Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Toxocarose

(Larva migrans oculaire ou viscérale)

Par

Richard D. Pearson

, MD, University of Virginia School of Medicine

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La toxocarose est une infection humaine due à un nématode, les larves d'ascaris qui infectent habituellement les animaux. Les symptômes sont une fièvre, une anorexie, une hépatosplénomégalie, une éruption, une pneumopathie, un asthme ou des troubles de la vision. Le diagnostic repose sur le dosage immunoenzymatique. Le traitement repose sur l'albendazole ou le mébendazole. On peut y ajouter des corticostéroïdes pour les symptômes sévères ou l'atteinte oculaire.

Physiopathologie

Les œufs de Toxocara canis, T. cati, et d'autres ascaris d'animaux deviennent matures dans le sol et infectent les chiens, les chats et d'autres animaux. Les humains peuvent accidentellement ingérer des œufs dans le sol contaminé par les selles d'animaux infectés ou peuvent ingérer des hôtes infectés insuffisamment cuit (p. ex., lapins). Les œufs libérés éclosent dans l'intestin humain. Les larves pénètrent la paroi intestinale et peuvent migrer dans le foie, les poumons, le système nerveux central, les yeux ou d'autres tissus. Les lésions tissulaires sont causées par le parasite et la réponse immunitaire locale qu'il provoque.

Les larves ne terminent habituellement pas leur développement dans le corps humain mais peuvent rester vivantes pendant de nombreux mois.

Symptomatologie

Larva migrans viscérale

La larva migrans viscérale comprend fièvre, anorexie, hépatosplénomégalie, éruptions cutanées, pneumonies et symptômes asthmatiques, selon les organes touchés. Les larves d'autres helminthes dont Baylisascaris procyonis, Strongyloides spp et Paragonimus spp peuvent causer des symptômes et des signes similaires lorsqu'ils migrent à travers les tissus.

La larva migrans viscérale est surtout observée chez l'enfant de 2 à 5 ans avec une anamnèse de géophagie ou chez les adultes qui ingèrent de l'argile.

Le syndrome est autocontrôlé en 6 à 18 mois lorsque cesse l'ingestion des œufs. On décrit de rares décès dus à l'envahissement du cerveau ou du cœur.

Larva migrans oculaire

La larva migrans oculaire, également appelée toxocarose oculaire, est habituellement unilatérale et n'a pas ou très peu de manifestations systémiques. Les lésions de larva migrans oculaire consistent principalement en des réactions inflammatoires granulomateuses entraînant une uvéite et/ou une choriorétinite. Par conséquent, la vision peut être altérée ou perdue.

La larva migrans oculaire apparaît chez l'enfant plus grand et est moins fréquente chez le jeune adulte. La lésion peut être confondue avec un rétinoblastome ou une autre tumeur intraoculaire.

Diagnostic

  • Dosage immunoenzymatique plus symptômes cliniques

Le diagnostic de toxocarose repose sur les données cliniques, épidémiologiques et sérologiques.

Un test immunoenzymatique pour les antigènes de Toxocara est recommandé pour confirmer le diagnostic. Cependant, les titres d'anticorps sériques peuvent être faibles ou indétectable chez les patients qui ont une larva migrans oculaire. Les iso-agglutinines peuvent être élevées, bien que ce signe ne soit pas spécifique. La TDM ou l'IRM peuvent montrer de multiples lésions ovales de 1,0 à 1,5 cm de diamètre, mal définies et dispersées dans le foie ou des nodules sous-pleuraux mal définis dans le thorax.

Une hypergammaglobulinémie, une hyperleucocytose, et une éosinophilie marquée sont fréquentes dans la larva migrans viscérale.

Les biopsies du foie ou d'autres organes touchés peuvent mettre en évidence des réactions granulomateuses à éosinophiles, mais les larves sont difficiles à déceler dans les coupes de tissus et les biopsies sont peu rentables. Les examens des selles sont inutiles.

La larva migrans oculaire doit être différenciée du rétinoblastome pour éviter une énucléation chirurgicale inutile.

Traitement

  • Albendazole ou mébendazole

  • Traitement symptomatique

Les patients asymptomatiques et pauci-symptomatiques ne nécessitent pas de traitement anthelminthique car l'infection est généralement auto-limitée.

Dans le cas de patients qui présentent des symptômes modérés à sévères, l'albendazole 400 mg par voie orale 2 fois/jour pendant 5 jours ou le mébendazole 100 à 200 mg par voie orale 2 fois/jour pendant 5 jours sont souvent utilisés, mais la durée optimale du traitement n'a pas été déterminée.

Les antihistaminiques peuvent suffire pour les symptômes modérés. Les corticostéroïdes (prednisone 20 à 40 mg par voie orale 1 fois/jour) sont indiqués en cas de symptômes sévères. Les corticostéroïdes, à la fois locaux et oraux, sont également indiqués en cas de larva migrans oculaire aiguë afin de réduire l'inflammation de l'œil.

La photocoagulation au laser a été utilisée pour tuer les larves dans la rétine.

Prévention

L'infection par T. canis chez les chiots est fréquente aux États-Unis; l'infection par T. cati chez les chats est moins fréquemment observée. Les animaux doivent être vermifugés régulièrement. Il faut éviter le contact avec la poussière ou du sable contaminés par des selles animales. Les bacs à sable doivent être couverts.

Points clés

  • Le cycle vital de Toxocara canis implique normalement des chiens; les humains sont infectés seulement accidentellement en ingérant des œufs dans le sol contaminé par les selles d'animaux infectés ou ingérer des hôtes infectés insuffisamment cuits (p. ex., des lapins).

  • Chez l'homme, la toxocarose provoque 2 syndromes principaux: la larva migrans viscérale (qui provoque divers symptômes en fonction de l'organe infecté) et la larva migrans oculaire (qui habituellement ne provoque pas de symptômes bénins mais peut entraîner une altération ou la perte de la vision).

  • Diagnostiquer en se basant sur l'évaluation clinique et immuno-enzymatique pour mettre en évidence les antigènes de Toxocara.

  • La plupart des cas de toxocarose sont spontanément résolus et ne nécessitent pas de traitement, mais au besoin: albendazole ou mébendazole en cas de symptômes modérés à sévères, éventuellement des antihistaminiques en cas de symptômes bénins et des corticostéroïdes en cas de symptômes sévères.

  • Vermifuger les chiens et les chats peut prévenir la toxocarose.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
ALBENZA
RAYOS
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la tuberculose
Vidéo
Revue générale de la tuberculose
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE