Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Troubles métaboliques congénitaux causant une hyperbilirubinémie

Par

Danielle Tholey

, MD, Thomas Jefferson University Hospital

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Des maladies métaboliques héréditaires ou congénitales peuvent causer une hyperbilirubinémie non conjuguée ou conjuguée (voir Revue générale du métabolisme de la bilirubine).

  • Hyperbilirubinémie non conjuguée: syndrome de Crigler-Najjar, syndrome de Gilbert, et hyperbilirubinémie primaire de shunt

  • Hyperbilirubinémie conjuguée: syndrome de Dubin-Johnson et de Rotor

Syndrome de Crigler-Najjar

Cette maladie hépatique rare héréditaire est provoquée par un déficit de l'enzyme glucuronyl transférase (UGT1A1), qui catalyse la conjugaison de la bilirubine (principalement en diglucuronide de bilirubine) ce qui rend la bilirubine soluble dans l'eau. Diverses anomalies du gène codant pour l'enzyme entraînent une inactivation complète (type 1) ou partielle (type 2) de l'enzyme.

Les patients qui ont une maladie autosomique récessive de type I (complète) ont une hyperbilirubinémie non conjuguée sévère débutant généralement peu après la naissance. Ils décèdent habituellement d'ictère nucléaire pendant la 1ère année de la vie, mais peuvent atteindre l'âge adulte. Le traitement peut comprendre la photothérapie et la transplantation hépatique.

Les patients qui ont une maladie autosomique récessive de type II (partielle) (dont la pénétrance est variable) ont souvent une hyperbilirubinémie non conjuguée moins sévère (< 20 mg/dL [< 342 micromole/L]) et vivent habituellement à l'âge adulte sans lésion neurologique. Le phénobarbital 1,5 à 2 mg/kg par voie orale 3 fois/jour, qui induit la glucuronyl transférase partiellement déficiente, peut être efficace.

Syndrome de Dubin-Johnson et de Rotor

Les syndromes de Dubin-Johnson et de Rotor provoquent une hyperbilirubinémie conjuguée, mais sans cholestase, ne provoquant pas de symptômes ou de séquelles autres qu'un ictère. La bilirubine peut apparaître dans l'urine, contrairement à l'hyperbilirubinémie non conjuguée du syndrome de Gilbert (qui ne provoque pas d'autres symptômes), dans laquelle la bilirubine est absente des urines. Les taux de phosphatases alcalines et d'aminotransférases sont généralement normaux. Le traitement est inutile.

Syndrome de Dubin-Johnson

Cette affection autosomique récessive rare se traduit par une altération de l'excrétion des glucuronides de bilirubine. Elle est généralement diagnostiquée par la biopsie hépatique; le foie est fortement pigmenté en raison d'une substance analogue à la mélanine intracellulaire, mais est par ailleurs histologiquement normal.

Syndrome de Rotor

Cette maladie rare est cliniquement semblable au syndrome de Dubin-Johnson, mais le foie n'est pas pigmenté, et d'autres différences métaboliques subtiles sont présentes.

Syndrome de Gilbert

Le syndrome de Gilbert est une affection persistant probablement toute une vie dans lequel la seule anomalie est une hyperbilirubinémie non conjuguée, asymptomatique et légère. Il peut être confondu avec une hépatite chronique ou d'autres troubles hépatiques.

Le syndrome de Gilbert peut affecter jusqu'à 5% des individus. Bien que les membres de la famille puissent être affectés, un schéma génétique clair est difficile à établir.

La pathogénie peut impliquer des défauts complexes de l'absorption de la bilirubine par le foie. L'activité de la glucuronyl transférase est basse, mais pas aussi basse que dans le syndrome de Crigler-Najjar de type II. Chez de nombreux patients, la destruction des globules rouges est également un peu accélérée, mais cette accélération ne provoque pas d'anémie ou d'hyperbilirubinémie. L'histologie hépatique est normale.

Le syndrome de Gilbert est le plus souvent détecté chez les jeunes adultes lors de la découverte d'un taux élevé de bilirubine, qui varie en général entre 2 et 5 mg/dL (34 et 86 micromole/L) et tend à augmenter avec le jeûne et d'autres stress.

Le syndrome de Gilbert est différencié de l'hépatite par le fractionnement de la bilirubine qui révèle essentiellement de la bilirubine non conjuguée, le bilan hépatique étant par ailleurs normal et l'absence de toute bilirubine urinaire. Il se différencie de l'hémolyse par l'absence d'anémie et de réticulocytose.

Le traitement est inutile. Les patients doivent être rassurés parce qu'ils n'ont pas de maladie du foie.

Hyperbilirubinémie primaire de shunt

Cette maladie bénigne, rare et familiale est caractérisée par une surproduction de bilirubine précoce marquée (bilirubine provenant d'une érythropoïèse inefficace et d'un hème non hémoglobinique plutôt que d'un turnover normal des globules rouges).

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE