Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Syndromes périodiques héréditaires associés à la cryopyrine (cryopyrinopathies)

Par

Apostolos Kontzias

, MD, Stony Brook University School of Medicine

Examen médical janv. 2022
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les cryopyrinopathies héréditaires liées aux syndromes périodiques sont un groupe d'affections auto-inflammatoires autosomales dominantes déclenchées par des températures ambiantes froides; elles comprennent le syndrome familial auto-inflammatoire au froid, le syndrome de Muckle-Wells et la maladie multisystémique auto-inflammatoire néonatale. Le diagnostic est clinique. Le traitement repose sur les inhibiteurs de l'interleukine-1 bêta.

Les syndromes héréditaires périodiques associés à la cryopyrine représentent un éventail de maladies graves et évolutives.

Ils sont dus à

  • Des mutations du gène codant une protéine, la cryopyrine, un médiateur de l'inflammation et du métabolisme de l'interleukine-1 beta (IL-1 beta)

L'activité cryopyrine est augmentée, déclenchant une libération accrue d'IL-1beta à partir des inflammasomes NLRP3; il en résulte de l'inflammation et une fièvre. L'absence de mutation génétique confirmée ne permet pas d'exclure le diagnostic de syndromes héréditaires périodiques associés à la cryopyrine (CAPS) car 40% des patients qui ont une maladie auto-inflammatoire multisystémique néonatale, 25% de ceux qui ont un syndrome de Muckle-Wells et 10% des patients qui ont un syndrome auto-inflammatoire familial n'ont pas de mutations identifiables par les tests génétiques standards. Nombre de ces patients présentent un mosaïcisme somatique, à l'origine de leur phénotype.

Typiquement, le syndrome familial auto-inflammatoire au froid provoque une éruption urticarienne induite par le froid accompagnée de fièvre et parfois des arthralgies. La pathologie apparaît souvent au cours de la première année de vie.

Le syndrome de Muckle-Wells consiste en des fièvres intermittentes, avec des éruptions urticariennes, des douleurs articulaires et une surdité progressive; 25% des patients développent une amylose Amylose L'amylose regroupe différentes pathologies qui ont pour point commun le dépôt extracellulaire de fibrilles insolubles composées de protéines mal agrégées. Le dépôt des protéines peut être soit... en apprendre davantage Amylose rénale.

La maladie multisystémique auto-inflammatoire néonatale (Neonatal-Onset Multisystem autoInflammatory Disease, NOMID) a tendance à provoquer des déformations articulaires, au niveau des membres et du visage, une méningite aseptique chronique, une uvéite, un œdème papillaire, une atrophie cérébrale, un retard de développement et une amylose, en plus d'une fièvre et d'une éruption urticarienne migratoire. Jusqu'à 20% des patients décèdent avant l'âge de 20 ans s'ils ne sont pas traités.

Troubles avec fièvre périodique auto-inflammatoire

Troubles avec fièvre périodique auto-inflammatoire

CAPS = cryopyrin-associated periodic syndromes; FMF = familial Mediterranean fever; NOMID = neonatal-onset multisystem inflammatory disease; PFAPA = periodic fevers with aphthous stomatitis, pharyngitis, and adenitis; TRAPS = tumor necrosis factor receptor–associated periodic syndrome.

Adapté d'après Sag E, Bilginer Y, Ozen S: Autoinflammatory diseases with periodic fevers. Curr Rheumatol Rep 19(7):41, 2017. doi: 10.1007/s11926-017-0670-8

Diagnostic

  • Critères cliniques

Les critères diagnostiques proposés pour le syndromes héréditaires périodiques associés à la cryopyrine comprennent l'augmentation des marqueurs de l'inflammation et au moins 2 des éléments suivants:

  • Eruption urticarienne

  • Épisodes déclenchés par le froid et/ou le stress

  • Surdité neurosensorielle

  • Symptômes musculosquelettiques, dont arthralgies, arthrites et myalgies

  • Méningite aseptique chronique

  • Anomalies squelettiques, dont prolifération épiphysaire et bosses frontales

Bien que le début précoce de la maladie rende le diagnostic syndromes héréditaires périodiques associés à la cryopyrine plus probable, le syndromes héréditaires périodiques associés à la cryopyrine doit également être envisagé chez les personnes qui ont un début tardif en raison de la rareté de la maladie (telle qu'elle n'est souvent pas évoquée), des phénotypes légers (qui peuvent échapper à la reconnaissance au début vie), et des mutations somatiques (pas d'antécédents familiaux) (2 Références pour le diagnostic Les cryopyrinopathies héréditaires liées aux syndromes périodiques sont un groupe d'affections auto-inflammatoires autosomales dominantes déclenchées par des températures ambiantes froides;... en apprendre davantage ).

Références pour le diagnostic

Traitement

Références pour le traitement

  • 1. Lachmann HJ, Kone-Paut I, Kuemmerle-Deschner JB, et al: Use of canakinumab in the cryopyrin-associated periodic syndrome. N Engl J Med 360(23):2416–2425, 2009. doi: 10.1056/NEJMoa0810787

  • 2. Sibley CH, Plass N, Snow J, et al: Sustained response and prevention of damage progression in patients with neonatal-onset multisystem inflammatory disease treated with anakinra: A cohort study to determine three- and five-year outcomes. Arthritis Rheum 64(7):2375–2386, 2012. doi: 10.1002/art.34409

  • 3. Hoffman HM, Throne ML, Amar NJ, et al: Long-term efficacy and safety profile of rilonacept in the treatment of cryopyrin-associated periodic syndromes: Results of a 72-week open-label extension study. Clin Ther 34(10):2091–2103, 2012. doi: 10.1016/j.clinthera.2012.09.009

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE