Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Pathologies œsophagiennes infectieuses

Par

Kristle Lee Lynch

, MD, Perelman School of Medicine at The University of Pennsylvania

Dernière révision totale sept. 2020| Dernière modification du contenu sept. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les infections œsophagiennes surviennent surtout en cas de défenses immunitaires affaiblies. Les agents principaux comprennent, Candida albicans, le virus herpes simplex et le cytomégalovirus. Les symptômes sont une odynophagie et une douleur thoracique. Le diagnostic repose sur l'endoscopie et la culture. Le traitement repose sur les médicaments antimycosiques ou antiviraux.

L'infection œsophagienne est rare si les défenses immunitaires sont normales. Les défenses œsophagiennes primordiales comprennent la salive, la motricité œsophagienne et l'immunité cellulaire. Ainsi, parmi les patients à risque on trouve ceux qui ont un SIDA, les greffés, les alcooliques, les diabétiques, les patients dénutris, ceux atteints de tumeurs malignes et de troubles de la motricité œsophagienne. En outre, les corticostéroïdes avalés ou inhalés peuvent augmenter le risque d'œsophagite infectieuse. Une infection à Candida peut survenir chez n'importe lequel de ces patients. Le virus herpes simplex (HSV) et le cytomégalovirus (CMV) sont principalement retrouvés dans le SIDA et chez le transplanté.

Œsophagite à Candida

En cas d'œsophagite à Candida, le patient se plaint habituellement d'une odynophagie et, plus rarement, de dysphagie. Environ   2/3 présentent des signes de muguet buccal (son absence n'exclut donc pas une atteinte œsophagienne). On peut administrer, au patient qui présente une odynophagie et un muguet caractéristique, un traitement empirique, mais si une amélioration importante n'apparaît pas dans les 5 à 7 jours, un bilan endoscopique est requis. Le TOGD est moins précis.

Le traitement de l'œsophagite à Candida repose sur le fluconazole 200 à 400 mg par voie orale ou IV 1 fois/jour pendant 14 à 21 jours. Les alternatives comprennent d'autres azoles (p. ex., itraconazole, voriconazole, posaconazole) ou les échinocandines (p. ex., caspofungine, micafungine, anidulafungine). Le traitement local n'a aucun rôle.

Œsophagite à virus herpes simplex et à cytomégalovirus

Le HSV et le CMV ont la même capacité à infecter le patient transplanté, mais l'œsophagite à HSV se développe rapidement après la transplantation (réactivation) alors que l'œsophagite à CMV apparaît 2 à 6 mois après elle. En cas de SIDA, le CMV est beaucoup plus fréquent que le HSV et une œsophagite virale apparaît principalement lorsque le nombre de CD4+ est < 200/mcL. Une odynophagie grave résulte également de ces infections.

L'endoscopie, avec étude cytologique ou biopsie, est habituellement nécessaire au diagnostic.

Le HSV est traité par l'acyclovir IV 5 mg/kg toutes les 8 heures pendant 7 à 14 jours, le valacyclovir 1 g par voie orale 3 fois/jour ou l'acyclovir 400 mg par voie orale 5 fois/jour. Le CMV est traité par le ganciclovir 5 mg/kg IV toutes les 12 heures pendant 14 à 21 jours avec un traitement d'entretien à 5 mg/kg IV 1 fois/jour chez les patients immunodéprimés. Les options comprennent le foscarnet et le cidofovir.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
SPORANOX
VALTREX
NOXAFIL
VFEND
DIFLUCAN
CYTOVENE
VISTIDE
FOSCAVIR
ZOVIRAX
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE