Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Comment réduire une luxation de la cheville

Par

Matthew J. Streitz

, MD, San Antonio Uniformed Services Health Education Consortium

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La plupart des luxations de la cheville sont des fractures-luxations. La réduction utilise la traction-contre-traction pour dégager l'astragale du tibia distal, suivie d'un repositionnement du dôme talaire dans la mortaise articulaire et d'une attelle pour stabiliser la réduction jusqu'au traitement orthopédique. Une sédation et une analgésie procédurales sont habituellement nécessaires.

Indications

  • Luxation ou fracture-luxation de la cheville

La plupart des luxations de la cheville sont postérieures ou postéro-médiales et sont des fractures-luxations associées à des fractures malléolaires, péronières distales et tibiales marginales postérieures.

La réduction d'une luxation fermée de la cheville ou d'une fracture-luxation doit être tentée peu après le diagnostic. Un déficit neurovasculaire associé ou une fracture-luxation avec des éperons sous-cutanées qui menacent la peau justifient une réduction immédiate.

Les luxations ouvertes nécessitent une intervention chirurgicale, mais des techniques de réduction fermée et une attelle doivent être pratiquées comme traitement intermédiaire si le chirurgien orthopédiste n'est pas disponible et en cas de déficit neurovasculaire.

Contre-indications

Il n'y a pas de contre-indications à la tentative de réduction fermée des luxations de la cheville, même celles en attente d'évaluation et de traitement orthopédiques. Cependant, les luxations ouvertes sans atteinte vasculaire, si la chirurgie est imminente, peuvent être au mieux gérées par une irrigation complète en salle d'opération (plutôt qu'une irrigation au service d'urgence) avant la réduction.

Complications

La plupart des complications sont dues à la fracture-luxation elle-même.

Equipement

  • Matériel et personnel nécessaires pour la sédation et l'analgésie procédurale

  • Pour l'analgésie intra-articulaire: anesthésique (p. ex., 5 à 10 mL de lidocaïne à 1%, seringue de 10 mL, aiguille de 2 pouces de calibre 20), solution antiseptique (p. ex., chlorhexidine, povidone iodée), compresses de gaze

  • Oreiller

  • Attelle de jambe courte (jersey tubulaire, ouate de coton, attelle [postérieure, attelle à 3 côtés], bandage élastique)

Considérations supplémentaires

  • Des rx doivent être effectuées avant la réduction des luxations de la cheville, sauf si des déficits neurovasculaires sont présents, mais généralement des rx peuvent être effectuées dans le temps nécessaire pour rassembler les fournitures pour l'anesthésie et la sédation procédurale et pour la réduction.

  • Une analgésie intraveineuse est de préférence administrée avant les rx.

  • Une anesthésie intra-articulaire ou régionale peut être suffisante dans certains cas.

  • Les luxations latérales ne doivent pas être réduites sans la présence d'un orthopédiste, sauf si la vascularisation est compromise ou si le patient doit être transporté chez le chirurgien orthopédiste.

Anatomie importante

  • Les ligaments de la cheville sont forts et les luxations de la cheville sont des blessures à haute énergie qui impliquent généralement des fractures et des ruptures ligamentaires. Les fractures associées comprennent celles des malléoles, du péroné ou des bords tibiaux.

  • Les luxations antérieures peuvent perturber l'artère dorsale pédiculaire.

  • Des fractures malléolaires ou distales du péroné accompagnent généralement des luxations latérales.

Positionnement

  • Placer le patient en décubitus dorsal, avec le pied atteint à l'extrémité de la civière et le genou en légère flexion.

Description étape par étape de la procédure

Examen neurovasculaire

  • Effectuer un examen neurovasculaire pré-procédural du pied et de la cheville, y compris des pouls tibiaux postérieurs et dorsaux, une évaluation du temps de remplissage capillaire (normalement < 2 secondes) et de la sensibilité de la surface plantaire du pied (nerf tibial), de la surface dorsale (nerfs péroniers), surface latérale (nerf sural) et médiale (nerf saphène).

Analgésie

  • Administrer une sédation et une analgésie procédurales.

  • En cas d'anesthésie intra-articulaire, nettoyer d'abord la zone antéromédiale de la cheville avec une solution antiseptique. Ensuite, insérer l'aiguille comme lors d'une arthrocentèse, perpendiculairement à la peau juste en aval du tibia, si possible en avant de la malléole interne et latéralement au tendon tibial antérieur. Appliquer une contre-pression sur le piston de la seringue et avancer l'aiguille vers l'arrière jusqu'à ce que le liquide synovial soit aspiré (si du sang est aspiré de l'articulation, aspirer tout le sang). Puis injecter 5 à 10 mL de solution anesthésique. Attendre que l'analgésie se produise (jusqu'à 15 à 20 minutes) avant de poursuivre.

Réduire la luxation de la cheville

  • Placer un oreiller derrière le genou de la jambe touchée, pour fléchir la hanche et le genou.

  • Demander à un assistant de saisir le mollet des deux mains, prêt à tirer sur le mollet (contre-traction).

  • Demander à un second assistant de saisir la cheville d'une main (pour stabiliser la jambe).

  • Saisir le pied, avec une main au niveau du talon et l'autre main à l'avant-pied.

  • En cas de luxation postérieure, d'abord libérer l'astragale du tibia distal: fléchir en direction plantaire légèrement le pied et éloigner le talon axialement du tibia, le premier assistant fournissant une contre-traction axiale au niveau du mollet.

  • Ensuite, tout en maintenant l'éloignement axial du talon et avec le second assistant appliquant une contre-force au niveau de la cheville antérieure, fléchir dorsalement le pied, pour repositionner le dôme talaire en avant dans la mortaise articulaire.

  • En cas de luxation antérieure, utiliser les étapes correspondantes: d'abord dorsiflexer le pied pour détourner l'astragale du tibia. Appliquer une traction axiale, puis pousser le pied directement vers l'arrière pendant qu'un assistant applique une contre-traction à la partie postérieure de la jambe.

  • En cas de luxation latérale, éloigner le talon axialement du tibia, puis déplacer le pied médialement et le fléchir dorsalement.

  • Une réduction réussie peut être accompagnée d'un "bruit" perceptible.

Soins ultérieurs

Avertissements et erreurs fréquentes

  • Les fractures-luxations de l'articulation de la cheville avec 2 ou plusieurs zones de fracture sont intrinsèquement instables; faire preuve de prudence lors du transport d'un patient qui a une cheville encore luxée car une atteinte neurovasculaire peut se développer en cours de route.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les
Testez vos connaissances
Lésion de la rate
Un traumatisme contondant abdominal constitue la cause la plus probable d’une lésion de la rate. En conséquence, en présence de quel symptôme, parmi les suivants, est-il le plus approprié que les praticiens posent des questions à propos d’éventuels traumatismes récents ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE