Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Goitre simple non toxique

(Goitre euthyroïdien)

Par

Jerome M. Hershman

, MD, MS, David Geffen School of Medicine at UCLA

Dernière révision totale sept. 2020| Dernière modification du contenu sept. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le goitre simple non toxique, qui peut être diffus ou nodulaire, est une hypertrophie non cancéreuse de la thyroïde sans hyperthyroïdie, hypothyroïdie ou inflammation. Sauf en cas de carence sévère en iode, la fonction thyroïdienne est normale et les patients sont asymptomatiques en dehors d'une forte augmentation indolore de la thyroïde. Le diagnostic est clinique associé à une mesure normale de la fonction thyroïdienne. Le traitement est orienté par la cause, mais une réduction chirurgicale partielle peut être nécessaire pour les très gros goitres.

Le goitre simple non toxique, le type le plus commun de l'hypertrophie de la thyroïde, est fréquemment observé à la puberté, pendant la grossesse et à la ménopause. La raison en reste habituellement obscure. Les causes connues comprennent

  • Les anomalies intrinsèques de la production des hormones thyroïdiennes

  • L'ingestion d'aliments qui contiennent des substances qui inhibent la synthèse de l'hormone thyroïdienne (goitrogènes, p. ex., le manioc, le brocoli, le chou-fleur, le chou), qui peut se produire dans les pays où la carence en iode est fréquente

  • Les médicaments qui peuvent diminuer la synthèse des hormones thyroïdiennes (p. ex., l'amiodarone ou d'autres composés contenant de l'iode, le lithium)

La carence en iode est rare en Amérique du Nord, mais reste la cause la plus fréquente de goitre dans le monde entier (appelé goitre endémique). De petites élévations réactionnelles de la TSH se produisent, prévenant l'hypothyroïdie, mais cette stimulation par la TSH entraîne la formation d'un goitre. Des cycles récurrents de stimulation et d'involution peuvent provoquer l'apparition de goitres nodulaires non toxiques. Cependant, la véritable étiologie de la plupart des goitres non toxiques dans les régions sans carence iodée est inconnue.

Symptomatologie

Le patient peut avoir une histoire de prise d'iode faible ou de surconsommation de goitrigènes alimentaires, mais ces phénomènes sont rares en Amérique du Nord. Aux premiers stades, le goitre est généralement mou, symétrique et lisse. Par la suite, de multiples nodules et des kystes peuvent se développer.

Diagnostic

  • Captation thyroïdienne de l'iode radioactif

  • Scintigraphie thyroïdienne

  • Échographie thyroïdienne

  • Taux de thyroxine (T4), de triiodothyronine (T3) et de TSH

Dans les premiers stades, la fixation de l'iode radioactif peut être normale ou élevée avec une scintigraphie thyroïdienne normale. Les résultats des tests des fonctions thyroïdiennes sont habituellement normaux. Les Ac antithyroïdiens sont mesurés pour éliminer une thyroïdite d'Hashimoto.

Dans le goitre endémique, la TSH sérique peut être légèrement élevée, et la T4 peut être à la limite inférieure de la normale ou légèrement basse, mais la T3 est habituellement normale ou légèrement élevée.

L'échographie thyroïdienne est effectuée pour déterminer la présence de nodules évoquant un cancer.

Traitement

  • Dépend de la cause

Dans les régions déficientes en iode, les éléments suivants éliminent la carence en iode:

  • Supplémentation en iode du sel

  • Administration orale d'huile iodé

  • Administration IM d'huile iodée chaque année

  • Iodation de l'eau, des cultures ou du fourrage animal

Les goitrigènes ingérés doivent être interrompus.

Dans d'autres cas, la suppression de l'axe hypothalamo-hypophysaire par l'hormone thyroïdienne bloque de production de TSH (et donc la stimulation de la thyroïde). Des doses modérées de L-thyroxine (100 à 150 mcg 1 fois/jour par voie orale selon la TSH sérique) sont utiles chez les patients jeunes pour faire passer la TSH sérique à la normale basse.

La L-thyroxine est contre-indiquée chez les patients âgés qui ont un goitre nodulaire non toxique, parce que ces goitres diminuent rarement et peuvent comporter des zones autonomes de telle sorte que le traitement par L-thyroxine peut entraîner une hyperthyroïdie.

Les gros goitres nécessitent parfois une intervention chirurgicale ou de l'iode-131 pour réduire la glande suffisamment, éviter toute gêne respiratoire ou de la déglutition et corriger les problèmes esthétiques.

Points clés

  • La fonction thyroïdienne est habituellement normale.

  • Lorsque la cause est une carence en iode, la supplémentation en iode est un traitement efficace.

  • Le blocage de la production de TSH en administrant de la L-thyroxine est utile chez les patients jeunes pour arrêter la stimulation de la thyroïde et réduire le goitre.

  • La chirurgie ou l'iode-131 peut être nécessaire pour les goitres larges.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
CORDARONE
LITHOBID
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE