Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Mort cardiaque subite chez l'athlète

Par Robert S. McKelvie, MD, PhD, Professor of Medicine;Secondary Prevention and Heart Failure Programs, Western University;St. Joseph's Health Care

On estime que 1 jeune athlète sur 200 000 apparemment en bonne santé développe une anomalie soudaine du rythme cardiaque et meurt soudainement durant l’effort. Les hommes sont 10 fois plus touchés que les femmes. Les joueurs de basketball et de football aux États-Unis et les joueurs de football en Europe peuvent être à plus haut risque.

Causes

En général, les causes de mort subite pendant l’exercice physique sont très différentes chez les jeunes athlètes et chez les athlètes plus âgés. Cependant, chez tous les athlètes, l’asthme, un coup de chaleur et la prise de médicaments améliorant les performances ou de drogues récréatives peuvent causer la mort en raison de troubles soudains du rythme cardiaque.

Jeunes athlètes

La cause la plus fréquente de mort cardiaque subite chez le jeune athlète est

D’autres troubles cardiaques, comme le syndrome du QT long ou le syndrome de Brugada qui provoque des troubles du rythme cardiaque, ainsi que les anévrysmes aortiques, peuvent également causer une mort subite chez les jeunes athlètes.

Moins fréquemment, une hypertrophie du cœur (cardiomyopathie dilatée) non détectée peut être présente chez une jeune personne asymptomatique, et la personne peut décéder subitement pendant ou après un exercice physique intense.

Des anomalies des artères coronaires, en particulier lorsque l’une des artères prend un chemin anormal à travers le muscle cardiaque, plutôt qu’en surface, peuvent aussi provoquer une mort subite chez les athlètes lorsque la compression interrompt le flux sanguin au cœur pendant un exercice physique.

Rarement, des athlètes jeunes et minces peuvent également souffrir de perturbations soudaines du rythme cardiaque s’ils reçoivent un coup directement sur la région du cœur (commotio cordis) même s’ils ne présentent aucun trouble cardiaque. Ce coup est souvent asséné par un projectile à haute vitesse comme une balle de baseball, une rondelle de hockey, ou une balle de crosse ou résulte d’un impact avec un autre joueur.

Athlètes plus âgés

Chez les athlètes plus âgés, la cause la plus fréquente est

Symptômes

Certains athlètes ressentent des signes précurseurs comme une syncope ou un essoufflement. Souvent, cependant, les athlètes ne reconnaissent pas ou ne signalent pas ces symptômes, et le premier signe est que la personne arrête subitement de respirer et s’évanouit.

Diagnostic

  • Dépistage avant d’entamer un programme d’exercice

Le dépistage

Un dépistage est souvent réalisé par le médecin avant que la personne n’entame un programme d’exercice. Les médecins effectuent un dépistage des personnes qui ont des troubles médicaux et aussi celles qui ne pensent pas avoir de troubles médicaux. Les personnes n’ayant pas de troubles médicaux connus doivent être examinées parce que certains troubles graves ne provoquent pas de problèmes en l’absence d’exercice physique. Les personnes sont réévaluées tous les 2 ans (si elles sont en âge d’aller au lycée) ou tous les 4 ans (si elles sont en âge d’aller à l’université ou si elles sont plus âgées).

Les médecins posent toujours des questions et réalisent un examen clinique, mais ils ne réalisent des examens qu’en fonction de l’âge et des symptômes de la personne. Les questions se concentrent sur trois sujets :

  • Symptômes, comme douleur ou gêne thoracique, évanouissement ou quasi-évanouissement, fatigue et difficultés à respirer, en particulier lorsque ces symptômes surviennent pendant un exercice physique vigoureux

  • Antécédents familiaux, en particulier tout antécédent concernant des membres de la famille qui se sont évanouis ou sont décédés pendant un exercice physique, ou qui sont décédés subitement avant l’âge de 50 ans environ

  • Utilisation de médicaments

L’examen physique se concentre sur l’écoute du cœur à l’aide d’un stéthoscope pour détecter des souffles cardiaques pouvant indiquer un éventuel trouble cardiaque et sur la mesure de la pression artérielle de la personne, à la fois en position allongée et debout.

Chez les plus jeunes, les médecins n’effectuent généralement aucun test sauf si une anomalie est identifiée dans les antécédents de la personne ou pendant l’examen physique. Un dépistage par électrocardiographie (ECG) systématique n’est pas jugé pratique chez les jeunes athlètes. Toutefois, si les résultats suggèrent un problème cardiaque, les médecins effectuent généralement un ECG, une échocardiographie ou les deux.

Pour les hommes de plus de 45 ans environ, et les femmes de plus de 55 ans, les médecins effectuent aussi systématiquement un ECG et des épreuves d’effort avant d’autoriser un exercice vigoureux.

Si un trouble cardiaque est identifié, la personne peut devoir envisager d’arrêter un sport de compétition et faire l’objet d’examens plus approfondis. Cependant, la plupart des personnes atteintes d’une maladie cardiaque peuvent exercer un sport de loisir. L’augmentation de l’activité est directement liée à de meilleurs résultats en termes de santé, comme une diminution du « mauvais » cholestérol (lipoprotéines de faible densité), la prévention de l’hypertension artérielle et la diminution de la graisse corporelle. Un exercice régulier est systématiquement inclus dans les programmes de soins pour les personnes atteintes des principales formes de maladie cardiaque (rééducation cardiaque).

Le saviez-vous ?

  • Même les personnes qui ont une maladie cardiaque peuvent en général exercer certaines activités physiques.

Traitement

  • Réanimation

Si les personnes arrêtent de respirer et s’évanouissent, un traitement immédiat est réalisé avec

La réanimation se poursuit dans un service d’urgence. Si la personne survit, les médecins traitent l’affection qui a causé l’anomalie du rythme. Parfois, les médecins placent un défibrillateur cardioverteur implantable qui surveille continuellement le rythme cardiaque de la personne et délivre un choc pour normaliser le rythme si nécessaire.

Défibrillateur automatique externe : Déclenchement des battements de cœur

Le défibrillateur automatique externe (DAE) est un dispositif qui peut détecter et corriger un type particulier de trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation ventriculaire. La fibrillation ventriculaire provoque l’arrêt cardiaque. En cas d’arrêt cardiaque, si un DAE est disponible, il faut l’utiliser immédiatement. Il faut l’utiliser immédiatement avant même d’appeler les secours ou de tenter la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), car il peut sauver la vie des personnes. En cas de fibrillation ventriculaire, le DAE délivre une décharge électrique (défibrillation) qui peut rétablir le rythme cardiaque normal et déclencher les battements de cœur. Des soins médicaux d’urgence doivent être obtenus, même si le cœur se remet à battre. Si la personne reste en arrêt cardiaque après l’utilisation d’un DAE, il faut pratiquer une RCP.

Les DAE sont d’utilisation simple. La Croix-Rouge et d’autres organismes assurent des séances de formation à l’utilisation des défibrillateurs (DAE). La plupart des programmes de formation durent seulement quelques heures. Il existe différents modèles de DAE avec des modes d’emploi pouvant varier. Les instructions indiquées sur le DAE doivent être scrupuleusement respectées. Ces appareils sont disponibles dans de nombreux lieux publics, comme les stades et les salles de concert. Les personnes diagnostiquées comme étant à risque de fibrillation ventriculaire qui n’ont pas de défibrillateur implanté peuvent en acquérir un pour leur usage privé.

Pour plus de renseignements

Ressources dans cet article