Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Troubles de la transmission neuromusculaire

(Atteintes de la jonction neuromusculaire)

Par

Michael Rubin

, MDCM, New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Les troubles de la transmission neuromusculaire affectent la jonction neuromusculaire; ils provoquent généralement une fatigue et une faiblesse musculaire sans déficit sensitif.

Les troubles de la transmission neuromusculaire peuvent impliquer

  • Les récepteurs post-synaptiques (p. ex., dans la myasthénie)

  • La libération présynaptique d'acétylcholine (p. ex., dans le botulisme)

  • La dégradation de l'acétylcholine dans les synapses (p. ex., due à des médicaments ou à des produits neurotoxiques)

Certains troubles qui affectent principalement d'autres zones du corps (p. ex., syndrome de l'homme raide, syndrome d'Isaacs) donnent des manifestations neuromusculaires.

Syndrome de Lambert-Eaton

Le syndrome d'Eaton-Lambert est dû à la diminution de la libération d'acétylcholine au niveau des terminaisons nerveuses présynaptiques.

Botulisme

Également dû à la libération insuffisante d'acétylcholine par les terminaisons nerveuses présynaptiques, le botulisme se développe lorsque la toxine produite par les spores de Clostridium botulinum se lie irréversiblement à un récepteur spécifique (synaptotagmine II) sur les terminaisons nerveuses cholinergiques. Il en résulte une faiblesse musculaire sévère, avec parfois des troubles respiratoires et des difficultés de déglutition. Les autres signes systémiques peuvent comprendre une mydriase, une sécheresse buccale, une constipation, une rétention urinaire et une tachycardie liée à une hyperactivité du système nerveux sympathique non compensée (syndrome anticholinergique). Ces manifestations systémiques sont absentes dans la myasthénie.

Dans le botulisme, l'électromyographie (EMG) montre une réponse modérément diminuée (2 à 3 Hz) à la stimulation nerveuse répétée et une réponse augmentée prononcée après 10 s d'effort ou lors de stimulation nerveuse répétée et à haute fréquence (50 Hz).

Drogues ou produits chimiques toxiques

Les médicaments cholinergiques, les insecticides organophosphorés et la plupart des gaz nervins (p. ex., sarin) bloquent la transmission neuromusculaire du fait de l'action excessive de l'acétylcholine qui dépolarise les récepteurs post-synaptiques. Un myosis, une bronchorrhée, des crampes abdominales, une diarrhée et une faiblesse pseudo-myasthénique (syndrome cholinergique) surviennent.

Certains antibiotiques, aminosides et polypeptidiques, diminuent la libération présynaptique d'acétylcholine et la sensibilité de la membrane post-synaptique à l'acétylcholine. À des concentrations plasmatiques élevées, ces antibiotiques peuvent majorer un bloc neuromusculaire en cas de myasthénie latente. Un traitement prolongé par la pénicillamine peut provoquer un syndrome réversible qui ressemble cliniquement et électrophysiologiquement à une myasthénie. Un excès de magnésium par voie orale ou IV (avec des taux sanguins approchant 8 à 9 mg/dL [4 à 4,5 mmol/L]) peut également induire une paralysie importante ressemblant à un syndrome myasthénique. Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (inhibiteurs de check-point) (p. ex., l'ipilimumab, le nivolumab, le pembrolizumab), une classe de médicaments anticancéreux, ont des effets indésirables liés à l'immunité chez < 1% des patients; cependant, ces effets indésirables (qui comprennent la myasthénie) continuent d'être rapportés.

Le traitement consiste en l'élimination du médicament ou de la substance chimique toxique et nécessite une assistance ventilatoire ainsi que des soins de réanimation. L'atropine 0,4 à 0,6 mg par voie orale 3 fois/jour, diminue les sécrétions bronchiques en cas de surdosage cholinergique. Des doses plus élevées (p. ex., 2 à 4 mg IV toutes les 5 min) peuvent être nécessaires en cas d'intoxication par les insecticides organophosphorés ou les gaz paralysants.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
KEYTRUDA
YERVOY
OPDIVO
ATROPEN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la confusion mentale
Vidéo
Revue générale de la confusion mentale
Modèles 3D
Tout afficher
Impulsion nerveuse
Modèle 3D
Impulsion nerveuse

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE