Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Dermite séborrhéique

Par

Thomas M. Ruenger

, MD, PhD, Georg-August University of Göttingen, Germany

Dernière révision totale févr. 2021| Dernière modification du contenu févr. 2021
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La dermatite séborrhéique est une maladie inflammatoire fréquente des régions cutanées qui comportent une forte densité de glandes sébacées (p. ex., visage, cuir chevelu, sternum). La cause en est inconnue, mais Malassezia spp, une levure ubiquitaire de la peau, joue un rôle important. La dermite séborrhéique est observée avec une fréquence accrue chez les patients infectés par le VIH et chez ceux présentant certains troubles neurologiques. La dermatite séborrhéique provoque parfois un prurit, des pellicules et une desquamation jaune et grasse sur le cuir chevelu, le long de la racine des cheveux et sur le visage. Le diagnostic repose sur l'examen. Le traitement repose sur les antifongiques, les corticostéroïdes topiques, le goudron et les kératolytiques.

Malgré cette dénomination, la sécrétion et la composition du sébum sont habituellement normales dans ce type de dermatose. La physiopathologie de la dermite séborrhéique est incertaine, mais son développement a été associé au nombre de levures de Malassezia présentes sur la peau et à la réaction inflammatoire qu'elles provoquent. La dermatite séborrhéique survient le plus souvent chez le nourrisson, généralement dans les 3 premiers mois de la vie, et entre 30 et 70 ans. L'incidence et la gravité de la pathologie semblent être déterminées par des facteurs génétiques, émotionnels ou des stress physiques, ainsi que par le climat (on observe habituellement une aggravation par temps froid). La dermatite séborrhéique peut précéder ou être associée à un psoriasis (appelée séborrhiasis ou sébopsoriasis). La dermatite séborrhéique peut être plus fréquente et plus grave chez les patients présentant des troubles neurologiques (en particulier une maladie de Parkinson), du fait, par exemple, de modifications de l'activité des glandes sébacées ou d'un VIH/SIDA, probablement du fait d'un déséquilibre entre les réponses pro- et anti-inflammatoires des lymphocytes T. Dans de rares cas, la dermatite se généralise.

Symptomatologie

Les signes de la dermatite séborrhéique se développent graduellement et la dermatose prend habituellement l'aspect d'une simple desquamation diffuse, sèche ou grasse, du cuir chevelu (pellicules), associée à un prurit d'intensité variable. En cas de maladie grave, des papules desquamantes jaunes et rouges apparaissent le long de la racine des cheveux, derrière les oreilles, sur les sourcils, dans les plis nasogéniens et sur le sternum. Une blépharite marginale avec croûtes sèches jaunâtres et irritation conjonctivale peut se développer. La dermite séborrhéique n'est pas responsable d'alopécie.

Le nouveau-né peut développer une dermite séborrhéique avec d'épaisses lésions jaunes et croûteuses du cuir chevelu (que l'on appelle communément croûtes de lait); des fissurations et des squames jaunâtres derrière les oreilles; des papules rouges du visage; et un érythème fessier résistant dans la région des couches. Chez des enfants plus âgés ou des adultes, on peut observer des plaques épaisses, tenaces, squameuses sur le cuir chevelu qui peuvent atteindre 1 à 2 cm de diamètre.

Manifestations de la dermatite séborrhéique

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic de dermatite séborrhéique repose sur l'examen clinique.

La dermatite séborrhéique du cuir chevelu doit être différenciée d'autres troubles:

  • Dermatite atopique du cuir chevelu: ce trouble se manifeste généralement d'abord par une desquamation fine, blanche et sèche plutôt que par une desquamation graisseuse jaunâtre de la dermite séborrhéique.

  • Le psoriasis du cuir chevelu: les plaques érythémateuses et squameuses sont nettement délimitées.

  • Rosacée: lorsque la rosacée affecte le visage, elle se manifeste d'abord par un érythème, des papules et des papulopustules mais pas par une desquamation (cependant, les patients peuvent avoir à la fois une dermatite séborrhéique et une rosacée).

Traitement

  • Traitement topique par des antifongiques, des corticostéroïdes, du goudron, des kératolytiques et des inhibiteurs de la calcineurine

Adultes et enfants plus âgés

Le traitement de la dermatite séborrhéique du cuir chevelu doit comprendre un shampooing au moins deux fois par semaine, car un shampooing moins fréquent permet la prolifération des Malassezia. Les shampooings antifongiques (p. ex., au kétoconazole à 2% ou 1%) sont très efficaces pour contrôler les pellicules de la dermatite séborrhéique. Les shampooings kératolytiques (au zinc pyrithione, sulfure de sélénium ou acide sulfhydrique et salicylique) et les shampooings au goudron (disponibles en vente libre aux États-Unis) utilisés quotidiennement ou tous les deux jours jusqu'à ce que les pellicules soient contrôlées et deux fois/semaine par la suite sont également utiles. Si les antifongiques et les kératolytiques ne soulagent pas suffisamment le prurit, des solutions topiques de corticostéroïdes (p. ex., solution d'acétonide à 0,01% de fluocinolone) sont utilisées. Bien que le cuir chevelu soit l'une des zones les moins sensibles aux effets indésirables des corticostéroïdes topiques (p. ex., télangiectasie, atrophie, folliculite, acné, vergetures), des effets indésirables peuvent se produire à long terme, les corticostéroïdes topiques ne doivent donc être utilisés que si nécessaire. La dermatite séborrhéique ayant tendance à être chronique et récidivant souvent à l'arrêt du traitement, l'utilisation à long terme de shampooings antifongiques (p. ex., 1 fois ou 2 fois/semaine) est souvent nécessaire. La dermatite séborrhéique de la barbe et des sourcils est traitée de la même manière que la dermatite séborrhéique du cuir chevelu. Cependant, les zones de la barbe et des sourcils sont plus sensibles aux effets indésirables des corticostéroïdes topiques. Ainsi, les corticostéroïdes doivent être utilisés moins fréquemment, et des solutions de corticostéroïdes de faible puissance (p. ex., triamcinolone à 0,025%) doivent être utilisées lorsque cela est possible.

En cas de dermatite séborrhéique des zones pileuses non terminales (p. ex., plis nasogéniens, zones post-auriculaires, sternum), le traitement est similaire. Cependant, les crèmes (qui ne sont généralement pas acceptables dans les zones poilues) sont préférées aux solutions. Pour des cas plus bénins, la crème de kétoconazole à 2% ou d'autres imidazoles topiques appliqués 2 fois/jour sont souvent suffisantes. Si ce n'est pas le cas, des corticostéroïdes topiques légers (crème d'hydrocortisone à 1 à 2,5%, crème de valérate d'hydrocortisone à 0,2%) sont appliqués 2 fois/jour. Des corticostéroïdes topiques de puissance supérieure ne sont généralement pas nécessaires et ne doivent être utilisés qu'à court terme, voire pas du tout, en raison de la sensibilité de la peau du visage aux effets indésirables des corticostéroïdes (p. ex., télangiectasie, atrophie, folliculite/acné, dermatite périorale). Les inhibiteurs de la calcineurine (pimécrolimus et tacrolimus) sont également efficaces, en particulier lorsqu'une utilisation à long terme est nécessaire et lorsque les antimycosiques seuls ne sont pas suffisamment efficaces.

Nourrissons et enfants

Chez les nourrissons, un shampooing pour bébé sera utilisé quotidiennement et de la crème d'hydrocortisone à 1 à 2,5% ou de la fluocinolone huileuse à 0,01% peuvent être utilisés 1 à 2 fois/jour pour la rougeur et la desquamation du cuir chevelu ou du visage. Les antifongiques topiques tels que le kétoconazole à 2% crème ou l'éconazole 1% crème peuvent également être utiles dans les cas graves. Pour les lésions avec squames très épaisses du cuir chevelu du jeune enfant, de l'huile minérale, de l'huile d'olive ou un gel ou de l'huile corticostéroïde que l'on fera pénétrer par exemple à l'aide d'une brosse à dents sont appliqués au moment du coucher sur les régions atteintes. Un shampooing doit être fait chaque jour jusqu'à disparition des squames épaisses.

Points clés

  • Chez l'adulte, la dermatite séborrhéique provoque des pellicules et parfois des squames sur le cuir chevelu, autour des sourcils, des plis nasogéniens, du nez, du conduit auditif externe, derrière les oreilles et sur le sternum.

  • La dermatite séborrhéique peut provoquer une épaisse lésion jaune et croûteuse du cuir chevelu chez le nouveau-né ou des plaques squameuses sur le cuir chevelu chez l'enfant plus âgé et l'adulte.

  • Les traitements comprennent des antifongiques topiques, des shampooings kératolytiques et au goudron et des corticostéroïdes topiques.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
CORTEF, SOLU-CORTEF
KENALOG
CAPEX
PROGRAF
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE