Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Rectite

Par

Parswa Ansari

, MD, Hofstra Northwell-Lenox Hill Hospital, New York

Dernière révision totale févr. 2021| Dernière modification du contenu févr. 2021
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Voir les nouveautés de cette rubrique
  • La proctite associée aux antibiotiques due à Clostridioides difficile est traitée par la vancomycine (125 mg par voie orale 4 fois/jour) ou la fidaxomicine (200 mg par voie orale 2 fois/jour) pendant 10 jours (voir traitement de la rectite).

La rectite est l'inflammation de la muqueuse rectale qui peut résulter d'une infection, d'une maladie intestinale inflammatoire ou d'une radiothérapie. Les symptômes sont l'inconfort rectal et l'hémorragie. Le diagnostic repose habituellement sur la sigmoïdoscopie, avec cultures et biopsie. Le traitement dépend de l'étiologie.

La proctite peut être une manifestation de

La proctite associée à l'utilisation antérieure d'antibiotiques peut être due à Clostridioides difficile (précédemment Clostridium difficile).

Les agents pathogènes transmis sexuellement provoquent une rectite plus fréquemment chez les hommes qui ont des rapports homosexuels. Le patient immunodéprimé est à risque élevé d'infections à virus herpes simplex et à cytomégalovirus.

Symptomatologie

Généralement, les patients signalent un ténesme (fort besoin de déféquer en l'absence de selles), une rectorragie ou l'émission de mucus. Les rectites dues à une gonorrhée, au virus herpes simplex ou au cytomégalovirus peuvent causer d'intenses douleurs anorectales.

Diagnostic

  • Rectoscopie ou sigmoïdoscopie

  • Examens pour les maladies sexuellement transmissibles et C. difficile

Le diagnostic de proctite est établi par la rectoscopie ou la sigmoïdoscopie, qui peuvent montrer une inflammation de la muqueuse rectale. Des petites ulcérations et des vésicules évoquent une infection herpétique. Les écouvillonnages rectaux doivent être testés à la recherche de Neisseria gonorrhoeae et de Chlamydia spp (par culture ou par réaction de ligase en chaîne), d'agents pathogènes entériques (par culture), et d'agents pathogènes viraux (par culture ou dosage immunologique).

Les tests sérologiques de la syphilis et la recherche dans les selles de C. difficile et de sa toxine sont également nécessaires. Parfois, une biopsie de la muqueuse est nécessaire.

La coloscopie peut être intéressante chez certains patients pour éliminer une maladie intestinale inflammatoire.

Traitement

  • Le traitement dépend de la cause

La rectite infectieuse doit être traitée par des antibiotiques. Les patients qui ont des rapports anaux réceptifs et qui présentent une rectite non spécifique peuvent être traités empiriquement par la ceftriaxone 250 mg IM en une fois associée à la doxycycline, 100 mg par voie orale 2 fois/jour pendant 7 jours. La proctite associée aux antibiotiques due à C. difficile est traitée par la vancomycine (125 mg par voie orale 4 fois/jour) ou la fidaxomicine (200 mg par voie orale 2 fois/jour) pendant 10 jours.

La proctite radique qui saigne est généralement traitée initialement par un médicament topique; cependant, l'efficacité des études bien menées fait défaut. Les traitements topiques comprennent les corticostéroïdes sous forme de mousse (hydrocortisone 90 mg) ou de lavements (hydrocortisone 100 mg ou méthylprednisolone 40 mg) 2 fois/jour pendant 3 semaines ou les lavements par rétention de sucralfate (2 g dans 20 mL d'eau 2 fois/jour) peuvent également être efficaces. Les patients qui ne répondent pas à ces formes de traitement peuvent tirer profit d'une application locale de formol ou d'une oxygénothérapie hyperbare.

Des thérapies endoscopiques peuvent être utilisées. La coagulation par plasma d'argon semble efficace pour réduire les symptômes du moins à court terme (≤ 6 semaines). D'autres méthodes de coagulation comprennent les lasers, l'électrocoagulation et les pinces chaudes. (See also the American Society of Colon and Rectal Surgeons' clinical practice guidelines for the treatment of chronic radiation proctitis.)

Plus d'information

Ce qui suit est une ressource en anglais qui peut être utile. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de cette ressource.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
CORTEF, SOLU-CORTEF
ROCEPHIN
PERIOSTAT, VIBRAMYCIN
CARAFATE
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE