Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Infections par les Proteeae

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP,

  • Affiliate Professor of Clinical Biomedical Sciences
  • Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University
  • Affiliate Associate Professor of Medicine
  • University of Miami-Miller School of Medicine
;


Maria T. Vazquez-Pertejo

, MD, FCAP, Wellington Regional Medical Center

Dernière révision totale févr. 2020| Dernière modification du contenu févr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Les Proteeae appartiennent à la flore fécale normale mais entraînent souvent une infection chez les patients dont la flore a été perturbée par un traitement antibiotique.

Les Proteeae forment au moins 3 genres de microrganismes Gram négatifs:

  • Proteus: P. mirabilis, P. vulgaris, et P. myxofaciens

  • Morganella: M. morganii

  • Providencia: P. rettgeri, P. alcalifaciens, et P. stuartii

Cependant, P. mirabilis est en cause dans la plupart des infections humaines. Ces bactéries appartiennent à la flore fécale normale et sont présentes dans le sol et l'eau. Elles sont souvent isolées à partir de plaies superficielles, d'écoulements d'oreilles et d'expectorations, en particulier chez des patients dont la flore normale a été éliminée par antibiothérapie. Ils peuvent être également à l'origine de bactériémies et d'infections profondes, notamment du conduit auditif interne et des sinus mastoïdiens, dans la cavité péritonéale et les voies urinaires de patients atteints d'infections urinaires chroniques ou porteurs de calculs rénaux ou vésicaux: les microrganisme Proteus produisent de l'uréase, qui hydrolyse l'urée, ce qui alcalinise l'urine, conduisant à la formation de calculs de struvite (phosphate magnésien d'ammonium).

P. mirabilis est souvent sensible à l'ampicilline, la carbénicilline, la ticarcilline, la pipéracilline, aux céphalosporines, fluoroquinolones, aux aminosides mais résistant aux tétracyclines. La multirésistance de P. mirabilis est un problème émergent.

Les espèces indole-positives (P. vulgaris, M. morganii, P. rettgeri) ont tendance à être plus résistantes, mais en général sont sensibles aux fluoroquinolones, carbapénèmes, pipéracilline/tazobactam, céphalosporines de 3e génération et céfixime.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE