Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Diétothérapie

Par

Denise Millstine

, MD, Mayo Clinic

Dernière révision totale sept. 2018| Dernière modification du contenu sept. 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le régime, une pratique à base biologique, correspond à des régimes alimentaires spécialisés (p. ex., la thérapie Gerson, les régimes macrobiotiques, le régime Pritikin) pour

  • Traiter ou prévenir un trouble spécifique (p. ex., cancer, troubles cardiovasculaires)

  • De façon générale, favoriser le bien-être

  • Détoxifier le corps (c'est-à-dire, neutraliser ou éliminer les toxines du corps)

Certains régimes (p. ex., régime méditerranéen) sont largement acceptés et encouragés dans la médecine conventionnelle et intégrative.

Les effets de la diététique peuvent se manifester lentement et sont par conséquent difficiles à étudier.

Régime Ornish

Ce régime végétarien très pauvre en graisses, a pour but de diminuer les obstructions artérielles qui provoquent des coronaropathies et de prévenir ou de ralentir la progression des cancers de la prostate ainsi que celle d'autres cancers. En tant que composante d'un programme de mode de vie intensif pour les participants atteints de maladie coronarienne symptomatique, le régime alimentaire Ornish est efficace et économique (1).

Régime Gerson

Le régime Gerson consiste à consommer l'équivalent de 6,8 à 9,1 kg de fruits et légumes (dans les aliments et jus solide) chaque jour, avec des suppléments et avec des lavements au café. Les partisans affirment que ce protocole est efficace dans le traitement du cancer, des maladies cardiaques, de l'arthrite, des troubles auto-immuns et du diabète; cependant, aucun essai clinique rigoureux ne soutient ces affirmations (2). En outre, les revendications de désintoxication ne sont pas basées sur l'identification et la mesure d'une toxine spécifique.

Un risque de cette thérapie est que ses revendications d'efficacité non fondées (p. ex., contre le cancer) puissent retarder le traitement par des thérapies conventionnelles efficaces et dégrader les résultats. De plus, la participation au régime et à la thérapie est assez coûteuse.

Régime macrobiotique

Ce régime se compose principalement de légumes, de céréales complètes, de fruits et de céréales. Certains partisans affirment que ce régime peut prévenir et traiter le cancer ainsi que d'autres maladies chroniques; cependant, aucune preuve n'appuie l'efficacité d'un régime macrobiotique dans le traitement du cancer.

Les risques de ce régime, en dehors d'un manque d'efficacité dans la prévention ou le traitement de la maladie, sont très faibles (3).

Régime paléo

Ce régime se compose des types d'aliments qui auraient été consommés au cours de l'ère paléolithique, où la nourriture était chassée ou cueillie (c'est-à-dire, des animaux et des plantes sauvages). Ainsi, le régime alimentaire comprend

  • L'augmentation des apports des purines

  • La diminution de l'apport en glucides (avec un apport composé principalement de fruits et légumes frais ne contenant pas d'amidon)

  • Un apport en matières grasses modéré à élevé (avec apport principalement de graisses monoinsaturées et polyinsaturées)

Les aliments supposées ne pas être disponibles pendant l'ère Paléolithique (p. ex., produits laitiers, céréales, légumineuses, huiles traitées, sucres raffinés, sel, café) sont évités. Les partisans affirment que le métabolisme humain ne s'est pas adapté pour traiter un grand nombre de ces aliments.

On pense que le régime paléo traite ou réduit le risque de maladie coronarienne, de syndrome métabolique, de diabète de type 2, et de nombreuses maladies dégénératives chroniques (4, 5). Le régime paléo favorise également la perte de poids, améliore les performances sportives, le sommeil et les fonctions mentales. Cependant, les preuves en faveur de l'efficacité de ce régime sont limitées.

Les risques comprennent une alimentation inadéquate (due à la diminution des apports en céréales complètes et en produits laitiers).

Les connaissances en matière d'alimentation à l'ère Paléolithique sont limitées; cependant, certaines données suggèrent que le régime alimentaire de l'ère Paléolithique n'était pas aussi limité que celui du régime Paleo moderne.

Références

  • 1. Zeng W, Stason WB, Fournier S, et al: Benefits and costs of intensive lifestyle modification programs for symptomatic coronary disease in Medicare beneficiaries. Am Heart J 165(5):785-92, 2013. doi: 10.1016/j.ahj.2013.01.018.

  • 2. Cassileth B: Gerson regimen. Oncology (Williston Park) 24(2):201, 2010.

  • 3. Harmon BE, Carter M, Hurley TG, et al: Nutrient composition and anti-inflammatory potential of a prescribed macrobiotic diet. Nutr Cancer. 67(6):933-40, 2015. doi: 10.1080/01635581.2015.1055369.

  • 4. Manheimer EW, van Zuuren EJ, Fedorowicz Z, et al: Paleolithic nutrition for metabolic syndrome: systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 102(4):922-32, 2015. doi: 10.3945/ajcn.115.113613. 

  • 5. Whalen KA, Judd S, McCullough ML, et al: Paleolithic and Mediterranean Diet Pattern Scores Are Inversely Associated with All-Cause and Cause-Specific Mortality in Adults. J Nutr 147(4):612-620, 2017. doi: 10.3945/jn.116.241919. 

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment effectuer une échographie: choix d'une sonde
Vidéo
Comment effectuer une échographie: choix d'une sonde
Comment effectuer une échographie: console et commandes
Vidéo
Comment effectuer une échographie: console et commandes

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE