine, et des doses élevées de salicylates.

  • Les symptômes peuvent être transitoires ou permanents.

  • L'utilisation de la plus faible dose possible d'aminosides et la mesure des concentrations de médicament au cours du traitement peuvent prévenir la perte d'audition due à l'utilisation de médicaments ototoxiques.

  • Les médicaments sont stoppés si possible, mais il n'y a pas de traitement spécifique.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
QUALAQUIN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE