Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Traumatisme génital

Par

Noel A. Armenakas

, MD, Weill Cornell Medical School

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La plupart des traumatismes génitaux sont observés chez l'homme et peuvent comporter des lésions testiculaires, scrotales ou péniennes. Les blessures génitales graves surviennent le plus souvent sur le champ de bataille en raison des explosifs au sol couramment utilisés. La mutilation génitale des femmes par ablation du clitoris qui est effectuée dans certaines cultures est une forme de traumatisme génital et de sévice sexuel de l'enfant.

La plupart des lésions testiculaires résultent d'un traumatisme (p. ex., agressions, accidents de véhicules à moteur, blessures sportives); les plaies pénétrantes testiculaires sont moins fréquentes. Les lésions testiculaires sont classées comme des contusions ou, si l'albuginée est rompue, comme des ruptures.

Les lésions du scrotum peuvent être causées par des brûlures, des avulsions et des traumatismes pénétrants.

Les lésions péniennes ont différents mécanismes. Les blessures par fermeture éclair sont plus fréquentes chez l'enfant. Les fractures du pénis sont des ruptures du corps caverneux; elles se produisent le plus souvent lorsque le pénis est plié en force pendant l'activité sexuelle et peut être accompagné de lésions urétrales. Les amputations (habituellement par automutilation ou dues à un accident avec une machine industrielle pouvant happer les vêtements) et les strangulations (habituellement par un anneau pénien enserrant la base de la verge, utilisé pour améliorer les érections) sont d'autres mécanismes possibles. Les lésions pénétrantes, dont les morsures animales et humaines et les blessures par balle, sont moins fréquentes; les blessures par balles peuvent aussi atteindre l'urètre.

Les complications des lésions génitales comprennent les infections, les pertes tissulaires, les troubles de l'érection, l'hypogonadisme masculin et les cicatrices urétrales.

Symptomatologie

Les symptômes après un coup direct au scrotum sont habituellement une douleur scrotale et une augmentation de volume. Les signes peuvent comprendre l'anomalie de coloration du scrotum et une douleur, une masse ferme du scrotum avec échec de transillumination qui suggère une hématocèle. Une plaie pénétrante du scrotum doit faire évoquer une plaie du testicule. Souvent, l'examen est limité par la gêne psychologique du patient. Les fractures péniennes surviennent généralement lors d'un rapport sexuel et se manifestent par un son de craquement, une douleur immédiate, un gonflement et une ecchymose nets au niveau du pénis et habituellement par une déformation visible. La présence d'une hématurie suggère la possibilité d'une lésion urétrale concomitante.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Echographie scrotale (pour une lésion testiculaire)

  • Urétrographie rétrograde (pour les lésions du pénis avec lésions urétrales possibles)

Le diagnostic des lésions externes du scrotum et du pénis peut habituellement être posé par l'examen clinique seul. L'imagerie, comme l'IRM et l'échographie, peut être envisagée dans les cas douteux de traumatisme du pénis. Une rx avec contraste urétral (urétrographie rétrograde) doit être effectuée en cas de fracture du pénis ou de traumatisme pénien pénétrant lorsqu'une lésion urétrale est suspectée (p. ex., en cas d'hématurie ou d'incapacité à uriner). Le diagnostic clinique de contusion et de rupture des testicules peut être difficile à établir car l'importance de la blessure peut être totalement disproportionnée par rapport aux signes cliniques, de telle sorte que les patients présentant des lésions testiculaires pénétrantes doivent généralement passer une échographie scrotale.

Traitement

  • Parfois, réparation chirurgicale

La prise en charge non opératoire est appropriée pour de nombreuses blessures. En cas de plaie testiculaire pénétrante ou de signes cliniques ou échographiques de rupture testiculaire, une exploration chirurgicale avec éventuelle réparation s'impose rapidement. De même, toutes les ruptures et lésions pénétrantes péniennes doivent être explorées chirurgicalement pour réparation éventuelle des lésions. Les amputations péniennes doivent être traitées par réimplantation microchirurgicale si le segment pénien amputé est viable. Les lésions par strangulation peuvent généralement être simplement contrôlées en supprimant l'agent de constriction, ce qui peut nécessiter l'utilisation d'objets coupants en métal. Les morsures animales et humaines impliquant les parties génitales doivent être traitées par une irrigation abondante, un débridement approprié et une antibioprophylaxie; la fermeture primaire de la plaie est contre-indiquée. Les blessures dues aux fermetures éclairs doivent être prises en charge en enlevant le haut de la glissière de la fermeture éclair ( Ablation de la fermeture éclair de la peau du pénis).

Ablation de la fermeture éclair de la peau du pénis

Ablation de la fermeture éclair de la peau du pénis

Pour enlever une fermeture à glissière, un anesthésique local est injecté dans la zone. De l'huile de paraffine est utilisée pour lubrifier la fermeture à glissière, puis une tentative est faite pour libérer la fermeture. En cas d'échec, il faut couper la partie supérieure et médiane de la fermeture Éclair, grâce à une pince coupante, pour désolidariser les parties crénelées latérales. Les 2 côtés de la fermeture éclair se séparent alors facilement.

Points clés

  • Le diagnostic la plupart des lésions externes scrotales et péniennes est clinique.

  • Evaluer les blessures testiculaires fermées par l'échographie.

  • Effectuer une urétrographie rétrograde pour diagnostiquer une lésion urétrale en cas de fracture du pénis ou de blessure pénétrante du pénis, associés à une hématurie ou à une impossibilité à uriner.

  • Réparer chirurgicalement certaines lésions (p. ex., rupture des testicules, fractures du pénis, amputations et lésions pénétrantes).

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE