Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Lymphangite

Par

A. Damian Dhar

, MD, JD, North Atlanta Dermatology

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La lymphangite est une infection bactérienne aiguë (habituellement streptococcique) des canaux lymphatiques périphériques.

Les causes typiques de la lymphangite comprennent les streptocoques. Les causes rares de lymphangite sont les infections à staphylocoques, à Pasteurella, à Erysipelothrix, l'anthrax, les infections à herpès simplex, la lymphogranulomatose vénérienne, les rickettsioses, la sporotrichose, les infections à Nocardia, la leishmaniose, la tularémie, les infections à Burkholderia et les infections à mycobactéries atypiques. Les pathogènes pénètrent dans les canaux lymphatiques par une excoriation, une plaie cutanée ou en cas d'infection concomitante (habituellement une cellulite). Le patient qui présente un lymphœdème sous-jacent est plus à risque.

L'aspect classique est celui de stries rougeâtres, irrégulières, chaudes et douloureuses, qui, partant d'une lésion située en périphérie, souvent un membre, s'étendent en remontant vers un ganglion lymphatique habituellement gonflé et douloureux. Les manifestations systémiques (p. ex., fièvre, frissons, tachycardie et céphalées) peuvent s'y associer et être plus graves que ne le laissent supposer les lésions cutanées. L'hyperleucocytose est fréquente. Une bactériémie peut se produire. Plus rarement, une cellulite avec suppuration, nécrose et ulcération le long des vaisseaux lymphatiques impliqués complique la lymphangite initiale.

Le diagnostic de lymphangite est clinique. L'isolement du microrganisme responsable n'est habituellement pas nécessaire.

La plupart des cas répondent rapidement aux antibiotiques antistreptococciques (voir Traitement de la cellulite). Si la réponse au traitement est médiocre ou si la présentation est inhabituelle, des pathogènes rares doivent être évoqués.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE