Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Infections par Escherichia coli

(E. coli)

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University;


Maria T. Vazquez-Pertejo

, MD, FACP, Wellington Regional Medical Center

Examen médical avr. 2022
Voir l’éducation des patients

Les bactéries gram-négatives Escherichia coli sont l'hôte commensal aérobie le plus fréquent du côlon. Certaines souches produisent de la diarrhée et toutes les souches sont infectieuses lorsqu'elles envahissent les sites sains (p. ex., les voies urinaires). Le diagnostic repose sur les techniques de culture standard. La recherche de toxines permet d'identifier les causes d'une diarrhée. L'antibiothérapie est guidée par l'antibiogramme. Les antibiotiques ne sont pas indiqués en cas d'infections entérohémorragiques à E. coli.

Maladies causées par E. coli

  • Infection urinaire (la plus fréquente)

  • Infection entérique (certaines souches)

  • Infection invasive (rare, sauf chez les nouveau-nés)

  • Infection à d'autres sites

Le plus souvent, E. coli peut provoquer une infection urinaire, qui consiste habituellement en une infection ascendante (c'est-à-dire, du périnée via l'urètre). E. coli peut provoquer une prostatite et une maladie pelvienne inflammatoire.

E. coli est normalement présent dans le tractus gastro-intestinal; cependant, certaines souches ont acquis des gènes qui favorisent les infections intestinales. Lorsqu'elles sont ingérées, les souches suivantes peuvent provoquer une diarrhée:

D'autres souches sont susceptibles d'entraîner une infection extra-intestinale si les barrières intestinales anatomiques normales sont rompues (p. ex., par une ischémie, une maladie intestinale inflammatoire, une diverticulite colique, ou un traumatisme), dans ce cas, le germe peut se propager aux structures adjacentes ou envahir le sang. Des infections hépatobiliaires, péritonéales, cutanées et pulmonaires sont également possibles. Une bactériémie à E. coli peut également se manifester sans point de pénétration évident.

Diagnostic des infections par E. coli

  • Culture

Les prélèvements de sang, de selles ou autre matériel sont prélevés et mis en culture. En cas de suspicion de souche entérohémorragique, le laboratoire doit être informé, car des milieux de culture spéciaux sont nécessaires.

Traitement des infections par E. coli

  • Différents antibiotiques sont employés, en fonction du siège de l'infection et de l'antibiogramme

Le traitement des infections à E. coli doit être commencé empiriquement en se basant sur le site et la gravité de l'infection (p. ex., infection légère de la vessie, sepsis urinaire) et ensuite modifié en fonction du résultat de l'antibiogramme. De nombreuses souches résistent à l'ampicilline et aux tétracyclines, aussi d'autres médicaments doivent-ils être utilisés; dont la pipéracilline, les céphalosporines, les carbapénèmes, la fosfomycine, la nitrofurantoïne, les aminosides, le triméthoprime/sulfaméthoxazole (TMP/SMX) et les fluoroquinolones.

La chirurgie peut être nécessaire pour contrôler la source de l'infection (p. ex., évacuer le pus, débrider les lésions nécrosées ou éliminer les corps étrangers).

Résistance médicamenteuse

Outre le fait qu'il est résistant à l'ampicilline et à la tétracycline, E. coli est devenu de plus en plus résistant au TMP/SMX et aux fluoroquinolones. En outre, des souches multirésistantes qui produisent des bêta-lactamases à spectre étendu ont émergé comme une cause importante d'infection urinaire et de sepsis en ville. Les bêta-lactamases à spectre étendu peuvent hydrolyser la plupart des bêta-lactamines, y compris les pénicillines et les céphalosporines et monobactames à large spectre, mais pas les carbapénèmes (imipénème, méropénème, doripénème, ertapénème); les carbapénèmes et de nouvelles bêta-lactamines/inhibitrices de bêta-lactamases doivent être utilisés contre les E. coli producteurs de bêta-lactamases à spectre étendu.

E. coli a également acquis des gènes de résistance qui codent des bêta-lactamases AmpC, des sérine carbapénémases et des métallo-carbapénémases. Les agents semblables à la tétracycline (p. ex., la tigécycline, l'éravacycline) et le céfidérocol (une céphalosporine sidérophore injectable) sont également actifs contre les souches productrices de bêta-lactamases à spectre étendu ainsi que contre les souches productrices de bêta-lactamases AmpC, sérine carbapénémases et métallo-carbapénémases. La fosfomycine a une activité contre les souches multirésistantes et constitue une alternative orale dans les infections urinaires basses.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE