Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Consommation de médicaments et de substances chez les adolescents

Par

Sharon Levy

, MD, MPH, Harvard Medical School

Vérifié/Révisé juil. 2022
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie Troubles de toxicomanie Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation... en apprendre davantage . Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant le pronostic vital, selon la substance, les circonstances et la fréquence de l'utilisation. Cependant, même une utilisation occasionnelle peut mettre les adolescents à risque accru de lésions significatives, dont de surdosage, d'accidents de véhicules à moteur, de comportements violents Violence L'adolescence est le moment où se développe l'indépendance. Généralement, les adolescents exercent leur indépendance en remettant en question les règles de leurs parents (ou tuteurs), ce qui... en apprendre davantage , et des conséquences des contacts sexuels (p. ex., grossesse Contraception et grossesse chez les adolescentes Beaucoup d'adolescents ont une activité sexuelle, mais peuvent ne pas être pleinement informés sur la contraception, la grossesse et les infections sexuellement transmissibles, y compris l'hépatite... en apprendre davantage , infections sexuellement transmissibles Revue générale des infections sexuellement transmissibles Une infection sexuellement transmissible correspond à une infection par un agent pathogène transmis par le sang, le sperme, les sécrétions vaginales ou d'autres liquides corporels pendant les... en apprendre davantage ). La toxicomanie perturbe également le développement cérébral de l'adolescent de façon dose-dépendante. La consommation régulière d'alcool, de cannabis (marijuana), de nicotine ou d'autres drogues pendant l'adolescence est associée à des taux plus élevés de troubles de santé mentale, à un fonctionnement plus faible à l'âge adulte et à des taux plus élevés de dépendance.

L'adolescent prend des drogues pour des raisons variées:

  • Pour partager une expérience sociale ou se sentir membre d'un groupe social

  • Pour soulager le stress

  • Pour faire de nouvelles expériences et prendre des risques

  • Pour soulager les symptômes des troubles de santé mentale (p. ex., dépression ou anxiété)

Selon les enquêtes nationales aux USA, la proportion d'élèves du secondaire qui déclarent s'abstenir de toute substance à vie a augmenté de façon constante au cours des 40 dernières années. Cependant, dans le même temps, une vaste gamme de produits plus puissants, addictifs et dangereux (p. ex., opiacés sur ordonnance, cannabis très puissant, fentanyl, cigarette électronique) est devenue disponible. Ces produits exposent les adolescents qui commencent à consommer de la drogue à un risque plus élevé de développer des conséquences aiguës et à long terme.

La pandémie de COVID-19 a eu un impact mitigé sur la consommation de substances chez les adolescents. Pendant les séjours à domicile, les taux d'initiation ont diminué, mais les taux d'utilisation intensive ont augmenté parce que certains adolescents ont augmenté leur consommation de substances comme mécanisme de lutte contre le stress. Toute utilisation de substances, en particulier par inhalation, augmente le risque d'infection ainsi que le risque de maladie grave. Ainsi, les interventions qui réduisent la consommation de substances sont une partie importante d'une stratégie d'atténuation du COVID-19.

Substances spécifiques

Les substances les plus utilisées par les adolescents sont l'alcool, la nicotine (sous forme de tabac ou de produits de vapotage) et le cannabis.

Alcool

La consommation d'alcool est fréquente et il s'agit de la substance la plus souvent utilisée par les adolescents. Le Monitoring the Future Survey on Drug Use a rapporté qu'en 2021, à 17-18 ans, 54% des adolescents avaient essayé l'alcool et près de 26% étaient considérés comme des buveurs actuels (ayant consommé de l'alcool au cours du mois dernier) (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ). La consommation excessive d'alcool est également fréquente, et les adolescents peuvent avoir des intoxications alcooliques sévères Intoxication et sevrage alcoolique L'alcool (éthanol) est un dépresseur du système nerveux central. De grandes quantités consommées rapidement peuvent provoquer une dépression respiratoire, un coma et la mort. De grandes quantités... en apprendre davantage . Près de 90% de tout l'alcool consommé par les adolescents est consommé pendant une crise de boulimie, les mettant à risque d'accidents, de blessures, d'activité sexuelle non désirée et d'autres accidents. Un accès boulimique est définie comme un mode de consommation d'alcool qui augmente le taux d'alcoolémie à 80 mg/dL (17,37 mmol/L). Le nombre de boissons qui constituent une prise aiguë d'alcool (beuverie) dépend de l'âge et du sexe et peut être aussi faible que 3 boissons dans les 2 heures pour les jeunes adolescentes.

La société et les médias présentent la consommation d'alcool comme acceptable, à la mode, ou même comme un mécanisme sain pour gérer le stress, la tristesse ou les problèmes de santé mentale. En dépit de ces influences, les parents peuvent faire la différence en transmettant des attentes claires à leurs adolescents en ce qui concerne l'alcool, en fixant des limites de manière cohérente et contrôlées. D'autre part, les adolescents dont les membres de la famille boivent de façon excessive peuvent penser que ce comportement est acceptable. Certains adolescents qui tentent l'alcool vont développer un trouble de consommation d'alcool Trouble d'abus de consommation d'alcool et rééducation Le trouble de consommation d'alcool comprend un mode de consommation d'alcool qui comprend généralement une avidité et des manifestations de tolérance et/ou de sevrage ainsi que des conséquences... en apprendre davantage . Les facteurs de risque connus de développement d'un trouble comprennent l'alcoolisme précoce et la génétique. Les adolescents dont un membre de la famille souffre d'un trouble de consommation d'alcool doivent être conscients que leur risque est accru.

Tabac

La majorité des adultes qui fument des cigarettes commencent à fumer pendant l'adolescence. Si les adolescents n'essaient pas la cigarette avant l'âge de 19 ans, il est très peu probable qu'ils deviennent fumeurs à l'âge adulte. Les enfants peuvent commencer à fumer dès l'âge de 10 ans (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ).

Les taux de consommation de tabac combustible chez les adolescents ont chuté de façon spectaculaire dans les années 1990 et 2000, et continuent à diminuer. Le Monitoring the Future Survey a rapporté qu'en 2021, environ 4,1% des élèves de 17-18 ans ont déclaré une consommation actuelle de cigarettes (fumer au cours des 30 derniers jours), en baisse par rapport au 28,3% en 1991 et au 5,7% de 2019; seulement 2% environ déclarent fumer tous les jours.

Les facteurs de risque les plus importants de tabagisme chez les adolescents sont des parents qui fument (le facteur isolément le plus prédictif) ou d'avoir des pairs et des modèles (p. ex., des célébrités) qui fument. D'autres facteurs de risque sont les suivants

  • Mauvais résultats scolaires

  • Comportement à risque (p. ex., régime excessif, en particulier chez les filles; bagarres et conduite en état d'ébriété, en particulier chez les garçons; consommation d'alcool ou d'autres substances)

  • Difficulté à résoudre les problèmes

  • Disponibilité des cigarettes

  • Faible estime de soi

Les adolescents peuvent également utiliser des produits à base de tabac sous d'autres formes. Environ 2% des lycéens consomment actuellement du tabac sans fumée (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ); ce taux a diminué au cours des 10 dernières années. Le tabac sans fumée peut être mâché (tabac à chiquer), placé entre la lèvre inférieure et la gencive, ou inhalé par le nez (tabac à priser). Fumer la pipe est relativement rare aux États-Unis. Le pourcentage de sujets de > 12 ans qui fument des cigares a diminué.

Les parents peuvent éviter que leurs adolescents fument ou consomment des produits du tabac sans fumée en se présentant comme des modèles positifs (ne pas fumer ou chiquer), discuter ouvertement des dangers du tabac, et encourager les adolescents qui fument déjà, ou chiquent à cesser de fumer, et aussi les aider dans la recherche d'une aide médicale, si nécessaire (Sevrage tabagique Sevrage tabagique La plupart des fumeurs veulent arrêter de fumer et ont essayé de le faire avec un succès limité. Les interventions efficaces comprennent des conseils pour arrêter de fumer et un traitement pharmacologique... en apprendre davantage ).

Produits pour cigarette électronique (produits de vapotage)

Les cigarettes électroniques (e-cigarettes, e-cigarettes, vapes) utilisent la chaleur pour volatiliser un liquide contenant l'ingrédient actif, généralement de la nicotine ou du tétrahydrocannabinol (THC). Les cigarettes électroniques sont initialement entrées sur le marché comme alternatives au tabagisme chez les fumeurs adultes, et les modèles initiaux ont été peu utilisés par les adolescents. Elles se sont depuis transformés en "vapotage", qui sont très attrayantes et sont devenues de plus en plus populaires chez les adolescents au cours des dernières années, en particulier chez les adolescents de statut socio-économique moyen et supérieur. La consommation actuelle de cigarettes électroniques (vapotage à la nicotine, sans compter les autres substances) parmi les élèves de 17-18 ans a nettement augmenté, passant de 11% en 2017 à 25,5% en 2019. Selon le Monitoring the Future Survey, en 2021, la consommation de cigarettes électroniques a diminué à 19,6% et environ 40,5% chez les élèves de 17-18 ans, ont essayé les cigarettes électroniques (avec nicotine et autres substances), ce qui représente une diminution par rapport au 45,6% de 2019 (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ).

Les cigarettes électroniques ont des effets indésirables différents de ceux du fait de fumer Effets chroniques du tabagisme Le tabagisme est un problème majeur de santé publique et individuelle. La dépendance se développe rapidement. Les conséquences majeures comprennent les décès prématurés et la morbidité causée... en apprendre davantage . D'autres produits chimiques contenus dans les produits de vapotage peuvent provoquer des lésions pulmonaires, qui peuvent être aiguës, fulminantes ou chroniques et, dans leur forme la plus grave, mortelles. En outre, ces produits peuvent délivrer des concentrations très élevées de nicotine et de THC. Le THC et la nicotine induisent une forte dépendance et une intoxication est possible. Les cigarettes électroniques sont de plus en plus la première forme d'exposition des adolescents à la nicotine, mais leur effet sur l'incidence du tabagisme chez l'adulte n'est pas clair. D'autres risques potentiels à long terme des cigarettes électroniques sont également inconnus (2 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ).

Cannabis (marijuana)

Le Monitoring the Future Survey a rapporté qu'en 2021 la prévalence d'utilisation du cannabis Marijuana (Cannabis) La marijuana est un euphorisant qui peut provoquer une sédation ou la dysphorie chez certains utilisateurs. Une dépendance psychologique peut se développer en cas de prise chronique, mais il... en apprendre davantage chez les sujets du secondaire était de 19,5%, contre 22,3% en 2019. Environ 38,6% des élèves du secondaire ont déclaré avoir consommé du cannabis une ou plusieurs fois au cours de leur vie (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ). En 2010, le taux d'utilisation actuel du cannabis a dépassé pour la première fois le taux actuel de tabagisme.

Autres substances

La consommation de substances autres que l'alcool, la nicotine et le cannabis pendant l'adolescence est relativement rare.

Dans l'enquête du Monitoring the Future Survey de 2021, les pourcentages suivants d'élèves de 17-18 ans, ont déclaré avoir utilisé des substances illicites une ou plusieurs fois dans leur vie (1 Références pour des substances spécifiques La consommation de substances sporadique chez l'adolescent va de l'utilisation sporadique à de graves troubles de toxicomanie. Les conséquences aigues et à long terme vont de mineures à menaçant... en apprendre davantage ):

Références pour des substances spécifiques

Dépistage des troubles de toxicomanie chez les adolescents

  • Bilan clinique, comprenant les examens de routine

  • Questions de dépistage et dépistage des drogues

Certains comportements doivent inciter les parents, les enseignants ou d'autres personnes concernées par un adolescent de se préoccuper d'un éventuel trouble de toxicomanie. D'autres comportements sont non spécifiques, par exemple

  • Comportement erratique

  • Dépression ou humeur variable

  • Changements d'amis

  • Résultats scolaires déclinants

  • Perte d'intérêt pour les loisirs

Les adolescents qui présentent l'un de ces comportements doivent subir une évaluation médicale complète de santé mentale et de toxicomanie. Les troubles de toxicomanie doivent être considérés comme des causes possibles de ces comportements, même si le dépistage est négatif. Les troubles de toxicomanie sont diagnostiqués sur des critères cliniques Diagnostic Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation... en apprendre davantage .

Dépister les adolescents pour l'usage de substances

Le dépistage du tabagisme, de l'alcoolisme et d'autres produits est un élément standard du maintien de la santé. Les adolescents et leurs parents peuvent tirer profit de conseils sur l'utilisation et la surveillance en toute sécurité des médicaments en vente libre et sur ordonnance. Le dépistage universel de la toxicomanie peut normaliser les discussions sur la toxicomanie, renforcer les comportements et les choix sains, identifier les adolescents à risque de consommation problématique de substances ou de toxicomanie, guider les interventions et identifier les adolescents nécessitant une consultation pour traitement.

Il existe de nombreux outils de dépistage validés. Le National Institute on Drug Abuse (NIDA) a deux de ces outils de dépistage électroniques disponibles pour une utilisation chez les patients âgés de 12 à 17 ans, le Brief Screener for Tobacco, Alcohol, and other Drugs (BSTAD) tool et le Screening to Brief Intervention (S2BI). Chaque outil de dépistage peut être auto-administré par le patient ou administré par un professionnel de santé. L'auto-administration est recommandée car elle est préférée par les adolescents. Les outils commencent par des questions sur la fréquence de consommation de tabac, d'alcool et de cannabis au cours de l'année écoulée. Une réponse positive doit susciter des questions sur d'autres types de toxicomanie. Les outils classent les adolescents dans l'une des trois catégories de risque de trouble de toxicomanie: aucune utilisation déclarée, risque faible et risque élevé. Basé sur les résultats, les outils offrent un plan d'action basé sur des conseils dérivés d'un consensus d'experts. Bien que les temps puissent varier en fonction de la méthode d'administration et du nombre de questions de suivi, ces outils peuvent généralement être mis en œuvre en moins de 2 minutes.

Le questionnaire CRAFFT (l'acronyme de Car, Relax, Alone, Forget, Friends, Trouble) est un outil de dépistage ancien et validé sur la consommation d'alcool et de médicaments/drogues. Le questionnaire CRAFFT original ne permettant pas de dépister le tabagisme, il ne fournit pas d'information sur la fréquence d'utilisation ou ne fait pas la distinction entre la consommation de drogues et d'alcool, il n'est plus largement utilisé et d'autres outils de dépistage ont été développés dont le questionnaire CRAFFT 2.1+N mis à jour, qui a une question sur la consommation de tabac et de nicotine.

Dépistage de l'alcool

Pour de plus spécifiques et complets outils de dépistage de l'alcoolisme, le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) a développé un guide qui suggère de commencer par deux questions de dépistage. Les questions et l'interprétation des réponses varient selon l'âge (voir tableau Questions de dépistage de l'alcoolisme du NIAAA pour les enfants et les adolescents Questions de dépistage de l'alcoolisme du NIAAA pour les enfants et les adolescents Questions de dépistage de l'alcoolisme du NIAAA pour les enfants et les adolescents ).

Tableau

Dans le cas de patients à risque modéré et élevé, s'informer des

  • Modes de boisson: consommation habituelle et maximale

  • Problèmes liés ou pris en raison de la consommation d'alcool: absence à l'école, bagarres, blessures, accidents de voiture

  • Utilisation d'autres substances: tout ce qui est pris pour être excité (high)

Le guide du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) fournit également des stratégies utiles pour résoudre les problèmes une fois découverts.

Dépistage de la prise de drogues

Le dépistage de drogues Dépistage de la prise de drogues Le dépistage de la prise de drogues est principalement pratiqué pour rechercher d'une façon systématique ou aléatoire des preuves d'utilisation d'une ou plusieurs substances présentant un risque... en apprendre davantage peut être utile pour identifier la toxicomanie mais a des limites importantes. Lorsque les parents exigent un test de drogue, ils peuvent créer une atmosphère de confrontation qui rend difficile l'obtention d'un historique précis de l'usage de substances et de former une alliance thérapeutique avec l'adolescent. Les tests de dépistage (y compris les tests à domicile) sont typiquement des dosages urinaires immunoenzymatiques qualitatifs qui ont un certain nombre de résultats faux positifs et faux négatifs. De plus, le test ne peut déterminer la fréquence et l'intensité d'utilisation de substances et ainsi ne peut pas distinguer les utilisateurs occasionnels de ceux qui présentent des problèmes plus graves. Le médecin doit utiliser d'autres mesures (p. ex., une anamnèse complète, des questionnaires) pour identifier à quel point l'utilisation de substances a affecté la vie de chaque adolescent.

Compte tenu de ces préoccupations et des limites, il est souvent utile de consulter un expert en toxicomanie afin de déterminer si le dépistage des drogues est justifié dans une situation donnée. Cependant, la décision de ne pas faire passer un test de dépistage des drogues ne doit pas mettre prématurément fin à l'évaluation d'un éventuel trouble lié à l'utilisation de substances ou d'un trouble de santé mentale. Les adolescents présentant des signes non spécifiques d'un trouble de toxicomanie ou d'un trouble de santé mentale doivent être adressés à un spécialiste pour une évaluation complète.

Consommation de médicaments et de substances chez les adolescents

  • Traitement comportemental adapté aux adolescents

Généralement, les adolescents qui ont un problème de toxicomanie modéré ou sévère sont adressés pour une évaluation plus approfondie et un traitement souvent par un spécialiste de la santé comportementale, ou, dans certains cas, pour adresser à un programme de traitement de trouble de toxicomanie spécialisé. En général, les mêmes thérapies comportementales utilisées chez l'adulte qui a des problèmes de toxicomanie Traitement Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation... en apprendre davantage peuvent également être utilisés chez les adolescents. Cependant, ces traitements doivent être adaptés. Les adolescents ne doivent pas être traités par les mêmes programmes que les adultes; ils doivent recevoir les services de programmes pour adolescents et de thérapeutes ayant une expertise dans le traitement des adolescents atteints de troubles de toxicomanie.

Des médicaments utilisés pour traiter les symptômes de sevrage résultant de l'arrêt de l'utilisation de la nicotine, du THC et d'autres substances sont disponibles pour les adolescents et peuvent être prescrits par un médecin généraliste.

Plus d'information

Ce qui suit sont des ressources en anglais qui peuvent être utiles. S'il vous plaît, notez que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE